musicologie

Actualités  Encyclopédie  Articles / études  Bibliothèque   Livres  Disques  Agenda Recherche  

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Händel Georg Friedrich
1685 - 1759

Il est le fils de Georg Händel (1622-1697), barbier-chirurgien, et de Dorothea Taust (1651-1730), la fille d'un pasteur. Son père, le pousse à étudier le droit, et finit par le laisser étudier avec Friedrich Wilhelm Zachow, l'organiste de la Liebfrauenkirche de Halle, auprès duquel il se forme à l'orgue, au clavecin, à la composition.

Georg Händel (1622-1697), Médecin et serviteur de la chambre ducale. Gravure de J. Sandrart

Certificat de naissance de G. F. Händel

Le 10 février 1702, Händel s'inscrit à l'Université de Halle. Le 13 mars, il obtient l'orgue de la cathédrale calviniste. Il est logé et reçoit un salaire de 50 thalers. Il se lie d'amitié avec Telemann, et quitte rapidement Halle.

En 1703, il est à Hamburg, et part à Lübeck avec Mattheson en août de la même année. Ils sont intéressés l'un et l'autre par la succession de Buxtehude, le célèbre organiste, qui mettait comme condition à l'obtention du poste, le mariage avec sa fille. Ni l'un ni l'autre ne lui succède, pas plus que Jean-Sébastien Bach, qui se présentera aussi.

Grâce à Mettheson, Händel rencontre l'ambassadeur d'Angleterre, John Wyche, et donne des cours de musique à son fils, emploi qui lui fut repris par Mattheson.

Le 17 février, à l'Opéra du Gänsemarkt à Hamburg, où il est par ailleurs claveciniste, il donne son oratorio, La Passion selon saint Jean, sous la direction de Reinhard Keiser.

L'opéra am Gänsemarkt de Hamburg. Stadt-archiv Hamburg

Au début de décembre1704, il a un sérieux démêlé avec Mattheson, que ce dernier relate dans son ouvrage, Grundlage einer Ehren-Pforte, publié en 1740 :

Ils se réconcilent rapidement.

Händel crée son premier opéra, Almira, sur un livret de Friedrich Christian Feustking (1678-1739), d'après G. Pancieri, à Hamburg, le 8 janvier 1705, avec Mattheson dans le rôle-titre.  L'œuvre reçoit un bon accueil, reste à l'affiche pendant vingt représentations. L'opéra suivant, Nero, ne tient que trois représentations. On met en cause le librettiste (Feustking).

Händel compose encore à Hamburg deux opéras sur des livrets de Hinrich Hinsch, Florindo et Daphne, mais, des raisons administratives, et le départ du compositeur, ne permettront pas de créer ces œuvres.

De 1706 à 1710, il est en Italie, à Rome et à Naples.

Il semble bénéficier d'un entregent sérieux parmi des personnalités influentes, comme Panfili, ou les cardinaux Benedetto Ruspoli, Pietro Ottobuoni, Carlo Colonna. Il est par périodes, au service du marquis Francesco Ruspoli. Il rencontre Archangelo Corelli, qui est au service de Pietre Ottoboni, concourt contre Domenico Scarlatti, dans un duel amical aux claviers, qui se conclut par une égalité au clavecin, et à l'avantage de Händel à l'orgue.

       
Les cardinaux Pietro Ottobuoni et Panfili

Archangelo Corelli

Vers mai 1707, il crée, en oratorio, car il est interdit de jouer des opéras en public à Rome,  Il trionfo del Tempo, sur un livret de Panfili, dans le palais de ce ce dernier.

À l'automne 1707, son opéra Rodrigo est créé à Florence, au théâtre municipal, via del Cocomero. Le bruit a court qu'il serait l'amant de Victoria Tarquini, de son côté, maîtresse de Ferdinand de Médicis.

Le 8 avril 1708, il crée à Rome, chez Francesco Ruspoli, un oratorio, La Resurrezionne, sur un livret de Carlo Sigismondo Capece (1652-1728). Le marquis veut impressionner le pape, par une représentation fastueuse, mais ce dernier est mécontent, parce qu'une femme chante. Dès la seconde représentation, la soprano Margherita Durastanti est remplacée par un castrat nommé «Pippo » (Filippo ?).

