musicologie

18 août 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

À Prades, les oiseaux ont chanté pour Pau Casals

L'abbaye Saint-Michel-de-Cuxa. Photographie © musicologie.org.

Privé de son académie et de sa centaine d’étudiants, ramené de 20 à 5 jours, réduit à une dizaine de concerts sur la quarantaine habituelle, le Festival Pau Casals de Prades, qui affiche complet, a tout de même une sacrée allure feu et flammes, des deux côtés de la rampe. J’avoue m’être attendu à un festival quelque peu morne et découragé, nous le découvrons plutôt niaqué. Les terrasses du centre-ville sont noires de monde, le retour à la vie, tout de même très mesuré, a un effet galvanisant.

On inaugure et on clôt chaque concert par une ovation debout, pour marquer le soutien ou la sympathie à Michel Lethiec, évincé de manière extravagante d’une direction artistique, respectueuse de « l’esprit Casals » et brillamment assumée depuis quarante ans.

Voilà pour l’ambiance, à laquelle s’ajoute une chaleur escaladant les degrés sans vergogne.

Depuis 2005, le Festival s’est doté d’un concours bisannuel de composition, récompensé par une commande (et 5 000 euros), où le papier à musique se bouscule au portillon : plus de 600 compositeurs (de moins de trente-cinq ans) ont mis une de leurs œuvres en compétition.  La huitième session, en 2019, a été remportée par Marc Migó Cortés, un jeune catalan, dont on entend parler depuis quelques années... quand on prête l’oreille, barcelonais de 27 ans, avec Cerdanyenca, une sonate pour violoncelle et piano.

D’abord autodidacte, il se décide à suivre des cours particuliers de piano avec la pianiste argentine installée à Barcelone, Liliana Sainz, d'harmonie et de contrepoint avec le compositeur Xavier Boliart, qui fut entre autres professeur au Conservatoire de Barcelone et Lauréat, en 1976, du Concours international… Pau Casals (de Barcelone). En 2013, Marc Migó Cortés, âgé de vingt ans, est admis à la Escola Superior de Música de Catalunya (ESMUC). Pourvu d’une bourse en 2017, il poursuit ses études de composition à la Juilliard School de New York.

Pour le soixante-dixième anniversaire du Festival Pau Casals de Prades, il a livré un trio pour clarinette, violoncelle et piano, Casals suite, magistralement servi, lors de cette création mondiale du 11 août à l’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa, par Isaac Rodriguez, François Salque et Oliver Triendl.

Abbaye Saint-Michel-de-Cuxa, 11 août 2020, Isaac Rodriguez, Oliver Triendl, Marc Migó Cortés, François Salque Photographie © musicologie.org.

Son catalogue compte à ce jour une trentaine de pièces, de solos à symphoniques, dont plusieurs sont des hommages à Pablo Casals et à la Catalogne.

De ce que nous en connaissons, ses œuvres mêlent indifféremment tonalité et atonalité, avec aisance et volubilité qui peut rappeler ce que fait Thierry Escaich.  Mais, il y a chez Marc Migó Cortés, au moins à l’orchestre et dans, encore une fois, ce que nous en connaissons, des accents qui pourraient faire penser à Leonard Bernstein ou à un je ne sais quoi d’américain.

La Casals suite est une suite par une succession d’épisodes parfois contrastés, mais n’est pas vraiment une suite par la cohérence narrative de l’ensemble. L’œuvre prend son envol de manière volontaire et assez spectaculaire par de grandes vagues ascendantes du piano, s’achevant chacune sur une note démarquée. Une envolée assez soudainement contrariée dans des échanges, aux trois instruments, de petits motifs assez étriqués. Le début de la première suite pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach est nettement énoncé pris dans des commentaires : une mélodie émergeant dans les affaires du monde ou une apparition un peu fantomatique.

C’est un hommage à Casals qui a introduit les suites pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach dans le répertoire moderne des concerts. Elle sont devenues une obligation pour les violoncellistes.

À la fin, avant une dernière évocation de la suite pour violoncelle, émerge la mélodie d’El cant dels ocells (Le chant des oiseaux, en catalan), une chanson traditionnelle de Noël, l’hymne de Casals à la Catalogne, avec lequel il prit l’habitude de conclure ses récitals. Et ce sont ces oiseaux qui chantent, avec réalisme, une assez longue cadence conclusive apaisée.

L’effet poétique réside dans l’opposition, le contraste, l’étrangeté, produits par le compagnonnage des mélodies tonales, de plus (normalement) connues des auditeurs, et des bruits indifférents du monde qui les entoure, bruits indifférents du monde ou caquetage des oiseaux ? Enfin deux mondes qui ne semblent pas vraiment communiquer.

On peut penser que les vagues des premières mesures seraient l’envol des oiseaux, se posant les uns après les autres sur la note détachée : l’exposition du thème. Ou bien est-ce la fureur du monde qui est domptée par les mélodies de Bach et un chant catalan, laissant ainsi le dernier mot aux oiseaux ?

Abbaye Saint-Michel-de-Cuxa, 11 août 2020, Oliver Triendl, Marc Migó Cortés, François Salque. Photographie © musicologie.org.

De curieuse cette pièce devient émouvante, elle évoque, par Bach et sa suite, le musicien extraordinaire que fut Pau Casals, et par El cant dels Ocells son combat humaniste pour la paix (derrière cela, le drame de la guerre et du franquisme), et pour la République catalane.

Cette même émotion qui émanait du très vieil homme, se tenant difficilement debout, s’exprimant avec peine devant les membres de l’ONU, pour leur expliquer que la Catalogne était le plus grand pays du monde, car c’était le premier pays à s’être pourvu d’un parlement, dans le but de parler des questions de la paix.

Visca Catalunya Lliure!

 Jean-Marc Warszawski
18 août 2020
© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Stéphanie-Marie Degand et Violaine Cochard : la musique de Johann Sebastian Bach —— Hector Berlioz  : les enregistrements inoubliables en 11 disques —— Les sortilèges franco-russes du pianiste Cyril Guillotin.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Vendredi 21 Août, 2020 15:28