Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Emmanuel de Fonscolombe 1810-1875

 

Emmanuel Honoré Boyer de Fonscolombe, baron de la Mole. Né à Aix-en-Provence le 27 octobre 1810 ; Mort à Aix-en-Provence le 21 mars 1875.

Famille de riches drapiers aixois, les Boyer acquièrent en 1715 la terre de Fonscolombe, au bord de la Durance. Ils y  construisent un château et un riche hôtel particulier à Aix-en-Provence. En 1741, ils accèdent à la noblesse, par l'acquisition d'une charge de secrétaire du roi. Par la suite, ils  achètent des charges au Parlement, et des compagnies dans les régiments, deviennent collectionneurs d'objets d'art et amateurs de sciences naturelles.

Emmanuel de Fonscolombe étudie au collège des Jésuites d'Aix, où, entre 1825 et 1828 (fermeture des écoles jésuites), il se lie (se connaissaient-ils avant ?) avec Félicien David (1810-1876). Il suit avec lui les cours de musique de l'abbé Michel, puis de Marius Roux à la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence, où Félicien David, a été placé à la maîtrise en 1818.

Emmanuel de Fonscolombe profite peut-être des « entrées » de Félicien David, qui est un temps maître de chapelle à l'école de la cathédrale, et chef assistant au théâtre d'Aix (mais peut-être Félicien David, profite-t-il de l'influence de la famille Fonscolombe).

Emmanuel de Fonscolombe poursuit des études de droit, obtient la licence, tandis que Félicien david exercera comme clerc de notaire, avant de partir pour Paris en 1830.

Le 15 février 1838, il épouse Anne (dite Anaïs) Salavy, fille d'un riche négociant, armateur et politicien de Marseille. La même année leur fils Charles Henri voit le jour, il meurt en 1907. Fernand Hippolyte, nait le 4 février 1841, il meurt à Paris en janvier 1914.

En 1844, Félicien David lui dédie sa symphonie « désert », en 1848, 1846, l'oratorio Moïse au Sinaï, et en 1848, l'Eden, un oratorio en deux parties.

Le 1er août 1864, sous le gouvernement de Napoléon III, il est confirmé et maintenu dans son titre héréditaire de baron.

Installé au chateau familale de la Mole, dans le Var, il est maître de chapelle à Aix, s'adonne à l'entomologie, à la botanique et à la géologie. Il est l'arrière grand-père d'Antoine de Saint-Exupéry 

On lui devrait une édition critique du Miserere de Carissimi, et une traduction de l'italien, en 1868, des Mémoires historiques et critiques sur la vie et les oeuvres de Giovanni Pierluigi da Palestrina, de G. Baini (1828), dont le manuscrit serait conservé par la famille (d'après Fétis).

Catalogue des œuvres (indications)

Jean-Marc Warszawski
3 janvier 2008
Légères corrections, nouveau CD, 16 janvier 2011

Discographie

 Emmanuel de Fonscolombe (1810-1875)
Mélodies, duos et pièces religieuses.
Hybrid'music, 2008
Anna-Maria Panzarella, soprano - Mario Hacquard, baryton - Maria Belooussova, piano - Frédéric Deville, violoncelle

Enregistré par Thomas Vingtrinier au Studio Sequenza à Montreuil, en octobre 2007 — Avec le soutien de la Fondation Princesse Grace de Monaco, du Baron de Fonscolombe-La Mole et de la Succession Saint-Exupéry - d'Agay [ Lire un commentaire ]

 

Emmanuel de Fonscolombe, Messe brève. Catherine Manandazza (soprano) ; Felicitas Bergmannn (mezzo-soprano) ; Patrick Garayt (ténor) ; Mario Hacquard (baryton) ; Carolyn Shuster Fournier (orgue). Enregistré en août 2010 en l'église Saint-Jean-Baptiste de Marseille. Voice of Lyrics, Media Sound Art, 2010 (IC 21).... Lire une présentation détaillée

 

Notice du dictionnaire Fétis

FONSCOLOMBE (P. -E baron deFONSCOLOMBE (P. -E baron de), amateur distingué de musique, né vers 1810, s'est livré pendant longtemps à la composition a fait exécuter à Marseille et à Aix des motets et plusieurs messes et a fait représenter dans la première de ces deux villes un opéra comique intitulé le Prisonnier de Crimée. M. de Fonscolombe, qui est mort à Aix le 21 mars 1875, avait écrit aussi des romances et mélodies vocales, la Danse des morts, le Forban, etc., et une série de six Motels religieux avec accompagnement de  piano ou d'harmonium (1, Ave Maria; 2, Ave verum; 3, Litanies en fa; 4. Litanies en si ,bémol; 5, Litanies en ut ;  0 salutaris hostia), qui ont été publiés chez l'éditeur M. Gérard. Il a laissé une traduction française des Memorie Storico-critiche de l'abbé Baini sur Palestrina ainsi qu'une édition critique du Miserere de Carissimi, ouvrages que sa famille, dit-on, se propose de publier.

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact

S'abonner au Bulletin

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org

Jeudi 2 Novembre, 2017