S'abonner au bulletin

 

La compagnie Wayo
en répétition publique
au Centre chorégraphique de Caen
le 10 janvier 2013

 

Par Alain Lambert

 

La compagnie Wayo en répétition publique au Centre chorégraphique de Caen le 10 janvier 2013.

L'année 2012 s'est terminée, dans le local laboratoire du Centre chorégraphique de Caen, avec Masculine(s) [voir notre chronique], sept corps de femmes (dé)livrés aux stéréotypes masculins. Ce début d'année 2013 prolonge indirectement cette interrogation existentielle avec trois corps masculins cette fois, deux noirs et un blanc, trois têtes, six bras et cinq jambes pour questionner la différence c'est-à-dire la rivalité, le conflit, la territorialité, le rejet, mais aussi la complicité... pour 2 séquences du spectacle à venir I-like me [m'aime pas mal], en création au Havre fin janvier.

La musique d'abord, comme le dit explicitement le programme distribué aux spectateurs, jouera un rôle important à partir de la richesse instrumentale du groupe Bumcello, duo composé de Cyril Atef et Vincent Ségal, basé sur l'improvisation, sans que chacun ne renie sa différence tant musicale que culturelle.

Compagnie Wayo

Une longue méditation de violoncelle accompagne la première séquence qui déroule deux fois la même histoire, celle de la défense du territoire par trois êtres le plus souvent à quatre (ou trois) pattes, avec des postures de mâles dominants, se fuyant, s'accompagnant, se repoussant, en joggings noir et blanc, avec des gants de boxe pour soulager les poignets (mais l'accessoire de confort pourrait bien perdurer vu sa dimension fortement symbolique) et des protège-dents qui accentue le caractère animal et primate recherché par le chorégraphe. Puis dans la variation suivante, sur la même musique et la même chorégraphie, les corps des danseurs ne sont habillés que de shorts aux couleurs des drapeaux nationaux (au moins pour le Kenya et la Grande-Bretagne), d'épaulettes et de fourragères de la Légion étrangère française, et d'une chemise vichy dont ne subsistent que les manchettes, le col, et une bande cravate. Et encore les gants et les protège-dents.

Compagnie wayo

De la défense territoriale des animaux aux déplacements militaires, il n'y a qu'un pas, et l'homme ne s'est toujours pas plus redressé dans ce deuxième mouvement, tout en tournant autour du « ring » dessiné au sol (même si la pièce finale prévoit un espace différent).

Mani A.Mungai propose ici une première réponse aux questions qu'il pose dans le programme : Pour cette création, je souhaite interroger le thème de l'Homme re-dressé, debout, sur une ou deux jambes [...] Cependant, j'ai lu quelque part que le singe est peut-être plus intelligent qu'on ne le pense, car il aurait décidé de ne pas se redresser pour éviter que l'Homme ne l'asservisse. La position debout pour les animaux comme pour l'homme est-elle un aboutissement ? [...] Peut-être cela a-t-il à voir avec le pouvoir ?

Dans une lettre à David Hume, Rousseau avait fait une remarque semblable pour expliquer son mutisme pendant son exil anglais, en supposant que les singes ne parlent pas pour éviter qu'on ne les mette au travail. Car le langage et les langues sont aussi une des questions de ce travail, comme l'explique le chorégraphe dans l'intermède de discussion avec le public.

compagnie wayo

La lecture d'un texte en français sur la Légion étrangère, par un anglophone puis un francophone, démarre la seconde séquence, avant que la batterie de Bumcello ne fasse entendre un rythme militaire répétitif et lancinant, ponctué de courtes phrases de violoncelle et de sons électroacoustiques divers. Les trois danseurs restent quasiment sur place cette fois, agitant mécaniquement sur ce rythme à deux temps les gants et les pieds, la tête le plus souvent cachée, car quand ils sont redressés, le mouvement de balancier, comme dans ces mobiles décoratifs où les billes au bout de leur fil se cognent et se repoussent, finit par envoyer un poing sur un crâne, et le regard meurtrier qui suit en dit long sur cette humanité qui cherche, dans la répétition mécanique et illusoire, à cacher ses différences.

Un travail prometteur de ce jeune chorégraphe et danseur d'origine kenyane, francophone et anglophone, dont la compagnie Wayo est basée à Évreux. Il sera peut-être au programme d'un prochain festival Danse d'ailleurs du Centre chorégraphique de Caen. En attendant, il faudra aller au Havre pour assister à la création du spectacle complet les 25 et 26 janvier.

Les deux autres danseurs complétant le trio, également chorégraphes, sont l'Anglais John Bateman, et le Kenyan Dalmas Otieno, aussi athlète paralympique.

En tournée à Évreux le 29 janvier puis Brest en mars, à Tours en juin... Voir le calendrier et les infos sur le site de la compagnie Wayo.

Alain Lambert
13 janvier 2013

propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

 

Les articles
d'Alain Lambert

Fuenteovejuna par la compagnie Antonio Gadès au Théâtre de Caen (19-23 décembre 2012)

zVeep, Plucs, Vee Reduron (guitare), Dom Dubois Taine (électronique), Tiri Carreras (percussions), Jean Luc Petit (Baryton). Petit Label 2012.

Jazz Albums : Love songs « DOXA » studio et Yoann Loustalot « Dernier reflet »

Double paradoxe de la musique : « Masculines » au Centre chorégraphique de Caen (13 décermbre 2012)

A propos des dix ans du «Petit Label», quelques mots sur la scène jazz de Caen. (3 décembre 2012)

Quatre normands et un norvégien : Verona invite Tore Johansen aux Boréales de Caen (28 novembre 2012)

Venus et Adonis Caen (11,12 et 13 octobre 2012), avant la tournée ne pas manquer

Les cent printemps du « Sacre » : Stravinsky et les musiques populaires. 18 septembre 2012.

La nouvelle culture : une utopie musicale des années soixante ? Musicologie.org 15 juin 2012.

Entretien sur la musique avec Monsieur Rousseau l'occasion du tricentenaire de sa naissance. Musicologie.org 19 avril 2012.

Chanson sociale et culture populaire. 1er décembre 2011

Musique, philosophie et littérature chez Rousseau (suivi d'un entretien sur la musique avec le musicien)

Première suite sur «La haine de la musique» de Pascal Quignard en continuant de relire Rousseau.

Musique populaire et contre culture. Deuxième suite sur « La loi du Rock » de Claude Chastagner en continuant de relire Rousseau.

Musique populaire et surréalisme. Troisième suite sur « Silence d'Or » d'André Breton, en continuant de relire Rousseau. Février 2011.

 

Plus sur Alain Lambert

 

 

 

rectangle

 

rectangle