musicologie  samedi 22 août 2020.

Jazz et questions de  genre

 

Début 2021, Nantes
Appel à communication
Epistrophy, la revue de jazz, no 6

Sous la direction scientifique de Pauline Cornic, avec la collaboration de : Joana Desplat-Roger, Hugo Dumoulin, Édouard Hubert, Mélodine Lascombes, Lucas Le Texier.

Ce nouveau projet d’Epistrophy se propose d’interroger les différentes implications du genre dans le jazz.

De nombreux travaux ont montré comment le jazz constituait un champ majoritairement polarisé autour d’une certaine construction du « masculin », qu’il s’agisse de la répartition genrée des rôles, des règles de socialisation, ou de la manière dont les discours critiques et académiques se sont développés. Ainsi se sont établies des normes pratiques et esthétiques spécifiques, fonctionnant notamment grâce à une marginalisation factuelle ou discursive des femmes, cause et conséquence d’une perception implicitement ou explicitement négative de  ce qui est considéré comme « féminin ». Ces phénomènes de marginalisation ont mené à des stratégies subversives spécifiques de la part des instrumentistes et vocalistes féminines de jazz, tant sur le plan de l’organisation de la pratique, de la transmission et de la socialisation que sur celui du contenu musical.

Au delà de la question de l’hégémonie masculine et de la place des femmes dans le jazz, se pose la question de ce que révèle cette polarisation, de ce que contiennent ces catégories du « féminin  » et du « masculin  » dans les discours et les pratiques jazzistiques, de ce qui se joue dans ces constructions genrées, et de la manière dont elles s’articulent avec d’autres niveaux de l’identité individuelle et collective, personnelle et politique, et ce dans les  différents espaces culturels et temporels où le jazz se déploie et s’est déployé depuis plus d’un siècle. En d’autres termes, il s’agit de s’interroger sur le rôle que jouent ces catégories genrées au sein du jazz et en quoi l’accentuation de leur opposition peut être considérée comme spécifique à cette musique. En effet, une comparaison entre le jazz et d’autres styles musicaux montre que ce dernier est particulièrement frappé par la question du genre1. Par ailleurs, cette construction genrée s’est accompagnée d’une forte normativité du genre liée à une hétéronormativité exacerbée. Il semble donc important de questionner la notion d’identité du genre au sein du jazz, sur les identités queer, transgenres et non-binaires dans les pratiques et les récits jazzistiques.

Epistrophy se propose d’interroger ces différentes questions à travers quatre thématiques non- exhaustives :

Genre et discours jazzistiques 

Si les discours académiques et journalistiques sur le jazz présentent de nombreuses différences, notamment dans la terminologie employée, leurs analyses restent néanmoins, dans les deux cas, majoritairement établies par des hommes, ce qui « [...] renforce l’idée que  le jazz est un espace masculin, réitérant les constructions binaires et recréant    irréfutablement ce que Judith Butler nomme la “matrice masculine hétérosexuelle”2. » Au-delà de l’exclusion des femmes du canon jazzistique et de leur invisibilité médiatique et historiographique, il
faudrait étudier la façon dont les jazzwomen et leur musique sont évoquées lorsqu’elles le sont, ainsi que la manière dont les constructions genrées impactent les critiques  journalistiques ou les écrits académiques.

Quelles conceptions du genre révèlent les discours sur le jazz ? Comment ces conceptions du genre influencent-elles l’établissement du canon jazzistique ? Quels espaces de visibilité sont accordés dans les discours sur le jazz aux identités qui échappent au cadre normatif du genre  et de l’hétérosexualité ?

