bandeau texte musicologie

5 mai 2021 —— Alain Lambert.

Cinq cédés jazzy pour avaler les kilomètres

Raymond Boni à la guitare acoustique solo rend hommage à Donald Ayler, le pianiste Ismail Sentissi se souvient de ses enfances, Thierry Peala et Verioca Lherm réinventent Tania Maria sans piano, le trio de la pianiste Madeleine Cazenave voit Rouge et le quintet cosmopolite de Daniel Gassin mêle les jazz.

Avec Mémoire de l’oubli - Images for Donald Ayler (Mazeto Square 2021) le guitariste et compositeur Raymond Boni rend hommage au trompettiste Don Ayler, frère cadet d’Albert et son complice musical jusqu’à sa disparition en 1970. Muet pendant une décennie après ce drame, il reprit la musique ensuite et mourut en 2007. Neuf compositions en solo jouant entre le blues et le déchaînement free qui donne une ampleur percussive et rythmique à la guitare acoustique. Le titre de l’album se décline en deux morceaux Mémoire/De l’oubli, le premier au slide répétitif et hypnotique avant de se perdre dans le lointain, le second bluesy et presque déconstruit. L’album, réussi et intrigant, se clôt par la reprise du premier thème, One day Malia will hear…

Genoma (Jazz Family 2021) est le premier album du pianiste et compositeur Ismail Sentissi, né à Casablanca en 1986, avec une enfance nourrie des rythmes et musiques traditionnels, et aussi du hard rock, venu faire ses études à Paris, il développe en parallèle son jeu musical entre jazz et musiques du monde. En 2019 il lance son trio puis enregistre son disque dont le titre indique que le compositeur est d’abord un « humble conteur » même si le génome est « l’une des seules choses écrites à l’avance », le reste étant découverte, expérience, sensation et improvisation, surtout pour un jazzman. Dont se nourrissent ses douze thèmes, joués superbement en symbiose avec Maurizio Congiu à la contrebasse et Cedrick Bec à la batterie.

 

A Tania Maria journey (Edyson 2021) de Thierry Peala, voix, percussions vocales et Verioca Lherm, guitare, voix, percussions vocales est une réinvention sans piano des grands thèmes de Tania Maria dont ils sont fans tous deux, s’étant rencontrés lors d’un concert de la star brésilienne en 2001. Vingt ans plus tard, ayant explorés ensemble les musiques de Jao Bosco, Toninho Horta, Filo… et Tania Maria, voilà enfin l’hommage à celle-ci, avec deux voix, une guitare samba façon Jao Bosco, des percussions vocales, et pour six morceaux sur les treize, la présence du percussionniste de Tania, Edmundo Carneiro Percussao. Ce double jeu instrumental et vocal fonctionne parfaitement et redonne aux musiques de Tania Maria une nouvelle ardeur.

 

Derrière les paupières (Jazz Laborie 2021) du trio Rouge avec la pianiste et compositrice Madeleine Cazenave, Sylvain Didou à la contrebasse et Boris Louvet à la batterie, présente une autre approche du trio qui se revendique à la fois de Ravel, Satie, Tigran, E.S.T. ou Gogo Penguin. Un jazz répétitif aux mélodies simples et aux rythmiques complexes qui se développe sur six longs morceaux aux textures différentes : Petit jour ou la naissance sur le clavier de quelques notes étouffées, Etincelles avec sa ritournelle un peu orientale, Abysses où l’archet évoque des brames marins, Brumaire où le piano préparé invite la batterie aux ricochets… Cavale clôt ce bel album, d’abord au petit trot paisible avant de s’emballer sur les peaux des tambours.

 

Change of heart (Jazz Family 2021) du pianiste et compositeur franco-australien Daniel Gassin donne à entendre la musique d’un quintet cosmopolite avec Alita Moses et Jossiah Woodson, une chanteuse et un guitariste américains, Fabricio Nicolas Garcia, un bassiste franco-colombien, et le batteur Damien Françon. Un joli ensemble servant d’écrin à la voix soul de la chanteuse, aussi aux impros de guitare ou de claviers dans sept morceaux, dont la ballade titre, qui joue sur le double sens du changement d’avis et du changement intérieur, un instrumental pêchu, Emerge, et une reprise atmosphérique de Naima de John Coltrane, croisant voix et guitare avant le solo du pianiste. Un album à savourer à chaque nouvelle écoute.

Alain Lambert
5 avril 2021
© musicologie.org


Les précédents articles d'Alain Lambert

Anthologie de la chanson française en 14 cédésLes standarts du jazz encyclopédique de Jean-Tristan RichardMartin Matalon, Caravansérail par l'Orchestre régional de Normandie et quatre circassiens.

alain@musicologie.org ; Alain Lambert, tous ses articles.

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Mercredi 5 Mai, 2021 14:40