rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

 

bandeau bio

S'abonner au bulletin

Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

 

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

 

Czerny Carl
1791-1857

 

catalogue partitions  bibliographie  discographie

Né le 21 février 1791 à Vienne, mort le 15 juillet 1857 à Vienne.

La source essentielle concernant sa vie, est son esquisse autobiographique, « Erinnerungen aus meinem Leben » (souvenirs de ma vie), publiés en 1842.

Il y décrit son grand-père comme un bon violoniste amateur, fonctionnaire à la mairie de Nimburg, près de Prague.

Carl Czerny est fil unique. Son, père, Wenzel, né à Nimburg, est pianiste, organiste, hautboïste et chanteur. Il a reçu son éducation dans une abbaye bénédictine proche de Prague. Il est à l'époque de la naissance de Carl, professeur d'une maison ducale polonaise, mais doit quitter la Pologne peu après, pour des motifs politiques. La famille gagne Vienne où Wenzel Czerny est professeur de musique et réparateur de pianos.

Carl Czerny vit chez ses parents. Sa mère meurt en 1827, son père en 1832. Par la suite, il vit seul.

Selon lui, il fut sous la constante surveillance de ses parents, soigneusement isolé des autres enfants. Il commence précocement l'apprentissage du piano avec son père, et à l'âge de dix ans, il peut jouer couramment, pratiquement tout de Mozart ou de Clementi.

 Berlioz, Czerny, Heinrich Wilhelm Ernst, Josef Kriehuber Berlioz, Czerny, Heinrich Wilhelm Ernst, Josef Kriehuber, Liszt.

En 1799, il commence à composer à l'âge de sept ans. Il commence à étudier les œuvres de Beethoven, guidé par Wenzel Krumpholz, violoniste à l'Opéra, qui le présente à Beethoven en 1801.

Il joue devant lui le premier mouvement du concerto K 503 de Mozart, la sonate « pathétique », et l'accompagnement d'« Adélaïde », que son père chantait.

Beethoven décide de lui donner plusieurs leçons par semaine, et lui demande de se procurer le Versuch de Carl Philipp Emanuel Bach (Essai sur l'art de jouer les instruments à clavier, publié en 1753).

Czerny écrit que ces leçons consistaient tout d'abord de gamme et de techniques, avant d'avancer dans le Versuch, avec tout au long, le souci du jeu legato. Ces leçons cessent vers 1802, Beethoven ayant besoin de temps pour composer, mais aussi parce que le père de Czerny ne voulait pas perdre ses prérogatives. Czerny reste toutefois étroitement lié à Beethoven, qui lui confiera la réalisation de la réduction au piano, de Fidelio en 1805

 


Vladimir Horowitz interprète les
Variations Rode de carl Czerny

En 1800, il fait ses débuts en public à Vienne, avec le concerto en do mineur K 491 de Mozart.

Vers 1802, il copie les fugues de Johann Sebastian Bachn les sonates de Scarlatti, et les œuvres d'autres compositeurs passés, les parties des deux premières symphonies de Beethoven, des symphonies de Mozart, qui lui donnent une connaissance de l'orchestration.

En 1806, il publie une collection de 20 variations concertantes pour piano et violon sur un thème de Krumpholz. 7 cette époque, il commence à enseigner le piano, notamment aux élèves de son père.

En 1810, il se lie avec Clementi qui est à Vienne, se familiarise avec sa méthode pédagogique, qu'il intégrera à sa propre méthode (Gradus ad Parnassum, opus 822).

En 1812, il crée le 5e concerto pour piano et orchestre de Beethoven.

En 1815, Beethoven lui confie son neveu Carl, pour des cours de piano. Sa réputation d'être un excellent professeur de piano grandit, et il peut demander des honoraires élevés. Il a prétendu qu'il donnait douze leçons par jour, de 8 à 20 heures. Il cesse complètement d'enseigner en 1836.

À partir de 1816, il donne chez lui, des concerts hebdomadaires consacrés aux œuvres pour piano de Beethoven, souvent présent.

À partir de 1818, il ne donne plus de concerts publics.

De 1821 à 1823, il a Franz Lizt comme élève, qu'il présente à Beethoven.

Il a de bonnes relations avec Chopin, qui lui rend souvent visite lors de son séjour viennois en 1829. Leur correspondance est conservée.

Il a composé un très grand nombre d'œuvres, plus de mille, qu'il classait lui-même en quatre catégories :

      1. Études et exercices
      2. Pièces faciles pour étudiants
      3. Pièces brillantes de concert
      4. Musique sérieuse


Cyprien  Katsaris interprète la
Fantaisie brillante de Carl Czerny,
sur des thèmes de l'opéra «  Le mariage de Figaro » de Mozart

Ce sont surtout les pièces pour piano qui fournissent l'impressionnante masse de ses compositions, avec une centaine d'exercices techniques, des centaines de courtes pièces, dont beaucoup sont arrangées pour piano à huit mains, un grand nombre d'œuvres sur les hymnes nationaux, musiques populaires, airs connus. Il a aussi composé des symphonies, de la musique de chambre, plus de 300 œuvres de musique liturgique (24 messes, 4 requiem, graduels et offertoires), environ 300 : arrangements sans numéro d'opus, sur des ballets, opéras, symphonies, ouvertures, de 'Auber, Beethoven, Bellini, Cherubini, Donizetti, Halévy, Handel, Haydn, Hérold, Mendelssohn, Mercadante, Meyerbeer, Mozart, Rossini, Spohr, Verdi, Wagner et Weber.

Il a comme élèves : Theodor Döhler, Theodor Kullak, Alfred Jaëll, Sigismund Thalberg, Sephen Heller, Ninette von Bellevile-Oury  ou Leopoldine Maria Blahetka (1811-1877).

czerny

Partitions / bribe de catalogue des œuvres

Opus 261, études 1-18

Chargement de la vidéo

 

 Opus 261, études 19-39

Chargement de la vidéo

 

Opus 261, études 40-59

Chargement de la vidéo

 

Opus 261, études 60-80

Chargement de la vidéo

 

Opus 261, études 81-125

Chargement de la vidéo

Bibliographie

  • Czerny Carl,  Erinnerungen aus meinem Leben (manuscrit à la « Geselschaft des Musikfreunde », à Vienne avec d'autres documents autographes) [traduit en anglais dans « Musical Quarterly » (xlii) 1956 ; édité par eW. Kolneder , Strasbourg 1968]
  • Steger H. Beitrag zu Karl Csernys Leben und Schaffen (thèse), München 1924
  • Hanslick E., Karl Czerny. Dans « Aus dem Tagebuche eines Musikers : Kritiken und Schilderungen », (Berlin, 1892, 32-40 (à l'occasion du centième anniversaire)
  • Kuerti A., Genius or Tinkler ? The Riddle of Carl Czerny. Dans « Piano Today » (xv) 1995, p. 6-8

Discographie

Carl Czerny, Nocturnes, par Isabelle OehmichenCarl Czerny, Nocturnes. Isabelle Oehmichen, Piano. Éditions Hortus 2010 (HORT 074).

Lire la présentation de ce disque

 

Jean-Marc Warszawki
20 avril 2010
refonte du miroir de page 23 janvier 2014

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Lundi 8 Décembre, 2014 3:55

musicologie.org