bandeau texte musicologie

3 novembre 2021 —— Alain Lambert.

Cinq cédés jazzy pour résister à la froidure

Le trio de Fabrice Tarel pour Flower in The Desert, Babyland d'Adrien Chicot, Eléments du Thomas Gonzalez trio, le New Orleans Jazz Orchestra mené par Adonis Rose avec Cyrille Aimée au chant pour Petite Fleur et la réédition du projet Ilium de Pierre de Bethmann avec en particulier Complexe.

 

Flower in The Desert (Tetrakord 2021) fleurit sous les doigts du pianiste et compositeur Fabrice Tarel accompagné ici de Yann Phayphet à la contrebasse et Charles Clayette à la batterie. Après un séjour de trois ans d'études musicales en Angleterre et 15 ans de tournées en trio en Europe après son retour en France, voici son nouvel opus dont le titre éponyme dit bien la fragilité du monde dans lequel nous vivons, et les espoirs possibles peut-être. Comme l'expriment les petits textes accompagnant chaque titre. Un jazz puissant et mélodique, jouant aussi sur la répétition, fortement pulsé par le cœur rythmique de la contrebasse et de la batterie.
En concert le 26 novembre à Firminy, le 11 décembre au Creusot, et fin janvier en tournée en Alsace.

 

Babyland (Gaya Music 2021) est le premier disque en quintet du pianiste et compositeur Adrien Chicot, après trois opus en trio. Avec Julien Alour à la trompette, le Cubain Ricardo Izquierdo au sax, Sylvain Romano à la contrebasse et Antoine Paganotti à la batterie. Au piano ou au Fender, il accompagne la fière trompette et le sax ondoyant ou se donne à l'impro nerveuse, après ou avant le retour des riffs cuivrés. Un beau son de quintet dont on reconnaît la lignée profonde pour évoquer l'enfance et l'avenir, avec son étrange mappemonde en pochette et son poème de Néruda, Le fils, qui symboliquement pourrait être cet album dont Birth est le plus long titre.

En concert le 30 novembre au Duc des Lombards (Paris), et en janvier à Grenoble, Chambéry, Lurs, Eymet.

 

Elements (SJB Records 2021) du batteur-compositeur Thomas Gonzalez en trio avec Nicolas Michiel au piano et Jacinto Carbajal à la contrebasse commence par un long roulement de batterie en intro de Barrie's Close sur lequel vient se greffer le piano en simple écho fragile, avant l'arrivée du thème, toujours sur ce fond roulant. Quatre des cinq thèmes, avec Memory, Adjarra et Alegria qui donnent bien la tonalité de l'album, sont du batteur, dont un écrit en commun avec le pianiste et le dernier, une composition d'Eric Legnini. Jeu d'équilibre nuancé entre mélodie pop et puissance rythmique, avec de beaux échanges entre les musiciens et de jolis arrangements.
En concert le 20 novembre à Mons en Bareuil.

 

Petite Fleur (Storyville 2021) est le résultat de la rencontre entre la chanteuse française Cyrille Aimée et le batteur Adonis Rose, directeur musical du New Orleans Jazz Orchestra, un grand orchestre d'une vingtaine de musiciens de Louisiane dont les solistes Ricardo Pascal, Ed Peterson, Ashlin Parker ou John Bradford. La rencontre entre la France et la Nouvelle-Orléans, avec trois chansons en français, Petite Fleur de Sydnet Bechet, Que feras-tu de ta vie de Michel Legrand, Si tu savais de Django Reinhardt, au son très hot, et six standards en anglais. Plus Down de Cyrille Aimée, où l'orchestre, plutôt classique, sonne très actuel, entrelacé sur la belle voix de la chanteuse, capable aussi de remarquables moments en scat. Une jolie rencontre donc.

 

Complexe (Aléa 2021) est le deuxième album du projet Ilium, du nom du premier cédé réédité lui aussi le 12 novembre, projet qui vit dans la première décennie du xxie siècle cinq disques se succéder en quintet, puis en septet, enfin en quartet sur des labels aujourd'hui disparus. Les trois autres reparaîtront courant 2022, le dernier en double album avec un enregistrement du nouveau quartet. Complexe réunit donc Pierre de Bethmann au Rhodes, David El Malek au sax ténor, Michael Felberbaum à la guitare, Vincent Artaud à la contrebasse et Franck Agulhon à la batterie. Un cédé où les douze compositions électriques du pianiste virtuose mettent en valeur le sax grave et la guitare rêveuse, fortement soutenus par la section rythmique palpitante et percutante.

Le nouveau quartet à écouter à Paris avec David El Malek, Simon Tailleu et Antoine Paganotti au Sunside les 23 et 24 novembre.

Alain Lambert
3 novembre 2021
© musicologie.org


Les précédents articles d'Alain Lambert

Black Pantone en super formeStacey Kent en trio et en chansons intimistesLe Bourgeois gentilhomme : Jérôme Deschamps et les Musiciens du LouvreCinq cédés jazzy pour regarder les feuilles tomberDébuts, un trio jazz pop à Jazz dans les présCaen : festival Interstice[15 : sculptures et machines musicales.

alain@musicologie.org ; Alain Lambert, tous ses articles.

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Mercredi 3 Novembre, 2021 1:12