Négociation de l’identité et « authenticité » du jazz 

Si l’établissement du canon jazzistique s’est polarisé autour du masculin, cela implique aussi une forte tension entre genre et « authenticité » dans le jazz. Christopher Wells a par exemple montré, en se penchant sur le cas de la réception des débuts d’Ella Fitzgerald, que le féminin et le vocal avaient été associés au domaine du populaire et du commercial, considérant que les artistes féminines et le public étaient inaptes à saisir l’essence même du jazz instrumental considéré comme « authentique »3 . Les logiques à l’œuvre derrière ce processus sont multiples et témoignent d’une imbrication complexe entre race, genre, rapport de classes et authenticité du jazz. Dès lors, cette tension entre genre et authenticité du jazz doit être appréhendée à l’aune des relations entre le genre et d’autres aspects de l’identité, en particulier la question raciale. La notion d’intersectionnalité pourra s’avérer particulièrement utile pour appréhender ces phénomènes imbriqués, et pour interroger les rapports de force et les constructions identitaires genrées qui se jouent au sein des débats sur « l’authenticité » du jazz.

Performance jazz : représentation, normativité et subversion du genre 

On peut se demander comment les catégories genrées sont négociées, représentées et contestées dans la pratique musicale et les performances jazz. Le cas des vocalistes est particulièrement significatif, car la présence exacerbée du corps dans le chant implique un rapport direct de l’interprète et à son identité de genre. Or, le corps peut être aussi ce qui, dans le cadre de la performance, va permettre aux chanteuses, via l’interprétation vocale, d’établir des stratégies de subversion de ces assignations genrées. Là où, de manière à ne pas être marginalisées, les instrumentistes vont avoir tendance à adopter des comportements  identifiés
comme masculins, à jouer comme des hommes, à « parler comme des hommes4 » dans le
cadre de la discussion musicale improvisée entre les musiciens, les vocalistes vont quant à elles développer des stratégies spécifiques, parfois de l’ordre de ce que l’on pourrait appeler un signifyin’ féministe logé dans la stylisation sonore5. Si le cas des performances vocales est spécifique,  il  faudrait  aussi  pouvoir  s’interroger  sur  les  performances  instrumentales,  ou
encore sur la danse.

Quelles sont les représentations du genre dans les performances jazz ? Comment ces représentations s’articulent-elles avec les normes charriées par les canons du jazz ? Quelles formes de subversion des assignations genrées, de la normativité du genre et/ou de l’hétéronormativité se donnent à voir et à entendre dans les performances jazz ?

Identité et expressivité de genre dans le jazz 

Enfin, il faudrait réfléchir plus précisément sur la question de l’identité du genre à l’aune des problématiques liées aux identités transgenres, non-binaires et queer. L’hégémonie du masculin s’est accompagnée d’une hétéronormativité diffuse, sur laquelle Sherrie Tucker s’interroge sous un angle original, lorsqu’elle se demande à quel moment le jazz est devenu « straight6 ». Cette approche permet de questionner le prisme à travers lequel les études jazzistiques abordent les questions du genre et de la sexualité. Cette question de l’identité    du
genre pourra tout aussi bien concerner les contenus esthétiques que les pratiques sociales du jazz qui s’articulent autour de ces problématiques.

Quel(s) modes de représentation(s) d’identité(s) queer, transgenres et non-binaires dans les performances jazz ? Quelle place pour ces différentes identités dans les discours jazzistiques ? Que révèle l’historiographie des études jazzistiques à propos de l’identité du genre ? Quels espaces de diffusion pour ces musicien.ne.s ?

Les perspectives esquissées ici en appellent à tous les champs disciplinaires.

Modalités de soumission 

Le numéro « Jazz et questions de genre » fera l’objet d’un colloque qui aura lieu au début de l’année 2021 à l’espace « Cosmopolis » de Nantes, puis d’une publication dans la revue Epistrophy à l’automne 2021. La date limite de réception des propositions de communication est fixée au 1er septembre 2020. Elles doivent être adressées à l’adresse epistrophy@epistrophy.fr. Le comité éditorial de la revue sélectionnera les propositions et en informera les auteur.e.s au plus tard le 30 septembre 2020.

