À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 GIRARD PAULINE & DE L'ÉPINE BÉRANGÈRE (éditrices),
Léo Delibes : Jean de Nivelle. Dossier de presse parisienne (1880).
Musik-Edition Lucie Galland, Weinsberg 2006
[256 p. ; ISBN 3-925934-220-3 ; 40, €]

Ce livre est plus une « revue de presse » qu'un « dossier de presse ». En effet, il réunit la retranscription des articles parus dans la presse en 1880, à l'occasion de la création de « Jean de Nivelle », un Opéra-Comique de Léo Delibes, sur un livret d'Edmond Goudinet et Philippe Gille.

L'œuvre a été créée le 8 mars 1880 à l'Opéra-Comique de Paris. Il sera retiré de la programmation après la centième représentation le 6 janvier 1881. Il sera repris, en 181-1882, dans plusieurs maisons d'opéra, à la Monnaie de Bruxelles, Saint-Pétersbourg, Copenhague, Budapest, Vienne, Stockholm.

Jean de Nivelle (1422-1477), ou  Jean de Montmorency, personnage historique, est passé à la postérité, comme étant un « chien de traître », ayant refusé l'ordre de son père, d'aller combattre aux côtés de son roi, Loui XI, préférant dans doute le parti de Charles le Téméraire. Cette anecdote a inspiré la chanson populaire, dont le « Cadet-Roussel »... et l'opéra, avec Léo Delibes et ses librettistes, qui en font un affreux mélo, auquel, foi de la critique en 1880, il est difficile d'y comprendre quelque chose.

Dans le livret, Jean « ce chien qui s'enfuit quand on l'appelle », selon la formule populaire, prend en effet ses jambes à son cou, pour échapper au mariage arrangé entre son père et le roi, lui attribuant une demoiselle, bossue, pas du tout à son gout (la fille de Louis XI ?). En chemin il rencontre une bergère et l'amour avec. Elle découvre l'identité de son soupirant, et fuit à son tour, vers la cour de Bourgogne, plutôt que se cogner à l'infranchissable barrière séparant les classes sociales. Il court après elle... et se retrouve chez l'ennemi, combat avec, mais, au loin, la vue l'étendard du roi de France lui fait remonter les globules de la nation dans le sang. Il répond alors à l'appel de l'amour et de la vie bucolique, pauvre, mais saine, de berger.

Cet ouvrage, plus bibliothéconomique que musicologique, après une introduction relatant la genèse et la réception de l'opéra, nous propose de lire 53 critiques issues de 36 journaux (sur 114 comptes-rendus de 53 journaux recensés).

On ne nous dit pas en quoi cet opéra mérite un tel montage documentaire, ni quelles sont les spécificités qui pousseraient à une étude approfondie, comme semble pétitionner la phrase d'entrée de l'ouvrage, entre Coppélia (1870), Sylvia (1876), et Lakmé (1883), mais aussi les belles bouffonneries des débuts, que le compositeur aurait aimé qu'on oublie.

D'un autre côté, l'envie et la curiosité, en recherche, n'ont pas à se justifier. Il est vrai, qu'il est difficile de résister au désir de partager la lecture des critiques musicales de ce temps : esprit, parfois très lourd, méchanceté, soin du style, parfois jusqu'à être ampoulé, emphase, arrogance. C'est un art qui va bien au-delà du compte-rendu, qui paraît aujourd'hui assez étonnant, assez amusant. C'est que la presse était un empire.

Jean-Marc Warszawski
23 juin 2008

©Références / Musicologie.org 2008