Fin avril 1708, il est à Naples, où il crée la sérénade Aci, Galatea e Polifemo, chez le duc d'Alvito.

En mars 1709, il est de nouveau à Florence, à la cour de Ferdinand de Médicis. En mars il se met en route pour Innsbruck, où il est recommandé par Ferdinand de Médicis auprès du prince Carl von Neuberg, mais il séjourne tout d'abord à Venise.

Le 26 décembre, il crée Aggripina, sur un livret du cardinal Vincenzo Grimani, au Teatro di San Giovanni Crisostomo, avec de nouveau Margherita Durastanti dans le rôle principal. Il y a un public choisi, notamment le baron Kilmansegge, Grand Écuyer de l'Électeur de Hanovre, et Charles de Montagu, comte de Manchester et ambassadeur d'Angleterre.

Début mars 1710, Händel part enfin pour Innsbruck. Il passe par Hanovre, et il est nommé le 16 juin 1710, maître de chapelle de la cour, en remplacement de Steffani. Il visite sa famille, et son professeur à Halle, il est à Düsseldorf, où il se produit au clavecin devant le Prince-Électeur. Mais il ne retourne pas à Hanovre, et ne gagne pas Innsbruck. En novembre 1710, il débarque en Angleterre.

Londres, Haymarket Opera Housen vers 1780.

Le 24 février 1711, il crée le premier opéra « italien » donné à Londres, Rinaldo, sur un livret de Giacomo Rossi, au Haymarket Opera House1. L'œuvre est un succès, et tient quinze représentations, avec le célèbre castrat Nicolo Grimaldi (Nicolini.), dans le rôle-titre.

Il séjourne une année à Hanovre. Il est de nouveau à Londres à l'automne 1712, où il profite du mécénat du comte de Burlington, chez lequel il habite.

Richard Boyle, comte de Burlinfton (1694-1753)

Le château Burlington à Picadilly.

Il est en relation avec les poètes Alexander Pope (1688-1744), John Gay (1685-1732), le mathématicien, chirurgien et écrivain John Arbuthnot (1667-1735), l'inventeur de « John Bull »,  le musicien, comme lui originaire d'Allemagne, Johann Christoph Pepusch (1667-1752).

Au Queen's theatre, Il crée en novembre 1712, Il pastor Fido, qui n'a pas grand succès, et en janvier 1713, Teseo, un opéra en 5 actes, qui est un succès.

En 1712, l'Angleterre de la reine Anne Stuart propose à la France de Louis XIV, d'ouvrir des négociations (Utrecht, janvier-mars 1712), pour mettre fin à la guerre de succession d'Espagne. À cette occasion, Händel compose un Te Deum et un Jubilate en anglais, et plus tard, une Ode for the Birthday of Queen Anne  (Ode pour l'anniversaire de la reine Anne). Il est récompensé par une rente annuelle à vie de 200 £.

En 1714, après le décès de la reine Anne Stuart, l'électeur de Hanovre accède au trône d'Angleterre sous le nom de George Ier. Il fixe la rente de Händel à 600 £.  Les petites-filles du roi, les princesses Anne, Caroline et Amelia, seront ses élèves.

En 1715, il crée Rinaldo, au Haymarket Opera, devenu le King's Theatre. Puis, il est de retour en Allemagne, dans la suite de George Ier. Il se fixe définitivement à Londres en 1717.

Le King's Theatre est fermé, suite à des déficits financiers, puis ouvre à nouveau avec un répertoire populaire, qui exclut l'opéra italien. Händel est alors au service du comte de Carnarvon2, dans sa résidence de Cannons à une quinzaine de kilomètres au nord de Londres. Il  y est compositeur. Le directeur de la musique est Johann Pepush. Il y compose l'oratorio Esther, la pastorale Acis and Galatea, et les Chandos Anthems, créés dans l'église paroissiale St. Lawrence, à Whitchurch, reconstruite par le comte. L'orgue, installé en 1717, et joué par Händel, existe toujours.

