musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir . rss

24 décembre 2018 —— Jean-Marc Warszawski.

Les concertos pour orgue de Georg Friedrich Händel par Michel Chapuis et l'Orchestre du Marais sous la direction de Pascal Vigneron

Georg Friedrich Händel, Concertso pour orgue opus iv, Michel Chapuis (orgue Jean David du Mont-Dore), Orchestre de chambre du Marais, sous la direction de Pascal Vigneron, Quantum 2017 (1997) (QM 7080).

Né en 1930 à Dôle, Michel Chapuis, décédé voici un an, a été un des grands maîtres organistes français.  Dès l’âge de neuf ans, il tient les orgues le dimanche matin, commence l’apprentissage du piano quatre ans plus tard, l’apprentissage de l’orgue à l’âge de quinze ans, avec Jeanne Marguillard, à la cathédrale Sainte-Madeleine de Besançon.  En 1947, il étudie l’orgue avec Édouard Souberbielle et l’écriture avec René Malherbe à l’École César-Franck de Paris. Il est déjà organiste à l'église Saint-Germain-des-Près quand il intègre en 1950 le Conservatoire national supérieur de Paris, où il obtient ses Prix l’année suivante avec Marcel Dupré. Il ajoute à cette formation celle de facteur d’orgues.

Dès lors, il collectionne les tribunes parisiennes : Saint-Germain-L’auxerrois, Saint-Nicolas-des-Champs, Notre-Dame, Saint-Séverin. Il participe à la restauration de l’orgue Robert Clicquot dans la chapelle royale du Château de Versailles, l’inaugure en 1995, en reste le titulaire jusqu’en 2010.

De 1956 à 1995 il enseigne en enchaînant le Conservatoire de Strasbourg, celui de Besançon, puis le national supérieur de Paris, tient des académies d’orgue dans le monde entier et bien entendu donne de nombreux concerts, enregistre une abondante discographie, peut-être une centaine d’albums, où Johann Sebastian Bach domine un répertoire d’œuvres des xviie et xviiie siècles, surtout français, et d’où les siècles suivants sont exclus.

Les éditions discographiques Quantum rééditent le seul enregistrement avec orchestre réalisé par Michel Chapuis, en 1997, avec l’Orchestre du Marais sous la direction de Pascal Vigneron : les 6 concertos pour orgue opus 4 de Friedrich Händel.

Destiné au droit, Händel obtient de pouvoir étudier la musique. Il se forme à Halle, sa ville natale, auprès de Friedrich Wilhelm Zachow, l'organiste de la Liebfrauenkirche. Il devient un organiste et improvisateur d’exception, tient durant quelques mois, en 1702, les orgues de la cathédrale calviniste de la ville. L’année suivante il pense succéder à Buxtehude aux orgues de Lübeck, mais c’est le théâtre qui l’attire comme compositeur, aussi comme claveciniste. Il cherche fortune en Italie, est recommandé auprès du prince Carl von Neuberg à Innsbruck, en prend le chemin par celui des des écoliers, est nommé maître de chapelle de la cour de Hanovre… Et débarque en Angleterre, y crée avec succès des opéras dès 1711. Vingt ans plus tard, il entame la série de ses oratorios, entre les actes desquels il insère des concertos pour orgue, la formule a un grand succès. Il compose au moins une vingtaine de concertos à cet usage. Les six concertos opus 4, composés dans les années 1735, ont été édités en 1738. Le succès amena plusieurs rééditions et la publication d’autres concertos en 1740, après la mort du compositeur en 1761, et en… 1797.

Händel n’a trouvé en Angleterre ni la tradition ni les instruments organièrs comparables à la pratique du nord de l’Allemagne, en premier lieu en raison du culte anglican. Il jouait des orgues limités en clavier, ambitus et jeux, démunis de pédaliers (caractéristique anglaise), installés dans les théâtres. Le choix de l’orgue Jean David du Mont-Dore, qui sonne merveilleusement bien sans romantisme, est de ce point de vue judicieux, sans parler de l'acoustique du lieu dépourvu réverbération.

On apprécie bien entendu l’interprétation de Michel Chapuis, le sens des irisations sonores de ses registrations, le choix général, l’équilibre entre l’orchestre et l’orgue, la prise de son un peu reculée… et la musique de Georg Friedrich Händel de Halle.

Georg Friedrich Händel, Concerto opus iv, no 2, Allegro, plage 6 (extrait)

Jean-Marc Warszawski
24 décembre 2018

1-4. Concerto opus IV, no 1, 289, en sol mineur - sol majeur, composé en 1735-1736, créé le 19 février avec l'oratorio Alexander's Feast, Larghetto e staccato, Allegro, Adagio, Andante. Le dernier mouvement est un menuet avec variations, repris de la sonate en trio opus 5 no 6, en fa majeur.

5-8. Concerto opus IV, no 2, 290, en si♭ majeur, composé en 1735, créé avec l'oratorio Esther, A tempo ordinario e staccato, Allegro, Adagio e staccato, Allegro ma non presto. Le premier mouvement un développement de la sinfonia du motet Silete Venti. L'allegro réutilise des éléments de la sonate en trio opus 2, no 4.

9-12. Concerto opus IV, no 3, 291, en sol mineur, composé en 1735, créé avec l'oratorio Esther, Adagio, Allegro, Adagio, Allegro. Réutilisation d'éléments de la sonate en trio opus 2, no 6, de la sonate pour flûte opus 1, no 2 et d'un concerto pour hautbois. Le début du premier mouvement est repris du concerto grosso opus 3, no 3.

13-16. Concerto opus IV, no 4, 292, en fa majeur, composé en 1735, créé avec l'oratoriao Athalia, Andante, Adagio, Allegro. Une grande partie du premier mouvement est repris de la seconde version du chœur « Questo è il cielo » dans le 1er acte d'Alcina.

17-20. Concerto opus IV, no 5, 293, en fa majeur, composé en 1735, créé pour une reprise de l'oratorio Deborah. Transcription de la sonate pour flûte opus 1, no 11.

20-23. Concerto opus IV, no 6, 294, en si♭ majeur, composé en 1736, créé avec l'oratorio Alexander's Feast, Andante e allegro, Larghetto, Allegro moderato. Originellement destiné à la harpe. Aucun emprunt à signaler.

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles

L'aurore boréale de la violoncelliste Hermine Horiot —— Ludwig van Beethoven et Max Bruch par le Trio Walter —— Michelino Bisceglia : le son sans les images —— Philippe Guilhon-Herbert joue Chopin —— Romain Descharmes l'oiseleur à touches —— La Simphonie du Marais de Water Music à Royal Fireworks —— Musique de chambre et mélodies : les Dialogues musicaux de John Sernee —— Johannes Brahms clair et net clarinette.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018.

bouquetin

Lundi 24 Décembre, 2018 1:58