musicologie

5 mai 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

Stéphane Degout entre romance et Lied

Poèmes d'un jour, Stéphane Degout (baryton), Simon Lepper (piano), œuvres de Gabriel Fauré, Johannes Brahms, Robert Schumann. B-Records 2019 (LBM 17).

Enregitré en public au Théâtre de l'Athénée, 18 décembre 2017.

Stéphane Degout est passé du Conservatoire national supérieur de Lyon à la scène de l’Opéra de Lyon, et de la scène de l’Opéra de Lyon aux autres grandes scènes du monde, dans un large répertoire, du xviie siècle au contemporain dont des créations. Il apparaît dans une très nombreuse discographie.

Son complice à touches, Stéphane Lepper, a étudié au King’s College de Cambridge, il est chef de chant et professeur d’accompagnement au Royal College of Music de Londres où il coordonne le département d’accompagnement. Il est aussi accompagnateur du concours BBC Cardiff Singer of the World.

Le programme ouvre la curiosité par le télescopage des esthétiques, celle de la mélodie, chanson ou romance française et de la mélodie, chanson ou romance allemande, dont on garde en français le mot allemand, pour marquer la différence, Lied.

Stéphane Degout travaille depuis son toujours la mélodie, il l’enseigne même, mais il rompt ici la tradition intimiste du cercle rapproché, portée au plus haut par des artistes tels Hugues Cuenod (indépassable Socrate d’Erik Satie), pour une projection digne d’une scène d’opéra, comme on en a l’habitude dans le Lied.

Fauré s’en porte en fait très bien, de cette germanisation, il prend musicalement du volume dramatique extraverti, les poésies  quant à elles sont servies par une diction impeccable.

Côté allemand, de chez Schumann et Brahms, c’est nous semble-t-il, un peu francisé, un peu rond et linéaire pour ce qui concerne le théâtre des mots, que la prononciation allemande peut si bien dramatiser, entre l’étirement des voyelles et le claquement des consonnes.

Mais que tout cela est beau et convaincant. Surtout la qualité vocale de Stéphane Degout, dont le timbre parfaitement cohérent ne décroche pas, de fond de gorge à fausses nasales, de piano à forte. C’est en plus luxueux de confort.

 

 

 Jean-Marc Warszawski
5 mai
2020

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Alban Berg derrière ses œuvres : une enquête d'Élisabeth Brisson —— L'intégrale des œuvres pour flûte d'André Jolivet par Hélène Boulègue —— La pianiste Anna Kavalerova Varie bien qui aime bien —— L'ensemble Sallazo enregistre le chansonnier de Louvain —— Les quatuors à cordes de Swan Hennessy.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mardi 5 Mai, 2020 1:46