En 1719, avec le soutien du roi et de la noblesse, la Royal Academy of Music, est fondée. Son rôle est de fournir des opéras italiens au King's Théâtre. Händel part à l'étranger, pour recruter des chanteurs. Il est le principal compositeur (et le chef d'orchestre), mais on y présente aussi des opéras de  G. Bononcini et A. Ariosti. Cette expérience dure neuf saisons, au cours desquelles 14 opéras de Händel sont créés, dont Rada-Misto, en 1720, Giulio Cesare, en 1724, Tamerlano, en 1724, Rodelinda, en 1725, Scipione, en 1726, Admeto, en 1727.

En 1727, il reçoit la commande de quatre anthems, pour le couronnement de George II, et il est naturalisé anglais. Il rend hommage au roi avec la composition d'un opéra patriotique, Riccardo Primo.

Les querelles à coloration politiques, les rivalités entre les chanteurs, et l'immense succès du Beggar's Opéra3, en janvier 1728, créé au Lincoln'Inn Fields Theatre, provoquent la fin de l'Académie en juin 1728.

Une deuxième Académie est créée par l'ancien directeur, John James Heidegger, avec l'aide financière de Lord Bingley. Entre 1729 et 1733, cette seconde Académie crée 6 opéras de Händel, dont Poro, en 1731, Ezio, en 1732, et  Orlando, en 1733.

Le 23 février 1732, pour son anniversaire, il donne une représentation privée d'Esther, à la Crown and Anchor Tavern in the Strand, sous la direction de Bernard Gates, avec les enfants de la chapelle royale, et ses collègue du chœur de Westminster. Ils « chantent à la manière des anciens, entre scène et orchestre », C'est le premier oratorio de Händel.

C'est vers cette époque qu'il intercale des concertos d'orgue entre les actes des oratorios.

La reprise de ses œuvres, sans sa participation, notamment Acis et Galatée, par la troupe anglaise de Thomas Arne, l'amène à réagir, en remaniant l'œuvre avec des réutilisations, ou se mélangent l'anglais et l'italien. L'œuvre est donnée en décor, mais sans mise en scène. C'est un succès pour plusieurs années.

En 1733, les chanteurs italiens abandonnent l'Académie, après une querelle, et rejoignirent une compagnie rivale, qui passe pour être celle de la noblesse (dite aujourd'hui « The Opera of the Nobility »), installée à Lincoln Inn Fields, avec le compositeur Porpora et le célèbre castrat Farinelli.

En juillet 1733, il est invité à Oxford, pour les cérémonies de remise des diplômes, où, parmi plusieurs concerts, il crée, en oratorio, Athalia.

En 1734, son contrat avec le King's Theatre expire, Heidegger ne le renouvelle pas et loue le théâtre au « Nobility ». Händel traite alors avec John Rich, qui vient de construire le Théâtre Royal de Covent Garden.

Pour tenter de résister à la concurrence du « Nobility », Händel engage la danseuse française Marie Salle, dite « la Vestale » (v. 1707-1756), pour plusieurs opéras, ce qui ne manque pas de susciter quelques départs de scandale, d'autant quelle dansait « sans paniers, sans corps de jupe, les cheveux épars et sans ornement : elle était vêtue d'une simple robe de mousseline drapée à la manière des statues grecques ».

En janvier 1735, il crée Ariodante, sur un poème d'Ariosti, un opéra assez léger, voire joyeux. Le 16 avril 1735, il produit Alcina, l'un de ses chefs-d'œuvre et dernier de ses succès d'opéra. Le 19 février 1736, il crée à Covent Garden,  Alexander's Feast, l'« Ode à sainte Cécile » de Dryden, adaptée par Newburgh Hamilton (1691-1761). Cette création est servie par les sopranos Anna Maria Strada del Po (....-1741) et Cecilia Young (1712-1789), future madame Arne, le ténor John Beard (1717-1791), la basse Erard. C'est un succès populaire, et une réussite financière pour Händel.

Alcina. Avec Hedwig Fassbender et Anette Markwander. Mise en scène, décors et costumes de Herbert Wernicke. Théâtre de Bâle, direction musicale de Michael Hofstetter, 1996.

