musicologie  vendredi 24 avril 2020.

Que faire de l’œuvre intermédiale ? Conception-réalisation-monstration-réception-archivage

 

5- au 7 novembre 2020, Paris
Appel à communication
Congrès de la Société Internationale d’Études Intermédiales
Petit auditorium, la BnF ; Auditorium Maurice-Gross, l’UGE.

Pour apporter une contribution venant compléter les nombreuses discussions théoriques et historiques des études intermédiales de l’ISIS et de ses acteurs, comme le souligne le titre de cette proposition, ce congrès a pour objet d’étu- dier l’œuvre intermédiale à travers ses principales étapes, depuis la création jusqu’à la réception, l’analyse et la conservation.

Hormis l’application de nouvelles technologies et de nouveaux médias, deux tendances majeures caractérisent la création artistique des cinquante der- nières années.

L’une explore les échanges entre les domaines artistiques au travers d’une impressionnante diversité de formes d’expression fondées sur les rapports et interactions entre son, image et geste, pouvant se traduire par une véritable osmose entre les différents types de perception. L’autre tend vers l’abolition de la distinction entre « l’art » et le « non-art » sous la poussée d’un phénomène d’esthétisation et de théâtralisation d’autres champs culturels (médias, sports, politique…)

Des formes d’art s’expriment ainsi par des phénomènes d’intermédialité et d’intersensorialité, de multidisciplinarité et d’indisciplinarité, c’est-à-dire par la recherche d’une transgression des limites, des frontières entre domaines artistiques, mais également entre différents types de perception et d’environ- nement sociaux. Face à une telle situation de pluralité de démarches hors de l’hermétisme de disciplines clairement définies et de doctrines esthétiques, il est nécessaire de développer une approche transversale, d’analyser les pra- tiques artistiques interdisciplinaires et les discours théoriques et critiques qui les accompagnent, mais également de préciser et développer des concepts pouvant aider à définir cette situation nouvelle, tels que : le déclin de l’objet, la crise du langage, la synthèse des arts, la synesthésie, les conjonctions sen- sorielles, les environnements pluri-artistiques, la participation active, etc. Pa- rallèlement à cela, il convient de s’interroger sur les manières de penser le « non-art » et sur la signification de l’esthétisation de la culture.

De nouvelles notions comme les trans-, hyper-, média- ou immédia se manifestent dans le contexte de l’œuvre intermédiale. La création de cette dernière est également au cœur de la création numérique exécutable par un ordinateur, ce qui a considérablement élargi la conception d’origine d’avant- garde de Fluxus, créant un changement épistémologique et la nécessité d’apporter une réflexion plus approfondie, non pas théorique, mais ciblée sur l’œuvre elle-même, son existence et sa manière d’être dans les étapes de production, d’interprétation et de réception. Dans les méthodes utilisées du transdisciplinaire et de l’interdisciplinaire, une approche de l’Indisciplinaire au sens que donnent Huys et Vernant à ce terme (2012) — hors des genres artistiques institués, associé à  des  créateurs  qui  opèrent  volontairement en marge de tout système, déterminé par le sens — pourrait être une piste importante dans le corpus méthodologique adopté.

Cela mène à de nombreuses questions ouvertes ; Quels sont aujourd’hui les outils méthodologiques permettant d’appréhender ou d’apprécier à sa juste valeur cette production artistique particulière qu’est l’œuvre intermédiale ? Ces questions amènent aussi à s’interroger sur ce qui constitue réellement une œuvre intermédiale. Il s’agit d’aller au-delà d’une lecture intermédiale d’œuvres récentes ou plus anciennes en s’interrogeant également sur le processus de différenciation de la dynamique de la création et en se libérant de la terminologie des genres artistiques par le recours à une terminologie des phénomènes de la pensée. Enfin, étant donné que les archives et les bibliothèques (exception faite de quelques rares lieux spécialisés) restent inopérantes face à ce phénomène de création (l’œuvre intermédiale demeure mal archivée, mal présentée, voire exclue des fonds), une partie de ce colloque sera consacrée à la problématique suivante : comment y remédier ?

Ce congrès sera organisé autour des cinq thématiques suivantes :

- Conception et ses fondements théoriques ;

- Réalisation et production (l’œuvre face au réel, archéologie des médias) ;

- Monstration de l’œuvre intermédiale ;

- Réception de l’œuvre, tant par le public que par les théoriciens et les analystes;

- L’archivage de l’œuvre et ses problèmes institutionnels, théoriques et pratiques.

Conférenciers d’honneur : Jean-Marc Larrue (Université de Montréal, CRIalt – CRILCQ), Nicola Cisternino (Compositeur, Accademia delle Belle Arti Venezia).

La durée maximale des communications est de 20 minutes ; elles seront suji- vies de 10 minutes de questions et d’échanges.

Les frais du congrès (incluant participation, le buffet et le banquet annuel de l’ISIS) sont de 80 €. Le tarif réduit (étudiants, sans-emploi…) 50 €.

Merci d’envoyer votre proposition (max. 250 mots) et une courte biographie (50 mots) au format PDF à : isis.intermedia.colloque20@gmail.com

Les propositions doivent inclure votre nom, votre affiliation universitaire (si applicable), votre statut académique et le titre de votre communication.

La date de tombée des propositions a été étendue au 1er mai 2020. Le comité scientifique notifiera les admission le 1er juillet 2020.

Organisé par le laboratoire LISAA (EA 4120) Université Gustave Eiffel
et IReMus / BnF / CNRS - Sorbonne Université, en coopération avec
l’ENS Louis-Lumière, l’équipe Lutheries, Acourstique, Musique, l’Université de Montréal, le festival aCROSS l’Université d’Antwerpen et l’équipe LangArts.

Conseil scientifique : Christophe d’Alessandro, Miguel Almiron, Maxime Boid, y, Pierre-Albert Catanet, Jean-Marc Chouvel, Geneviève Mathon,
Carole Halimi, Irène Langlet, Olivier Brossard, Jean-Marc Larrue, Giusy Pisano, Kurt Vanhoutte.,

Comité d’organisation : Lenka Stransky, Martin Laliberté.

 

 

 


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

bouquetin

Lundi 27 Avril, 2020