François Chesnel / Thierry Lhiver Quintet « jazzer classique ! »

 

 

Conservatoire de Caen, 11 février 2014, par Alain Lambert ——

 

Jazzer clkasique Photographie © Christian Mariette.

Deux enseignants du Conservatoire en classe de jazz, un contrebassiste de l'Orchestre de Caen, trois musiciens de Renza Bô et deux de Verona (parmi les groupes phares en jazz de la région), ça fait un beau quintette au final, assez éclectique et concerné pour improviser sur des thèmes de la musique dite classique.

C'est vrai qu'après le Ouistreham Jazz Escale fin janvier [voir notre chronique] « entre jazz et classique », pur hasard de la programmation locale, l'expérience parait moins inhabituelle, et pourtant...

jazzer classiqueBernard Cochin. Photographie © Christian Mariette.

Une belle réussite donc, pour François Chesnel au piano et aux arrangements, Thierry Lhiver au trombone, Yann Letort au sax ténor, Bernard Cochin à la contrebasse et Franck Enouf à la batterie : cinq musiciens ouverts et prêts à tout.

Avec Kurt Weill (Alabama Song et Liebeslied), pas de problèmes, le compositeur ayant déjà fait la moitié du chemin vers l'opéra jazzy. Tout coule, en fanfare, ou en valse.

Pour Benjamin Britten, et la reprise de  « Tarquinius » du Viol de Lucrèce, l'exposé du thème, un brin claironnant, est suivi d'une improvisation très free où chacun torture les sons dans son coin, pour rester dans le contexte. Pauvre Lucrèce.

jazzer classiaueYann Letort et Franck Enouf. Photographie © Christian Mariette.

Ensuite, Some other Time, de Leonard Bernstein retrouve le swing chatoyant des standards inspirés des trottoirs de Broadway, où le piano et le trombone vont développer toute leur qualité mélodique.

Une Danse roumaine de Béla Bartók, rapide et grave au piano, lance le sax ténor dans une impro frénétique, boostée par la section rythmique énervée. Voilà pour les deux morceaux en quartette.

Puis dans le silence assourdissant qui succède aux applaudissements, la batterie commence un long solo aux mailloches, pendant que les instruments s'ajoutent les uns aux autres, répétant le thème du second mouvement de la septième symphonie de Beethoven, avant de se soustraire les uns des autres (sur le principe de Silence de Charlie Haden) dans les derniers frémissements des cymbales et tambours. Superbe !

Jazzer classiqueThierry Lhiver. Photographie © Christian Mariette.

La mélodie suivante, d'Alban Berg The Nachtigall, arrangée par le pianiste Bobo Stenson, permet au piano et à la contrebasse deux longues méditations dans la tradition des trios de  Bill Evans.

Puis le quintette se reforme pour Chavalah de Julian Adderley, construit comme un pastiche du Bolero de Ravel,  avant une série de solos endiablés et croisés.

Pour le rappel, l'Arietta d'Edvard Grieg pourrait sembler trop calme et romantique si le sax ténor, du fond de la scène, ne s'amusait à en ponctuer la mélodie de grappes de notes déformées et assourdies, travail sur le son qu'il maîtrise parfaitement, avant de revenir sagement dans le groupe pour la dernière reprise.

jazzer classiqueFrançois Chesnel. Photographie © Christian Mariette.

Un programme attrayant et trop court, on aurait bien poursuivi cette relecture des œuvres classiques jazzées et improvisées... Mais ne boudons pas notre plaisir, le quintette nous concoctera peut-être une suite dans les mois à venir.

Vous pourrez les réentendre dimanche prochain 16 février au Théâtre du Champ Exquis de Blainville/Orne à 17h.

Jazz encore au Conservatoire jeudi 13 où le Collectif Jazz propose le Gaël Horellou / Abraham Burton Quintet, et samedi 15 où le Théâtre de Caen délocalisé propose le Youn Sun Nah Quintet.

Mardi 18 février, dans le cadre de la saison de l'Orchestre de Caen, Bach en musique de chambre.

Voir le site de l'Orchestre de Caen.

plume Alain Lambert
11 février 2014

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Jeudi 13 Février, 2014 10:53

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert