musicologie

22 décembre 2019 —— Jean-Marc Warszawski.

Nicolas Prost saxman dans le vent

Nicolas Prost & Guests, A Kind of Wind, œuvres de Johh Adams, César Franck, Guillaume Connesson, Hector Berlioz, Michel Legrand, Philippe Gaubert, Paul Hindemith, Ambroise Thomas, Arvo Pärt, Heitor Villa-Lobos, Karol Beffa, André Jolivet. Indésens 2019 (INDE 125).

Enregistré à l'auditorium Jean-Philippe Rameau de Saint-Maur-des-Fossés, et à l'auditorium du CDR de Meudon, de 2017 à 2019.

Nicolas Prost a étudié le saxophone au Conservatoire national supérieur de Paris, a empoché une brassée de lauriers dans une dizaine de concours et se distingue comme figure de proue saxophonienne. Peut-être est-il même, par boulimie et virtuosité, un second Marcel Mule.  On retrouve son nom sur une quarantaine de cédés comme soliste, en musique de chambre ou avec orchestre, il a créé une centaine d’œuvres, donne une cinquantaine de concerts par an, le plus souvent avec les ensembles Saxiana et Variances de Thierry Pécou, mais aussi avec de nombreux orchestres dans le monde.  Il développe une activité pédagogique, rédige des ouvrages, dirige une collection éditoriale, donne des conférences et des classes de maître bien au-delà des frontières. Il est premier saxophone des Concerts Lamoureux et professeur au Conservatoire de Saint-Maur-des-Fossés. Entre temps, il joue du saxophone. Si son credo est le saxophone « classique », il est bien entendu contemporain plutôt polarisé modal ou tonal, ne rechigne pas aux incursions en électronique, en jazz, voire en variété.

Nicolas Prost écrit, dans le livret d’accompagnement, qu’il joue un instrument encore jeune, parmi les instruments d’orchestre, à la recherche de son identité, entendons comme instrument soliste ou chambriste, car il est tout de même né avec le grand orchestre symphonique. Mais il est vrai qu’il reste une invention industrielle, comparé aux autres pupitres baignés de mythologie fantasque, les secrets quasi alchimistes de Stradivarius, la lyre de David, les hautbois et les flûtes des bergers antiques, etc.

Le saxophone qui n’était pas né à l’époque dite classique a trouvé sa place à l’orchestre, dans les harmonies civiles et militaires, les big bands. Comme soliste, c’est le jazz et par passage de témoin, dans une moindre mesure, le rock qui lui ont donné une identité sonore, un son. Même s’il a pu jouer le concerto en mineur pour deux violons (mis au saxophone) de Johann Sebastian Bach, c’est bien ce son propre au saxophone, inventé par le jazz, que Nicolas Prost va chercher. Il en a la profondeur sonore, les attaques, le groove. Même la pochette est en odeur de jazz.

Ce cédé offre un florilège d'œuvres qui ne manque pas de surprises, comme ce « Chœur des pêcheurs » accompagné par quatre saxophones, extrait d’Hulda, un opéra de César Franck ou les Chants de l’ancien Pérou, pour trois saxophones, d’Ambroise Thomas, déjà enregistré en 2004 sous l’impulsion de … Nicolas Prost (Starsax no 1, association Asax).

Le programme de ce cédé est fort bien équilibré, varié. Il est vrai qu'il y a du beau monde sur le pont : loin d’être une démonstration d’égo-saxo, il est avant tout musique ensemble, où un grand soin est apporté à la qualité sonore qui est somptueuse.

 

1. John Adam, Saxophone concerto.

2. César Franck, Le chœur des pêcheurs, extrait de l’Opéra Hulda.

3-5. Guillaume Connesson, A kind of trane.

6. Hector Berlioz, Hymne sacré.

7. Michel Legrand, Porcelaine de saxe.

8. Philippe Gaubert, Poème élégiaque.

9-12. Paul Hindemith, Sonate pour saxophone et piano.

13. Ambroise Thomas, 2 chants de l’ancien Pérou.

14. Arvo Pärt, Summa.

15. Heitor Villa-Lobos, A roseira.

16-19. Karol Beffa, Obsession.

20. André Jolivet, 2 fanfares pour Mithridate

Ont participé à ce cédé : Nicolas Prost (saxophones), Delphine Armand (piano), Nicolas Arsenijevic (saxophone alto), Misaki Baba (piano), Michel Barré (trompette), Antoine Bretonnière (baryton), Jérôme Collet (baryton), Cédric Cyprien (batterie), Fabien Cyprien (timbales), Vincent David (saxophone soprano), Cari-Emmanuel Fisbach (saxophone ténor), Carjez Gerretsen (clarinette), Constantin Goubet (ténor), Julien Gourdin (contrebasse), François Xavier Kernin (baryton), Anne Lecapelain (saxophone alto), Adrien Lajoumard (saxophone ténor), Vincent Penot (clarinette basse), Guillaume Pernes (saxophone), Quatuor de saxophones Zahir (Guillaume Berceau, Sandro Compagnon, Florent Louman, Joakim Ciesla), Adrien Ramon (trompette), Lucile Smith (soprano), François Thuillier (saxhorn), Michel Torreilles (bugle), Laurent Wagschal (piano).

 

 Jean-Marc Warszawski
20 décembre 2019

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Les sœurs Lafitte essaiment une joyeuse salade —— Deux violoncelles pour une théière : PI-Chin Chien et Fabian Müller —— Philippe Entremont joue Beethoven —— Une poigné de sonates de Mozart de plus pour Jean Muller —— Les symphonies de Beethoven par le Wiener Symphoniker sous la direction de Philippe Jordan.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Dimanche 22 Décembre, 2019 4:24