En 1736, il compose Atalanta, une pastorale, pour la mariage du prince de Galles (soutien du « Nobility ») avec Augusta de Saxe-Gotha. La vedette y est assurée par Anna Maria Strada del Po et le castrat Giocchino Conti (1714-1761), venu expressément d'Italie. Le final est avec feu d'artifice. Nouveau succès, à l'avantage d'Händel dans sa concurrence avec le « Notability », particulièrement avec la faveur du prince de Galles qui lui commande une reprise d'Atalanta. Mais il peine à redonner du lustre à sa compagnie, l'engouement londonien pour l'opéra italien commence à fléchir, et on cherche à retenir le public, comme l'introduction d'interludes comiques entre les actes, au « Nobility ».

Le 13 avril 1737, Händel a une attaque, et se rend pendant six semaines en cure à Aix-la-Chapelle, pour récupérer d'une paralysie.

À son retour à Londres, Heidegger l'engage comme directeur musical au Haymarket, et lui passe commande pour 2 opéras et un pastiche. Mais le 20 novembre 1737, les théâtres cessent leurs activités, pour le deuil de la reine Caroline. Il compose un grand anthem pour l'occasion, The Ways of Zion do Mourn, « Funeral Anthem for Queen Caroline », et avance la composition des opéras commandés, Faramondo et Serse.  Le premier est créé le 3 janvier 1738 au Haymarket, avec la soprano Elisabeth Duparc, dite « La Francesina », mais ne tient que huit représentations, alors que le Covent Garden fait le plein depuis des mois avec l'œuvre burlesque de John Lampe, The Dragon of Wantley.

Invitation, pour un concert de Händel au Vauxhall-Garden

Le 28 mars 1738, il donne, au King's Theatre un concert mélangé, avec des extraits d'Athalia, d'Esther, des airs italiens, Zadok the Priest, un concerto d'orgue. Le résultat financier est excellent, le bénéfice bien supérieur à ce que lui offre Heidegger pour ses opéras et pastiches. Quinze jours plus tard, son opéra Serse est un échec. Heidegger annonce que la prochaine saison est annulée.

Le premier semestre de 1739, Händel loue le King's college pour douze soirées, au cours desquelles, il donne une série d'oratorios, dont Saul, Israël in Egypt, et des des concertos pour orgue, alors que l'intégrale de ses œuvres instrumentales est édité par Walsh. La même année, il publie ses 12 grands concerti pour cordes.

La saison suivante, il loue le théâtre Lincoln in et Fields, dirigé par John Rich, et il inaugure ses concerts, le 22 novembre 1739.

Pendant l'été 1740, il est en voyage à l'étranger, et se produit notamment, à l'orgue, aux Pays-Bas, à Haarlem. De retour à Londres, il achève son opéra Imeneo, mis sur le métier deux ans plus tôt.

Il loue de nouveau le Lincoln inn Fields pour la saison 1741, et compose son dernier opéra, Deidamia, genre où il ne rencontre plus le succès.

Il se remet à l'oratorio, et fin août 1741, commence la composition du Messie, puis, commence, fin septembre, celle de Sanson.

Le 18 novembre 1741, il arrive à Dublin, sur l'invitation du maire de la ville, William Cavendish. Il donne des concerts qui ont du succès, et crée Le Messie le 13 avril 1742, au New Music Hall Fishamble à Dublin.

Il est de retour à Londres en août 1742. Il refuse l'offre qui lui est faite de composer deux nouveaux opéras. Il refuse  également  de composer une suite au Messie comme le lui demande L'évêque Edward Synge, et annonce une saison d'oratorios à Covent Garden, sur le modèle de ce qu'il avait fait à Dublin.

Il est réitéra ce type de programmation  plusieurs saisons de suite pour lesquelles il composa des œuvres qui comptent  pour ses plus réussies, et de la musique instrumentale pour l'église et pour la cour.

En 1751 alors qu'il composait Jephta,  sa vue se détériore. Il est opéré de la cataracte en novembre 1752, et peu après devient pratiquement aveugle. Il se fait assister par un de ses élèves, J. C. Smith, et continue à diriger ses oratorios, et à jouer le clavier, pratiquement jusqu'à la fin de sa vie.

Notes

Le testament de Händel.

