Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Jacquet de La Guerre Élisabeth
1665-1729

Baptisée à Paris 17 mars 1665, morte à Paris juin 1729.

Élisabeth Jacquet est issue d'une dynastie de maçons et de musiciens. Son grand-père Jehan Jacquet est facteur de clavecins à Paris, son père, Claude, également facteur de clavecins, est titulaire des orgues de l’église Saint-Louis-en-lIe. Ses deux frères et sa sœur sont musiciens.

Vers l'âge de huit ans, elle est introduite à la cour de Louis xiv, où elle égaie les salons en chantant et en jouant le clavecin. Elle reste quelques années au service de Madame de Montespan, l'amante du roi et mère de sept de ses enfants.

Élisabeth Jacquet de la Guerre, Le Sommeil d'Ulysse, Judith van Wanroij (soprano), Les Talens Lyriques, sous la direction de Christophe Rousset.

Elle quitte la cour et se fixe à Paris le 23 septembre 1684 à l'occasion de son mariage avec Marin de La Guerre, organiste de l'église Saint-Séverin de Paris. Ils ont un fils qui meurt à l'âge de dix ans.

Elle devient une claveciniste et une professeure renommée. Sa maison est un centre musical actif. Elle est la marraine et la professeure de Louis-Claude Daquin.

Protégée du roi, toutes ses œuvres lui sont dédicacées jusqu'à la mort du monarque en 1715.

En 1684, elle compose un opéra-ballet, Jeux à l'honneur de la victoire, dont seul le livret nous est parvenu. Trois ans plus tard, elle publie son premier livre de suites de clavecin.

Elisabeth Jacquet de la Guerre, Prélude en re mineur (1er livre de suites pour clavecin), Marie van Rhijn.

En 1694 elle crée son, opéra Céphale et Procris à l'Académie Royale de Musique, ce qui est exceptionnel pour une femme, même si cela est rendu possible grâce à la protection du roi. L'opéra a peu de succès et ne reviendra pas à ce genre. Sébastien de Brossard fait jouer le prologue de l'opéra à Strasbourg en 1696. On sait qu'elle avait déjà composé trois opéras qui ne nous sont pas parvenus.

En 1707, elle publie six sonates pour violon, et clavecin et des pièces pour clavecin pouvant « se jouer dur le viollon », puis des cantates religieuses sur des textes d'Antoine Houdar de Lamotte, des cantates profanes, en août 1721, un Te Deum pour la guérison du jeune roi Louis xv (atteint de la variole), qui est joué à la la chapelle du Louvre.

Catalogue des œuvres

1685-1687, un petit opéra, sur un livret de René Trépagne (1654-1734), représenté chez Madame de Montespan.

1985, Divertissement pour le mariage de Mlle de Nantes (non représenté).

1687, Pièces de clavessin, suite en re mineur: 1. Prélude, Allemande, Courante, Courante, Sarabande, Gigue, Cannaris, Chaconne L'inconstante, Menuet ; 2. suite en sol mineur : Prélude, Allemande, Courante, Courante, Sarabande, Gigue, Gigue, Menuet, Double ; 3. suite en la mineur : Prélude, Allemande, Courante, Courante, Sarabande, Gigue, Chaconne, Gavotte, Menuet  ; 4. suite en fa majeur : Tocade, Allemande, Courante, Courante, Sarabande, Gigue, Cannaris, Menuet.

1687, Pastorale en musique.

1691 (vers) Les jeux à l’honneur de la victoire, ballet (musique perdu), Prologue, L'enlèvement d'Orithie. Premier divertissement, Les amours de Vertumne et de Pomone. Second divertissement, Les courses d'Athalante. Troisième divertissement, Entrée générale.

1694, Céphale et Procris, tragédie lyrique, en 1 prologue et 5 actes, sur un livret de Duché de Vancy, création le 5 mars 1694, à l'Académie royale de musique de Paris.

1695, Sonates, violon, viola da gamba, basse continue (orgue) 1. sol mineur (Grave, Presto, Adagio, Presto, Aria affettuoso, Aria adagio, Allegro), 2. si♭majeur (Grave, Allegro, Adagio, Allegro e presto, Récit allegro, Adagio), 3. re majeur ( Grave,  Vivace e presto, Adagio, Allegro, Adagio, Allegro, Aria affettuoso, Allegro), 4. do mineur (Grave, Vivace, Largo, Vivace, Adagio, Aria affettuoso), 5. la mineur (Grave, Presto, Allegro, Largo, Allegro / Allegro e Presto, Aria affettuoso), 6. la mineur (Grave, Allegro, Aria affettuoso, Sarabande, Gavotte Allegro, Presto / Prestissimo, Adagio.

