bandeau texte musicologie

10 décembre 2020 —— Alain Lambert.

Cinq cédés jazzy pour frimer en frimaire

En vous rappelant que Billie Holiday se prénommait encore  Eleanora à ses débuts, auxquels le disque du même titre rend hommage. En réécoutant Dexter Gordon avec Tete Montoliu et NHOP dans Montmartre 1964. En savourant le volume 4 des Essais de Pierre de Bethmann en trio. En découvrant le collectif La boutique emmené par Fabrice Martinez dans Twins. Et en appréciant le piano préparé de Christopher Bjurström tout en Écume de mai.

Avec Eleanora (Sugar factory 2020) nous remontonsaux débuts de la carrière de Billie Holiday incarnée par Nicole Rochelle à la voix troublante dès What a Moon qui s'impose après l'introduction, et dans tous les titres connus ou moins connus de ce répertoire des années trente. Fine and Mellow, Did  I Remember, No Regrets, Mean to Me, The Man I Love... Le Hot Sugar Band parisien, Bastien Brison au piano, Julien Ecrepont à la trompette, Jean-Philippe Scalli au sax alto, Corentin Giniaux à la clarinette et aux arrangements, Vincent Simonelli à la guitare, Julien Didier à la contrebasse, Jonathan Gomis à la batterie est remarquable dans l'actualisation du bon vieux swing.

Montmartre 1964 (Storyville 2020) le club mythique de Copenhague dans lequel Dexter Gordon, devenu Danois, se produisait avec le grand pianiste catalan Tete Montoliu, le jeune Nils-Henning Orsted Petersen à la contrebasse et Alex Riel à la batterie. Un quartet en live et bien vivant dans ce double set enregistré fin juillet 1964. Vous vous souvenez du saxophoniste à Paris dans Autour de minuit de Bertrand Tavernier, c'est ce même Dexter Gordon qui souffle dans son ténor et nous réinvente Manha de Carnaval ou Misty, ou nous propose ses thèmes, King Neptune, I Want More, Cheese Cake, tout en échangeant des citations avec le pianiste, plus be bop que catalan, ou même poussant la chansonnette dans Big Fat Butterfly. Un grand moment sauvegardé.

 

Essais/Volume 4 (Aléa 2020) du trio de Pierre de Bethmann commence au Fender énigmatique par le thème Déluge de Wayne Shorter. Puis passe au piano pour un Anthropology drôlement balancé et harmonisé. Saint Thomas vibre dans la même moulinette décalée, alternant piano et Fender. Un vrai régal. Think of One de Monk se joue de l'esprit sphèrique de Thélonious, et Tony Rabeson à la batterie poursuit les touches avec ses baguettes démultipliées. Les autres thèmes alternés sont plus dans la ballade, repris de Carla Bley, Kenny Wheeler, Guillermo Klein et Paul Mac Cartney, un This Never Happened Before enchanté où Sylvain Romano contrechante à la contrebasse. Essais confirmés.

 

Twins (2020) est le premier opus du Collectif La Boutique avec Vincent Arnoult au hautbois et cor anglais, Emmanuelle Brunat à la clarinette basse, Clément Duthoit aux saxophones, Nicolas Fargeix à la clarinette, Fabrice Martinez aux trompette et bugle, David Pouradier Duteil à la batterie et au udu, Anaïs Reyes au basson, Yves Rousseau à la contrebasse et en invité Vincent Peirani à l'accordéon et à l'accordina. Un superbe son de petit big band où les bois et les cuivres dialoguent entre eux et avec l'accordéon. Sur d’envoûtantes compositions de Jean Rémy Guédon pour son ensemble Archimusic, superbement arrangées par Fabrice Martinez. Un son original aux couleurs chatoyantes.

 

Écume de mai (MZ records 2020) est un disque de piano solo, parfois préparé « avec quelques accessoires mais jamais qu'à deux mains » dit la pochette. Le livret nous livre les neuf extraits de poèmes en écho aux improvisations de Christofer Bjurström. Jules Supervielle avec Ce qui est devenu écume inspirant la répétition et le recouvrement des notes en vagues écumeuses. Le poème suivant est d'Abdellatif Laàbi, Une seule main ne suffit pas au rythme emballé. Suivent des notes sur les mots mélancoliques de Sylvia Plath, Claude Roy, Laàbi encore, Emily Dickinson, Bo Carpelan, Raymond Carver, et Roy pour clore. Un bel univers aux notes envolées du clavier et aux percussions diverses du cordier.

 

Alain Lambert
11 décembre 2020
© musicologie.org


Les précédents articles d'Alain Lambert

Hugues Panassié - André Hodeir : la querelle des « raisins aigres » et des des « figues moisies » —— Cinq cédés jazzy à savourer en Brumaire —— Cinq cédés jazz pour savourer l'été indien—— Carte postale : une fanfare rock pour clore le Voyage à Nantes —— Cinq cédés jazz pour savourer la fin de l'été —— Carte postale : l'Orchestre régional de Normandie en « belle tournée » —— L'Histoire des Zazous par Gérard Régnier : de la légende à l'histoire.

alain@musicologie.org ; Alain Lambert, tous ses articles.

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Dimanche 10 Janvier, 2021 3:27