Catalogue des œuvres

Le numéro « HWV » (Handel Werke Verzeichnis), du Handel-Handbuch est indiqué après la date

[en devenir]

Georg Friedrich Handel, huile de Philippe Mercier

Bibliographie / Liens

Discographie

Haendel, Concerti Grossi, opus (1-6), transcrits pour deux clavecins. Mireille Podeur et Orlando Bass. Maguelone 2016 (2 CD, MAG 358.405).

Lire la critique d'Eusebius pour musicologie.org

 

 

 

Haendel : théâtre intimeG. F. Haendel, Théâtre intime. Son d'Egitto & Non possodir il più. Sonates pour flûte et basse continue. Les Lunes du Cousin Jacques. Editions Hortus, 2013 (Hortus 101).

Lire la critique d'Yvan Beuvard pour musicologie.org

 

[1/62]
Georg Friedrich Händel
Water Music
Philharmonia Baroque Orchestra
Nicholas  McGegan, dir
Harmonia Mundi
Suite en fa majeur ; Suite en sol majeur ; Suite en ré majeur

 

[2/62]
Georg Friedrich Händel
Theodora
David  Thomas, basse ; Drew  Minter, countre-ténor ; Jeffrey  Thomas, ténor ; Lorraine  Hunt Lieberson, soprano ; Jennifer  Lane,  mezzo, soprano ; Neal  Rogers,  ténor.
Philharmonia Baroque Orchestra.
U.C. Berkeley Chamber Chorus-choral group
Nicholas  McGegan, dir.
Harmonia Mundi HMU 907060.62 [3 CDs]

[3/62]
Georg Friedrich Händel
Susanna
Lorraine  Hunt Lieberson, soprano ; Drew  Minter, countertenor ; Jill  Feldman, soprano
William  Parker; baritone ; Jeffrey  Thomas, tenor ; David  Thomas, baritone.
Philharmonia Baroque Orchestra
U.C. Berkeley Chamber Chorus
Nicholas  McGegan, dir.
Philip  Brett, dir.

[4/62]
Georg Friedrich Händel
Utrecht Te Deum
Jubilate
Emma Kirkby, soprano ; Judith Nelson, soprano ; Charles Brett, contre-ténor ; Rogers Covey-Crump, ténor Paul Elliott, ténor ; David  Thomas, basse
The Choir of Christ Church Cathedral, Oxford
The Academy of Ancient Music
Simon Preston dir.
Enregistré à St. Jude's-on-the-Hill, juillet 1979
L'Oiseau Lyre 1980 (MCPS 414 413 [4/62]
Utrecht Te Deum : 01 - We Praise Thee, O God (4:03) ; 02 - To Thee all angels cry aloud / To Thee Cherubin and Seraphin (2:06) ; 03 - The glorious company of the apostles / Thou art the King of Glory (5:16) ; 04 - When Thou took'st upon Thee / Thou sittest at the right hand (3:43) ; 05 - We believe that Thou shalt corne (2:45) ; 06 - Day by day we magnify Thee (2:29) ; 07 - Vouchsafe, O Lord (2:55) ; 08 - O Lord, in Thee have I trusted (1:16)
Jubilate : 09 - O be joyful in the Lord (2:06) ; 10 - Serve the Lord with gladness (2:10) ; 11 - Be ye sure that the Lord he is God (2:39) ; 12 - O go your way into his gates (3:40) ; 13 - For the Lord is gracious (3:35) ; 14 - Glory be to the Father (5:04)

[5/62]
George Frideric Handel
Coronation Anthems
Choir of Westminster Abbey
The English Concert-Tresor Pinnock
Trevor Pinnock, organ
Simon Preston, dir.
Polydor, Archiv Produktion, 1992
01 - Zadok the Priest HWV 258

02 - The King shall rejoice HWV 260 ; 03 - My heart is inditing HWV 261 ; 04 - Let thy hand be strengthened HWV 259

