bandeau texte musicologie

11 septembre 2021 —— Alain Lambert.

Cinq cédés jazzy pour prolonger l’été

Du jazz progressif avec Solar Flash de Asaf Sirkis et aussi SpaceShipOne de The Volunteerd Slaves, le jazz automate et décalé de Onze Heures Onze pour leur troisième opus, et le jazz tout autant expérimental du Thibault Walter trio, Le seul snob ou du trio d’Élise Dabrowski, Parking.

Solar Flash (Moonjune 2021) est un (faux) album en trio du batteur anglais Asaf Sirkis dans la mesure où les deux invités ont une place importante, Sylwia Bialas au chant sur trois titres et Mark Wingfield à la guitare électrique aussi, n’en restant que deux pour le trio, Gary Husband étant aux claviers et Kevin Glasgow à la basse 6 cordes. Avec les recommandations de deux batteurs du jazz rock progressif britannique du siècle passé, Robert Wyatt et Bill Bruford, Sirkis prolonge passionnément cet héritage depuis plusieurs albums avec un punch (Kinship, Under The Ice, Solar Flash…) et une douceur mélancolique (Polish Suite) selon les thèmes.

 

SpaceShipOne (Day After Music) est le cinquième album des Volunteered Slaves devenus cinq d’ailleurs par l’ajout de l’organiste Emmanuel Bex aux claviers divers d’Emmanuel Dupré, au sax d’Olivier Temime, à la basse d’Akim Bournane et à la batterie de Julien Charlet. Un quintette de choc, une section rythmique en grande forme, un sax à la fois puissant et méditatif et un doublet de claviers qui permettent une grande multiplicité de jeux sonores en écho et en abîme dans ce voyage spatial funky. Qui n’est pas sans rappeler les recherches musicales passées des météorologistes de Weather Report ou actuelles du trio Rymden parti par deux fois déjà explorer les trous noirs. Mais les esclaves volontaires s’évadent eux sur d’autres navettes sonores, vers Alpha Delphini.

 

Onze Heures Onze Vol III (Onze Heures Onze 2021) est, comme son nom ne l’indique pas, constitué de neuf musiciens (aux Fender, trompette, sax ténor, guitare, batterie) et musiciennes (aux sax alto, vibraphone, flûte, claviers) presque à parité, passionnés de musique contemporaine et de jazz. Leur projet dans ce troisième opus est d’explorer en musique la rencontre entre répétitif et aléatoire, algorithme et créativité. Non solo matematica ou Musique semi-perpétuelle donnent le la si l’on peut dire, dans l’énoncé même des deux titres, les autres étant plus ésotériques. Un nonet de grande ampleur qui expérimente en toute liberté et créativité.

 

Le seul snob (Élément 124 2021) est l’un des titres anagrammés (noblesse oblige) du trio de Thibault Walter avec Jean Luc Ponthieux à la contrebasse et Pablo Cueco au zarb. Le piano électrique CP70 appartient au siècle dernier non numérique, avec un cordier, ce qui permet de l’utiliser en piano préparé de manière à altérer les sons, à les désaccorder un peu pour aller au-delà des douze notes de la gamme occidentale. Idem pour les rythmes. Mais si le rationnel est volontairement évité (RER lointain et Ralenti noir peuvent se redistribuer chacun en irrationnel) la musique est bien présente et tombe rarement dans le bruit (Tribu), avec un trio jamais décourageant (Remontage caduc), juste intrigant et plaisant.

 

Parking (Full Rhizome 2021) un trio inattendu mené par Élise Dabrowsky au chant, Fidel Fourneyron au trombone et Olivier Lété à la basse électrique, parfois préparée et percussive en final. Une voix qui d’abord vocalise (Balade, Il a plu) puis trouve ensuite les mots (Peut être es tu immobile à la fenêtre, Faire s’écrouler des choses, Parking) extraits de Trust de Falk Richter, un texte de théâtre contemporain. Entre les mots, les volutes et onomatopées s’entremêlent gravement avec la basse et le trombone, Les êtres en quête, Des paysages qui attendent, Dis simplement quelque chose, ou plus court Gavotte (instrumental) ou Variation (vocal). Un univers musical inventif, envoûtant à la fois intime et expressionniste qui dit profondément quelque chose.

 

Alain Lambert
11 septembre 2021
© musicologie.org


Les précédents articles d'Alain Lambert

Jazz sous les pommiers en été pour les 40 ans — Carte postale estivale : le trio EGG ressort de son œuf à l'hôtel d'EscovilleTraversées Tatihou 27e édition Musiques et vents plein les oreilles. —– Trois cédés hommages aux grands anciensCinq cédés jazzy pour oublier la caniculeCarte postale estivale : Caillou en duo à l'hôtel d'Escoville.

alain@musicologie.org ; Alain Lambert, tous ses articles.

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Samedi 11 Septembre, 2021 4:36