À propos du site
Statistiques du site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Forum
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

S'abonner au bulletin
Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

Blavet Michel
 1700-1768

|| bibliographie || catalogue des oeuvres || discographie ||

Né le 13 mars 1700 à Besançon ; mort à Paris, le 28 octobre 1768.

Son père, Jean- Baptiste Blavet est tourneur.

Autodidacte, il joue très jeune de plusieurs instruments. Dans la suite du duc Charles-Eugène de Lévis, il est à Paris en 1723.

En 1726 il entre au service du duc de Carignan et se produit pour la première fois au Concert spirituel.

En 1728 il publie son premier livre de flûte, Contenant six sonates pour deux flûtes traversières sans basse. En 1721, il entre au service du comte de Clermont et deviendra son intendant de la musique.

En 1731-1735, il se produit au Concert spirituel, particulièrement avec Jean-Marue Leclair, Jean-Pierre Guignon, Mondonville, Jean-Baptiste Senaillé, Jacques Aubert.

En 1736, il est ordinaire de la musique du roi. En 1738, il entre à la musique du roi. (il y restera 30 années).

À partir de 1740, il est flûtiste dans l'orchestre de l'Opéra. Il fonde un célèbre quatuor (2 flûte, viole de gambe, violoncelle) qui fait connaître les quatuors de Telemann.

En 1752, il crèe sur le modèle des intermèdes italiens le premier opéra bouffe français, Le Jaloux corrigé. Il a ausis écrit une marche pour la Grande-Loge, ayant rejoint la Maçonnerie sous l'influence du comte de Clermont qui est Grand Maître de l'Ordre en France.

Mercure de France 1726 :

    Le mercredy les sieurs Rebel & Francouer, de l'Académie royale de musique, joüerent une pièce de simphonie à deux violons, qui fit beaucoup de plaisir. Les sieurs Blavet et Lucas jouërent aussi séparément sur la flûte allemande des concerto qui furent très applaudis.

Le Blanc Hubert (v. 1695-v. 1760) Défense de la basse de viole contre les entreprises du violon et les prétentions du violoncel par Monsieur Hubert Le Blanc docteur en droit. Amsterdam, Pierre Mortier 1740

    Cependant, malgré tous ces avantages, le violon rencontra dans la flûte traversière une émule, au point où il ne s'attendais pas, et qui rabattait bien de la bonne opinion qu'il avait conçue de son propre mérite, & donnée aux autres sur la nature du son qu'il tirait. La flûte se trouva mieux déclamée que le violon, être plus maîtresse d'enfler ou faire des diminutions. Après la fin du concert on en remporta cette opinion, que la flûte jouée par Blavet, s'entend, est préférable au premier violon, lorsqu'il s'agit d'imiter la voix, qui ne saurait, comme chacun sait, faire plusieurs tons à la fois.

François de Neufchâteau, Éloge de Monsieur Blavet. Paris 1770

    On n'avait jamais entendu, sur la flûte traversière, que de très petits airs dénués d'expression qui ne demandaient qu'un peu de naturel et d'aisance que donne l'habitude. On ne soupçonnait pas même la perfection dont cet instrument était susceptible et dont il fut redevable à M. Blavet. Cet illustre musicien sut en tirer tous les accords les plus agréables dans ces sonates et concertos, avec une exécution nette et rapide, exacte et brillante dont personne encore n'avait donné l'idée. En un mot, les sons de la flûte traversière devinrent sous ses doigts, l'imitation parfaite d'une belle voix, et le charme des oreilles sensibles.

D'Aquin de Château-Lyon Pierre Louis (1720-1796), Lettres sur les hommes célèbres dans les sciences, la littérature, et les beaux arts, sous le règne de Louis XV (première partie). Amsterdam et Paris, Duchesne 1752 [Rééditions, idem 1753; 1754]

    De l'aveu des connaisseurs, M. Blavet ne connut personne au-dessus de lui pour l'exécution des sonates et des concertos. L'embouchure la plus nette, les sons les mieux filés, une vivacité qui tient au prodige, un égal uccès dans le tendre, dans le voluptueux, et dans les passages les plus difficiles ; voilà ce qu'est M. Blavet. Je suis sûr que le public ne me dédira point et qu'il ratifiera mes éloges.

Marpurg Friedrich Wilhelm (1718-1755), Historisch-kritische Beyträge. Berlin, J. J. Schützen Witwe [G. A. Lange], 1754-1778 (5 v.)