[6/62]
Händel
Music for the Ryal Fireworks
Water Music
English Chamber Orchester
Raymond Leppard, dir.
Neil Black, oboe ; James Brown, oboe ; Sara Barrington,oboe ; Ian Harper, horn ; Anthony Randall, horn ; Andrew McGavin, horn ; John Wilbraham, trumpet ; Ian Macintosh, trumpet ; Ian Wilson trumpet ; Leslie Pearson, harpsichord.
Enregistré à Londdres en janvier 1970 et mai 1971
Philips 420 354
Music for the Ryal Fireworks : 01 -  Ouverture ; 02 - Bourrée ; 03 - La Paix ; 04 - 02 - La Réjouissance ; 05 -Menuet I-II. Water Music, Suite n° 1 : 06 - Ouverture (Grave - Allegro - Adagio e staccato) ; 07 - Allegro - Andante - Allegro ; 08 - Passepied ; 09 - Air ; 10 - Bourrée ; 11 - Allegro ; 12 - Hornpipe ; 13 - Menuet. Suite no. 2 : 14 - Sarabande ; 15 - Rigaudon ; 16 - Menuet I-II ; 17 - Gigue I-II. Suite no. 3 : 18 - Allegro ; 19 - Hornpipe ; 20 - Lentement ; 21 - Bourrée ; 22 - Menuet

[7/62]
George Grideric Handel
Sonates pour flûte
Patrick Beuckels, traverso
Ricercar Consort
Marc Minkowski, basson Philippe ; Malfeyt, théorbe ; Philippe Pierlot, basse de viole ; Guy Penson, clavecin et orgue
Enregistrement  : Filosofisch Theologisch College van de Societeit van Jezus, V.z.w. Heverlee (Mai 1991)
Disques RICERCAR : RIC 106079 DDD
I - HALLE SONATA : 01 - Sonata I (A minor) Adagio ;  Allegro ;  Adagio ;  Allegro (Continuo : orgue, théorbe, basse de viole) ; 02 - Sonata II (E minor) Adagio ;  Allegro ;  Grave ; Menuet ; (Continuo : clavecin, basse de viole) 03 - Sonata III (B minor) Adagio ;  Allegro ; Largo ; Allegro (Continuo : orgue, basse de viole). II - SONATES POUR UN TRAVERSIERE : 04 -  Sonata V (G Major) Adagio ; Allegro ;  Adagio ;  Bourée ;  Menuetto (Continuo : clavecin, basson) ; 05 - Sonata I b (E minor) Grave ; Allegro ; Adagio ; Allegro (Continuo : calvecin, basse de viole) ; 06 - Sonata IX (B minor) Largo ; Vivace ; Presto ;  Adagio ; Alla breve  ;  Andante  ; Tempo di minuet (Continuo : clavecin, basson) ; 07 - Sonata I a (E minor) Andante ; Largo ;  Presto ; (Continuo : orgue, basse de viole)

[8/62]
Handel
Solomon, Oratorio en trois actes
Monteverdi Choir
English Baroque Soloists
John Eliot Gardiner
Solomon : Carolyn Watkinsor, Mezzo- soprano ; Solomon's Queen : Nancy Argenta, Soprano ; Queen of Sheba : Barbara Hendricks, Soprano ; lst Harlot : Joan Rodgers, Soprano ; 2nd Harlot : Della Jones, Mezzo-soprano ; Zadok : Anthony Rolfe Johnson, Tenor ; A Levite : Stephen Varcoe, Bass
Enregistré en 1984 au Goettingen Handel Festival
Philips 412 612 (2 volumes) 

[9/62]
Haendel
Giulio Cesare
Concerto Köln
Direction
René Jacobs
Giulio Cesare : Jennifer Larmore, contralto ; Cornelia : Bernarda Fink, mezzo-soprano ; Sesto : Marianne Rorholm, soprano ; Curio : Olivier Lallouette, basse ; Cleopatra : Barbara Schlick, soprano ; Tolomeo : Derek Lee Ragin, contre-ténor ; Achilla : Furio Zanasi, basse ; Nireno : Dominique Visse, contre-ténor
Harmonia Mundi 901385.87 - 1991 (4 volumes)