1707, 6 sonates, pour violon et basse continue, 1. re mineur (Grave, Presto, Adagio, Presto, Adagio, Presto, Aria, Presto), 2. re majeur (Presto, Adagio, Presto, Presto), 3. fa majeur (Adagio, Presto, Adagio, Presto, Aria, Adagio), 4. sol majeur (Adagio, Presto, Adagio, Presto, Adagio, Presto, Adagio, Aria). 5. la mineur (Adagio, Presto, Adagio, Courante, Aria), 6, la majeur (Allemande, Presto, Adagio, Adagio, Aria, Adagio, Presto, Adagio, Aria).

1707, Pièces (14) de clavecin qui peuvent se jouer sur le viollon, 1. suite en re mineur : La Flamande, Double, Courante, Double, Sarabande, Gigue, Double, Gigue, Rigaudon, Rigaudon, Chaconne ; suite en re mineur : Allemande, Courante, Sarabande, Gigue, Menuet, Rondeau.

1708, Cantates françoises sur des sujets tirez de l’Écriture, livre I, pour soprano, violon ad libitum et basse continue. 1. Esther, 2. Le passage de la Mer Rouge, 3. Jacob et Rachel, 4. Jonas, 5. Susanne et les vieillards, 6. Judith.

1710, Aux vains attraits, dans « Recueil d’airs sérieux et à boire », Christophe Ballard, Paris 1710.

1711, Cantates françoises, livre II, 1-2 sopranos, basse, flûte ad libitum, violon ad libituim, basse continue, 1. Adam, 2. Le temple rebasti, 3. Le déluge, 4. Joseph, 5. Jephté, 6. Samson.

1712, 1. Premier Air, Le Jeune Amour, « Cédons tous aux tendres ardeurs », 2. Second Air, Le Jeune Mars, « Cher favori de la victoire », 3. Air, « Heureux l'instant qui vous vit naître », 4. Air, « Pour la gloire, des souverains », dans Trépagne de Menerville, « Les amusemens de Mgr le Duc de Bretagne », Paris 1712.

1713, La musette, ou Les bergers de Suresne, divertissement (attribué par Sébastien de Brossard).

1715, Cantates françoises, soprano, violon, flûtye ou hautbois, basse continue, 1. Semelé, 2. L'Ile de Délos, 3. Le sommeil d'Ulisse, 4. Raccommodement Comique de Pierrot et de Nicole.

1721, Te Deum (perdu).

1724, Tant que je verrons ce pot, dans « Recueil d’airs sérieux et à boire », Christophe Ballard, Paris, janvier 1724.

1724, 1. Provençale : « Entre nous mes chers amis », 2. Suite de La Provencale, Deuxieme Air « Suivons nos desirs », dans « Recueil d’airs sérieux et à boire », Christophe Ballard, Paris, février 1724.

1729, Les Rossignols, chanson, dans « Nouveau recueil de chansons choisies » (iv), La Haye 1729.

Bibliographie

Rusquet Michel, La musique instrumentale d’Élisabeth Jacquet de La Guerre. Dans « Trois siècle de musique onstrumentale », musicologie.org.

Cessac Catherine, Catalogue de l’œuvre d’Élisabeth Jacquet de La Guerre (1665-1729), dans « Portail Philidor ».

——, Elisabeth Jacquet de La Guerre, une femme compositeur sous le règne de Louis XIV. Arles 1995.

——, Les jeux à l'honneur de la victoire d'Elisabeth Jacquet de La Guerre: premier opéra-ballet ? Dans « Revue de musicologie » (lxxxi), 1995, p. 235–247.

Viollier René, Les sonates pour violon et les sonates en trio d'Elisabeth de La Guerre et de Jean-François d'Andrieu. Dans « Schweizerische Musikzeitung / Revue musicale suisse » (xci), 1951, p. 349–351.

Wallon Simone, Les testaments d'Elisabeth Jacquet de La Guerre. Dans « Revue de musicologie » (xl), 1957, p. 206–214.

Discographie

Élisabeth Jacquet de La Guerre, L'inconstante, Marie Van Rhijn (clavecin). Évidence 2018 (EVCD 047).

Lire la présentation

 

Jean-Marc Warszawski
6 décembre 2018.

 

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Thursday 6 December, 2018