Les propositions doivent comporter :

  1. un titre ;
  2. un résumé d’environ 3000 signes ;
  3. une bibliographie succincte ;
  4. une courte bio-bibliographie de l’auteur.e

Bibliographie indicative

Ake, David. « Re-Masculating Jazz: Ornette Coleman, “Lonely Woman”, and the New York Jazz Scene in the Late 1950s », American Music, vol. 16, n° 1, Printemps 1998, p. 25-44.

Arvidsson, Alf, Jazz, Gender, Authenticity  : Proceedings of the 10th Nordic Jazz Research Conference, Stockholm August 30-31 2012 [en ligne], 2014, consulté le 17/04/2020.

Atkins, Jennifer, « Class Acts and Daredevils: Black Masculinity in Jazz Funeral    Dancing »,
The Journal of American Culture, vol. 35, n° 2, Juin 2012, p. 166-180.

Attrep, Kara, « From Juke Joints to Jazz Jams: The Political Economy of Female  Club Owners » IASPM Journal, vol. 8, n° 1, 2008, p. 9-23.

Baber, Katherine, « “Manhattan Women”: Jazz, Blues, and Gender in On the Town and Wonderful Town American Music  », vol. 31, n° 1, Printemps 2013, p. 73-105.

Barg, Lisa, « Queer Encounters in the Music of Billy Strayhorn », Journal of the American Musicological Society, vol. 66, n° 3, Automne 2013, p. 771-824.
Béthune, Christian, Blues, Féminisme et Société  : Le Cas Lucille Bogan,Camion Blanc, 2018. Brown, Jayna, Babylon Girls : Black Women Performers and the Shaping of the Modern,
Duke University Press, 2008.

Burke, Patrick, « Oasis of Swing: The Onyx Club, Jazz, and White Masculinity in the Early 1930’s », American Music, vol. 24, n°3, Automne 2006, p. 320-346.

Buscatto, Marie, Femmes du Jazz  : Musicalités, Féminités, Marginalités, CNRS Editions, 2016.

Carby, Hazel V., « The Sexual Politics of Women’s Blues », Keeping Time: Readings in Jazz History. 2nd éd., Oxford University Press, 2015, p. 33-44.

Caudwell, Jayne, « Jazzwomen: Music, Sound, Gender, and Sexuality », Annals of Leisure Research, vol. 15, n°4, 2012, p. 389-403.

Clifford-Napoleone, Amber R., Queering Kansas City Jazz  : Gender, Performance, and the History of a Scene. University of Nebraska Press, 2018.

Costa Vargas, João H, « Jazz and Male Blackness: The Politics of Sociability in South Central Los Angeles », Popular Music and Society, vol. 31, n°1, 2008, p. 37-56.

Cugny, Laurent, Une histoire du jazz en France. Tome 1, Du milieu du xixe siècle à 1929, Paris, Outre Mesure, coll. « Jazz en France », 2014.

Davis, Angela, Blues et féminisme noir, trad. fr. Julien Bordier, Libertalia, 2017.

Dunn, Leslie C., and Nancy A. Jones, Embodied Voices: Representing Female Vocality in Western Culture, Cambridge University Press, 1994.

Gabbar, Krin, « Signifyin(g) the Phallus: “Mo’ Better Blues” and Representations of the Jazz Trumpet », Cinema Journal, vol. 32, n°1, Automne 1992, p. 43-62.

Gillett,  Rachel  Anne,  « Jazz  Women,  Gender  Politics,  and  the  Francophone    Atlantic », Atlantic Studies, vol. 10, n°1, 2013, p. 109-130.

Kernodle, Tammy L., « Black Women Working Together: Jazz, Gender, and the Politics of Validation », Black Music Research Journal, vol. 34, n°1, Printemps 2014, p. 27-55.