[10/62]
Handel
Alexander Balus
Cleopatra :  Lynne Dawson, soprano
Ptolomee : Michael George, bass
Alexander Balus : Catherine Denley, mezzo soprano
Jonathan :  Charles Daniels, tenor ; Aspasia : Claron McFadden, soprano ; The Choir of New College, Oxford ; Edward Higginbottom director
The Choir Of The King's Consort
The King's Consort
Robert King Conductor
Enregistré les 11-19 avril 1997
Hyperion Records, CDA 67241 (2 volumes)

[11/62]
Handel
Belshazzar
Oratorio en trois actes
Concentus Musicus WIen
Nikolaus Hatnoncourt, dir.
Belshazzar, roie de Babylone : Robert Tear
Nitocris, mère de Belshazzar : Felicity Palmer ; Cyrus, Prince de Perse : Maureen Lehane ; Daniel, un prophète juif : Paul Esswood ; Gohrias, un noble assyrien révolté contre Belshazzar et allié de Cyrus : Peter van der Bilt ; Arioch, Noble babylonien : Thomas Sunnegård
Messager : Staffan Sandlund
Stockholm Kammerkören
Iric Ericson, chef de chœur
Continuo: Ni kolaus Harnoncour
Teldec 0630-10275

[12/62]
George Frideric Handel
Vêpres de Carmélites (1707) ; Deuxièmes Vêpres de la Fête de Notre-Dame du Mont Carmel ; Dixit Dominus (HWV 232) ; Laudate Pueri (HWV 237) ; Te Decus Virgineum (HWV 243) ; Nisi Dominus (HWV 238) ; Haec Est Regina Virginum (HWV 235) ; Saeviat Tellus (HWV 240) ; Salve Regina (HWV 241)
Jill Feldman ; Emma Kirkby ; Emily Van Evera ; Margaret Cable ; Mary Nichols Joseph Cornwell ; David Thomas ; Taverner Choir Taverner Players ; Andrew Parrott, dir
EMI 7 49749, 1989 (2 volumes)

[13/62]
Handel
Suites pour clavecin (1720 & 1733)
Olivier Baumont, clavecin
Erato, 0630-14886, 1996
1-3. Chaconne (1733) en sol majeur ; 4. 04. Prélude en ré mineur ; 5-8. Suite IV (1733) en ré mineur ; 9. Sonata (v. 1734) en ut majeur ; 10. Capriccio (v. 1734) en fa majeur ; 11. Preludio ed allegro (v. 1734) en sol mineur ; 12. Fantaisie (v. 1734) en ut majeur ; 13-16. Suite (1720) en la majeur ; 17-22. Suite VII (1720) en sol mineur

[14/62]
George Frideric Handel
Le Messie
Oratorio sacré
Lorraine Hunt, soprano ; Janet Williams, soprano ; Patricia Spence, mezzo-soprano ; Drew Minter, countertenor ; Jeffrey Thomas, tenor ; William Parker, bass-baritone ; U.C. Berkeley Chamber Chorus
Philip Brett, conductor
Philharmonia Baroque Orchestra
Nicholas McGegan, dir
Harmonia Mundi 1991, HMU 907050-52 (3 volumes)

[15/62]
Haendel
Dixit Dominus
Coronation Anthem n° 1
Felicity PALMER, soprano ; Margaret MARSHALL, soprano ; Charles BRETT, contre-ténor ; John Angelo MESSANA, contre-ténor ; Richard MORTON, ténor
Alastair THOMPSON, ténor ; David WILSON-JOHNSON, basse
Nicholas KRAEMER, clavecin ; Malcolm HICKS, orgue
Monteverdi Choir
Monteverdi Orchestra
John Eliot GARDINER, dir
Enregistré en 19776-1977
Erato ECD 88072
Dixit Dominus (Psalmus 109) ; Virgam virtutis tuae ; Tecum principium in die virtutis ; Juravit Dominus ; Tu es sacerdos in aeternum ; Dominus a dextris tuis ; De torrente in via bibet ; Gloria Patri e Filio ; Coronation Anthem 1 - Zadok the Priest

[16/66]
 GEORG FRIEDRICH HÄNDEL (1685-1759)
SAUL (Oratorio)
Livret de Charles Jennens
Saul :  Dietrich Fischer-Dieskau ; Jonathan :  Anthony Rolfe Johnson ; David : Paul Esswood ; Merab : Julia Varady ; Michal : Elizabeth Gale ; Abner, Doeg, Grand Prêtre : Helmut Wildhaber ; Esprit de Samuel : Matthias Hölle
Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor
Concentus muslclus Wien
Nikolaus Harnoncourt, dir.
TELDEC 8.35687

