musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir . rss

Les préludes pour piano de Messiaen et Debussy par Célimène Daudet

Célimène Daudet

Célimène Daudet, Messiaen, Debussy : préludes pour piano. Nomad Music 2017 (NMM 046).

23 février 2018, par Jean-Marc Warszawski ——

Célimène Daudet a commencé le piano avec l’accent du Midi. Après le Conservatoire d’Aix-en-Provence, elle intègre celui de Paris, de Rueil-Malmaison, va chercher ses diplômes et son premier Prix au Conservatoire national supérieur de Lyon, et son perfectionnement en musique de chambre à l’autre Conservatoire national supérieur, celui de Paris. Depuis, elle mène une carrière internationale, en partie grâce au Prix Pro Musicis qu’elle emporte en 2010. Elle vient de se distinguer en collectant des fonds pour installer le premier piano de concert à Haïti, d’où sa mère est originaire. Elle y a inauguré le premier festival de musique classique.

Elle a enregistré quatre cédés, deux en duo avec la violoniste Amanda Favier, et deux en soliste-soliste fort remarqués des mélomanes : des œuvres romantiques inspirées par Johann Sebastian Bach et de ce dernier L’art de la fugue, pièce culte qu’elle a interprétée une bonne centaine de fois pour un spectacle de la compagnie Yoann Bourgeois.
Pour ce cinquième enregistrement, elle a choisi de graver avec Les huit préludes d’Olivier Messiaen, le second livre de ceux de Claude Debussy. La pianiste se dit intriguée par la poésie de leurs titres, et le rapport que ceux-ci pourraient entretenir avec la musique, notamment les couleurs dont Messiaen affuble des pièces. Ces deux collections séparées par dix années sont musicalement cousines germaines, et le passage de l’une à l’autre est un fondu enchaîné, même si le brouillard pictural debussyste est quelque peu plus mécanique dans l’esbroufe mystique de Messiaen.

Célimène Daudet confirme son art du bon goût, et celui de faire disparaître la performance derrière la poésie musicale.

Une bonne idée pour marquer le centième anniversaire de la disparition de Claude Debussy et à la vivacité de son héritage.

 

Jean-Marc Warszawski
23 février 2018

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles : Cordes frottées, cordes frappées, le double jeu d'Armance Quéro et Joseph BirnbaumCinq femmes dans le vent d'AquilonGilbert Amy : Le temps du souffleL'œuvre de Hugues Panassié et sa réception selon Laurent Cugny Ensemble Amarillis : 250 ans après Telemann avec ses sonates Piere Gallon remet Haydn au clavecinUne journée Schubert à MaastrichtTous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018.

bouquetin

Jeudi 22 Février, 2018 23:22