À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

 


S'abonner au bulletin

 

Georges Bériachvili
Récital Allemand

 

Georges Bériachvili (piano), Récital allemand.
Cristal Records, 2010 [CRC 1101]

Georges Bériachvili n'a pas sucé ses gammes avec le lait de son biberon soviétique à l'époque. Il se met (on le met ?) au piano à l'âge de sept ans, puis il laisse tomber. Il préfère les sciences donc devient scientifique, et entre au Conservatoire d'État de Tbilissi en Géorgie à l'âge de 23 ans (après une longue et mure réflexion diront les hagiographes du futur). Il en sort concertiste et contente ses amours scientifiques avec une spécialisation en musicologie. Il suit les cours de perfectionnement du Conservatoire de Paris en 2000, et s'installe définitivement et jusqu'à présent dans la plus belle ville du monde. Il y donne des récitaux [sic], soutient une thèse, traîne dans les couloirs de facs de musicologie, prend ici ou là la parole dans des réunions savantes, et enregistre des CD.

Ce CD se présente comme une courte anthologie de la musique allemande de Johann-Sebastian Bach à Johannes Brahms. On tiquera un peu avec l'Autrichien Mozart, et même avec Louis [sic] Beethoven, qui est certes né à Bonn, y a sucé du lait rhénan du nord, y a fait ses gammes, y a rencontré un professeur génial, mais qui au bout de l'émigration, a fait sa vie à Vienne, et en bonne part, la vie musicale de Vienne en passant, et du style dit de la première école de Vienne.

Georges Bériachveli aime les lignes et angles droits, les arêtes cassantes, les articulations qui détaillent les parties, les énonciations lentes, jusqu'à l'épellation, comme parfois dans les basses d'Alberti. Il y a un peu d'un Glenn Gould qui n'aimerait pas trop marcher au pas du métronome. C'est personnel. Il faut le noter, puisque le goût du jour est à la culture de l'impersonnel de la mondialisation Ikéa.

Georges Bériachvili
 

Ce disque a été enregistré en février et juin  2010.

1. Jean Sébastien Bach (1685-1750) :  Toccata en mi mineur BWV 914 (Introduction, Poco allegro, Adagio,Fuga. Allegro).

2-4. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonate n° 4 en mib majeur K.282 (Adagio, Menuetto I, Menuetto II, III. Allegro).

5. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Trente-deux variations en do mineur sur un thème original WoO 80.

6. Franz Schubert (1797-1828) : Moment musical en lab majeur.

7-9. Robert Schumann (1810-1856) : Trois Romances op. 28 (Sehr markiert, sib mineur ; Einfach, fa# majeur ; Sehr markiert, si majeur).

10-13. Johannes Brahms (1833-1897) : Intermezzo en la mineur op. 118 n° 1 ; Intermezzo en si mineur op. 119 n° 1 ; Ballade en sol mineur op. 118 n° 3 ; Intermezzo en mib majeur op. 117 n° 1.

Jean-Marc Warszawski
22 février 2011


Références / musicologie.org 2011