Lizé, Wenceslas, « Le genre de la jazzophilie. Féminisation, préférences stylistiques et catégories de l’amour du jazz » [en ligne], dans Sylvie Octobre, Frédérique Patureau (dir.), Sexe    et    genre    des    mondes    culturels,    Lyon,    ENS    Editions,    2020,    p. 143-156, consulté le 17/04/2020.

McGregor, Elisabeth Vihlen, « The Gendered Jazz Public », dans Jazz and Postwar French Identity, Lanham, Lexington Books, 2016, p. 43-75.

Monson, Ingrid, « The Problem with White Hipness: Race, Gender, and Cultural Conceptions in JazzHistorical Discourse », Journal of the American Musicological Society, vol. 48, n°3, Music Anthropologies and Music Histories, Automne 1995, p. 396-422.

Provost, Sarah Caissie, « Bringing Something New: Female Jazz Instrumentalists’ Use of Imitation and Masculinity », Jazz Perspectives, vol. 10, n°2-3, septembre 2017, p. 141-157.

Rustin, Nichole T., and Tucker, Sherrie (dir.), Big Ears: Listening for Gender in Jazz Studies, Durham/London  : Duke University Press, 2008.

Sadikalay, Philip, « Le Geste Jazz et La Condition Noire Féministe  : Une Étude Comparée Des Dissonances » [en ligne], Archipélies, n°6, 2018, consulté le 17/04/2020.

Suzuki, Yoko, « Two Strikes and the Double Negative: The Intersections of Gender and Race in the Cases Of Female Jazz Saxophonists », Black Music Research Journal, vol. 33, n°2, Automne 2013,  p. 207-226.

T. Royster, Francesca, « Queering the Jazz Aesthetic: An Interview with Sharon Bridgforth and Omi Osun Joni Jones », Journal of Popular Music Studies, vol. 25, no. 4, p. 537-552.

Tucker, Sherrie, « Nobody’s Sweethearts: Gender, Race, Jazz, and the Darlings of Rhythm  »,
American Music, vol. 16, n° 3, Automne 1998, p. 255-288.

---, « Telling Performances: Jazz History Remembered and Remade by the Women in the Band », The Oral History Review, vol. 26, n° 1, 1999, p. 67-84.

---, Swing Shift  : “All-Girl” Bands of the 1940s, Duke university Press, 2000.

---, « When Did Jazz Go Straight  ?  : A Queer Question for Jazz Studies » [en ligne], Critical Studies in Improvisation / Etudes Critiques En Improvisation, vol. 4, no. 2, 2008, consulté le 17/04/2020.

Wells, Christopher J., « “A Dreadful Bit of Silliness”: Feminine Frivolity and Ella  Fitzgerald’s Early Critical Reception », Women and Music: A Journal of Gender and Culture, vol. 21, 2017, p. 43-65.

White, Matthew B. « “‘The Blues Ain’t Nothin’ But a Woman Want to Be a Man”: Male Control in Early Twentieth Century Blues Music », Canadian Review of American Studies, vol. 24, n° 1, 1994, p. 19-22.

Whiteley, Sheila, Women and Popular Music: Sexuality, Identity, and Subjectivity, Routledge, 2000.

Willis, Vickie, « Be-in-Tween the Spa[]Ces: The Location of Women and Subversion in    Jazz », The Journal of American Culture, vol. 31, n° 3, Septembre 2008, p. 293-301.

_____________

1. Voir Cugny, 2014.

Willis, 2008, p. 294 : « The language used in these two jazz spaces reinforce the idea of jazz as a masculinespace, reiterating binary constructions and positively recreating what Judith Butler refers to as the “heterosexual masculine matrix”.  »

3. Wells, 2017.

4. Willis, 2008.

5. Voir Béthune, 2018 et Carby, 2015.

6. Sherrie  Tucker,  « When  Did  Jazz  Go  Straight  ?  :  A  Queer  Question  for  Jazz  Studies »,  Critical  Studies  in Improvisation / Études critiques en improvisation, vol. 4, n° 2, 2008.

 


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

Vendredi 21 Août, 2020