musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rssAbonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

29 mai 2018, grand auditorium du Conservatoire de Caen –– Alain Lambert.

Malher, Strauss, Schönberg sous la baguette de Vahan Mardirossian : trois musiques en marge du cinéma

vahanVahan Mardirossian. Photographie © D. R.

Malher bien sûr et d'abord son adagietto de la 5e Symphonie devenue inséparable du film Mort à Venise de Visconti, à tel point qu'il finit par exister comme œuvre à part entière, comme le joue ce soir l'orchestre de Caen n'ayant pas trop l'habitude de mettre des extraits à son programme. Tout un jeu sur la lenteur mélancolique et la masse sonore ondoyant comme la lagune vénitienne, une berceuse qui ne mènerait pas au seul sommeil.

La fantaisie baroque du Duet-Concertino pour clarinette et basson, cordes et harpes de Richard Strauss raconte une version burlesque de La belle et la bête, façon ours et princesse ou basson et clarinette. Elle n'aurait pas vraiment pu servir de bande-son au film de Cocteau sorti un an avant, en 1942, mais plutôt à un dessin animé trépidant de l'époque. Le morceau vaut surtout pour sa mise en valeur des deux solistes insolites, Marianne Montac au basson et Julien Desgranges à la clarinette, qui mènent l'orchestre ou se font engloutir par lui.

Quant à la Nuit transfigurée de Schönberg, qui sans effacer la tonalité fit scandale en son temps et fut même refusée avant le passage au nouveau siècle, on a l'impression en l'entendant de découvrir le catalogue des possibles pour de nombreux compositeurs de musiques de film à venir, surtout dans sa version pour orchestre à cordes jouée ici. En particulier Bernard Hermann fortement inspiré des deux périodes du compositeur viennois. Cette promenade nocturne en cinq moments est une véritable aventure pour l'auditeur qui pressent qu'au-delà du thème du poème de Richard Dehmel, à propos de deux amants, se joue quelque chose entre le musicien et la musique qui va bientôt enfanter pour lui de l'inouï.

Prochain et dernier concert de l'Orchestre de Caen avec Vahan Mardirossian (présent encore l'an prochain), le mardi 26 juin (Elgar, Britten, Haydn) après 3 mardis consacrés au festival d'orgue.

Alain Lambert
29 mai 2018

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org :Thomas Julienne (Theorem of Joy ), Marjolaine Reymond (Demeter No Access), Initiative H (Broken Land) : trois jazz progressifs —— À Jazz sous les pommiers, Ludovic Beier Trio, Mare Nostrum et Akutuk : deux trios et un « trieau »Pierre Diaz et Gilles Dalbis (9 Pièces pour duo), Séisme (Jishin) : two free or not too free !Pierre Marcus 4tet (Pyrodance), Daïda 5tet (La légende de Daïdarabotchi), Thomas Bramerie (Side Stories) : trois jazz d'aujourd'hui Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2017

bouquetin

Jeudi 31 Mai, 2018 23:43