[17/66]
GEORGE FRIDERIC HANDEL (1685-1759)
ACI, GALATEA E POLIFEMO (serenata a 3, 1708)
3 SONATES POUR FLÛTE À BEC ET BASSE CONTINUE en Fa majeur op. 1 No 11, en Do majeur op. 1 No 7, en Sol majeur transposée en Fa
ACI : Emma Kirkby
GALATEA : Carolyn Watkinson
POLIFEMO : David Thomas
LONDON BAROQUE,  Dir. CHARLES MEDLAM
Michel Piguet, flûte à bec
Charles Medlam, violoncelle
John Toll, clavecin
Enregistré en 1986 (juin 1985 pour les sonates)
Harmonia Mundi, 1987 : HMC 901253.54 DDD

[18/66]
GEORG FRIEDRICH HAENDEL (1685-1759)
L'ALLEGRO, IL PENSERO SO ED IL MODERATO (Pastoral Ode) d'après les poèmes de John Milton et d'un arrangement de Charles Jennens
Michael GINN, soprano ; Patrizia KWELLA, soprano ; Marie McLAUGHLIN, soprano ; Jennifer SMITH, soprano ; Maldwyn DAVIES, ténor ; Martyn HILL, ténor ; Stephen VARCOE, basse
MONTEVERDI CHOIR
ENGLISH BAROQUE SOLOISTS
John Eliot GARDINER, dir.
Enregistré en 1980
ERATO ECD 880752 (2 volumes), 1981

[19/66]
GEORG FRIEDRICH HÄNDEL (1685-1759)
Alessandro (opéra en 3 actes) Libretto Paolo Antonio Rolli
ALESSANDRO : René Jacobs ; ROSSANE : Sophie Boulin ; LISAURA : Isabelle Poulenard ; TASSILE : Jean Nirouet ; CLITO : Stephen Varcoe ; LEONATO : Guy de Mey ; CLEONE : Ria Bollen
LA PETITE BANDE
SIGISWALD KUIJKEN, dir.
Classica, deutsche Harmoia Mundi, 1985 GD 77110 (3 volumes)

[20/66]
GEORGE FRIDERIC HANDEL (1685-1759)
HERCULES (drame musical en 3 actes HWV 60) Livret de: THOMAS BROUGHTON
Choeur des Musiciens du Louvre
Les Musiciens du Louvre
Hercules : Gidon Saks ; Dejanira, Anne Sofie von Otter ; Hyllus,  Richard Croft ; Iole, Lynne Dawson ; Lichas, David Daniels ; Priest of Jupiter, Marcos Pujol
Marc Minkowski, dir
Enregistrement Radio France
Enregistré au Théâtre de Poissy
Archiv Produktion, deutsche Grammophon 1983-2002

[21/67]
Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Ode pour le fête de Sainte-Cécile
Cantate Praise of Harmonie
Teresa Stich-Randall, soprano
ALexander Young, ténor
The London Chamber Singers
The London Chamber Orchestra
Anthony Bernard, dir.

Cantate Praise of Harmonie
Teresa Stich-Randall, soprano
Orchestre de chambre de la Sarre
Karl Ristenpart, dir.
ACCORD 220 432, 1985 AAD

[22/67]
8 suites pour clavecin (1720)
Scott Ross, clavecin
DISQUE COMPACT I / 01-04.  SUITE I en La majeur . 05-08. SUITE II en Fa majeur . 09-19. SUITE III en Ré mineur . 20-24. SUITE IV en Mi mineur. DISQUE COMPACT II / 01-09. SUITE V en Mi majeur . 10-12. SUITE VI en Fa dièse majeur  .13-18. SUITE VII en Sol mineur  .19-23. SUITE VIII en Fa mineur

 

Jean-Marc Warszawski
2 août 2009
Refonte du miroire de page et révision de l'iconographie, 10 juillet 2016

 

ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

<

Dimanche 6 Novembre, 2016 0:33