    Blavet est un virtuose parmi les plus grands et le fait qu'il joue de son instrument en le tenant sur la gauche ajoute encore à sa réputation.

Quantz Johann Joachim (1697-1773), Johann Joachim Quantzens... Versuch einer Anweisung, die Flöte traversiere zu spielen; mit verschiedenen, zur Beförderung des guten Geschmackes in der praktischen Musik dienlichen Anmerkungen begleitet, und mit Exempeln erläutert. Nebst XXIV Kupfertafeln. Berlin, Johann Friedrich Voss, 1752 [à la fin : Exempeln zu Johann Joachim Quantzens Versuch einer Anweisung [...] de nombreuses rééditions.

    Blavet, Lucas, les frères Braun jouèrent de la flûte traversière; Blavet fut le lus admirable

Telemann, dans Mattheson Johann (1681 - 1764), Grundlage einer Ehren-Pforte, woran der tüchtigsten Capellmeister, Componisten, Musikgelehrten, Tonkünstler &c. Le-ben, Wercke, Verdienste &c. erscheinen sollen. Zum fernern Ausbau angegeben von Mattheson. Hamburg, in Verlegung des Verfassers 1740

    L'art accompli avec lequel les quatuors furent joués par le flûtiste Blavet, le violoniste Guignon, le gambiste Forqueray le jeune et le violoncelliste Édouard mérite une mention particulière si les mots peuvent le premettre. Leur interprétation a littéralement subjugué l'auditoire de courtisans et de citadins et m'a valu presque instantanément une réputation quasiment universelle accompagnée d'une incroyable civilité.

[Les citations proviennent du texte que Masahiro Arita a signé pour accompagner son enregistrement de 5 sonates pour flûte traversière de Blavet, Denon CO 79550 (voir discographie). On a seulement ici précisé les sources]


Adagio de la sonate en sol majeur op.2 n° 1 (1732), seconde édition
 

Œuvres

  • Sans date, Concerto à quatre parties pour flûte, 2 violons, basse non chiffrée. Manuscrit 49, Karlsruhe, Landesbibliothek
  • Sans date, Recueil de pièces, petits airs, brunettes, menuets [...] avec des doubles et des variations accomodés pour les flûtes traversières, violons etc. [3 vol.] Paris —  Ces 3 recueils sont réédités séparéments dans la collection  « Musique française classique de 1650 à 1800 » aux éditions Fuzeau, 2006
  • 1728, Premier oeuvre contenant 6 sonates pour 2 flûtes traversières sans basse, Paris
  • 1731, (6) sonates mêlées de pièces pour la flûte traversière avec la basse, Paris
  • 1740 Sonates pour la flûte traversière avec la basse, Paris 1740
  • 1752, Le Jaloux corrigé opéra bouffon en 1 acte, avec divertissement, livret de Charles Collé. Création 18 novembre 1752, château de Berny
  • 1752, Floriane ou la grotte des Spectacles, opéra
  • 1753, Les jeux olympiques, livret du comte de Senneterre, créé le 24 aoüt 1753
  • 1753, La Fête de Cythère, opéra en 1 acte, livret de A. de Laurès, créé le 19 novembre 1753, château de Berny

Bibliographie

  • Denesle N. (v. 1694-v. 1759), Syrinx, ou l'origine de la flutte. Poèmes. À Messieurs Naudot, Blavet, Lucas. Paris, Mérigot 1739
  • La Borde, Essai sur la musique. (3) p. 497
  • La Laurencie Lionel de et Saint-Foix G. de, La symphonie Française vers 1750. Dans «L'Année Musicale», 1912, p. 37-39
  • La Laurencie Lionel de, Deux imitateurs des Bouffons : Blavet et Dauvergne. Dans « L'Année Musicale», 1912

Discographie

Blavet
5 sonates pour la flûte traversière
Masahiro Arita, flûte
Chiyoko Arita, clavecin
Wieland Kuijken, viole de gambe
Enregistré au Japon en 1991
Disques DENON, CO 79550
01-03 - Deuxième sonate en si bémol mineur (opus 3, n° 2) ; 04-09 - Cinquième sonate en ré majeur (opus 2, n° 5) ; 10-14 - Deuxième sonate en ré mineur (opus 2, n° 2) ; 15-19 - Quatrième sonate en sol mineur (opus 2, n° 4) ; 20-23 - Sixième sonate (a) en ré majeur (opus 3, n° 3)

 

Jean-Marc Warszawski
Révision le 2 juin 2006