Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Wolf Biermann
né en 1936

Né à Hambourg en 1936.

Son père Dagobert Biermann, né en 1904, travaille sur les chantiers navals à Hambourg. Militant communiste, il est emprisonné de 1933 à 1935, pour avoir diffusé le journal interdit « Die Hamburger Volkszeitung », libéré, il participe à la Résistance antinazie. En 1937 son groupe parvient à rendre public l'existence de transport secrets d'armes au profit de Franco. Arrêté, il est condamné à six ans de prison, puis déporté à Auschwitz où il est assassiné le 22 février 1943.

Lors du bombardement de Hambourg par les alliés en 1943, sa mère, Emma, le sauve en plongeant dans le Nordkanal (canal du Nord), échappant ainsi aux flammes du quartier Hammerbrook où ils habitaient.

Après la guerre, il est un des rares enfant d'ouvrier à être admis au lycée Einrich-Hertz de Hambourg. Il adhère à l'organisation des « Jeunes Pionniers ».  En 1950, il fait partie de la délégation de la République fédérale au rassemblement de la FDJ (Freie Deutsche Jugend) en République Démocratique Allemande.

À la fin de ses études secondaires, en 1953, à l'invitation de Margot Honecker qui le connaît depuis l'enfance, il s'installe en République Démocratique Allemande.

Il séjourne d'abord à Schwerin où, interne, il suit des études dans une grande école polytechnique,  puis, à partir de 1955, suit des études d'économie politique à l'Université Humbolt de Berlin.

Parallèlement à ses études, il est régisseur assistant au Berliner Ensemble, entre 1957 et 1959.

En 1960, sa rencontre avec Hanns Eisler, le détermine à se consacrer plus sérieusement à l'écriture de poésies et de chansons. Il fonde en 1961 le Ost-Berliner Arbeiter- und Studententheater (BAT) (Théâtre des travailleurs et étudiant de Berlin Est).

En 1963, sa mise en scène  de Stückes Berliner Brautgang est interdite, le théâtre est fermé. La même année, il est exclu, sans motif officiel, du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, parti officiel d'Allemagne de l'Est, se composant de la réunion du Parti communiste et du Parti socialiste). L'ouverture des dossiers de la Police Secrète (STASI), révéleront plus tard qu'on avait mis en avant, qu'en raison de ses multiples activités, il devait consommer régulièrement de la drogue.

À Partir de 1963, toujours à l'Université Humbolt, il étudie la philosophie et les mathématiques.

En 1964, il peut présenter sa première pièce en Allemagne Fédérale. En avril 1965, il présente ses chansons dans le cabaret de Wolfgang Neuss à Frankfurt am Main, à la suite de quoi, il grave un disque sous le titre « Wolf Biermann (Ost) zu Gast bei Wolfgang Neuss (West) » (Wolf Biermann (Est), invité par Wolfgang Neuss (Ouest). Il publie la même année, à l'Ouest, un livre de poésie chez l'éditeur Klaus Wagenbach, « Die Drahtharfe »

La 11e réunion plénière du comité centrale du SED, des 16-18 décembre 1965, décrète à son encontre une interdiction totale de se produire et de publier.

Ne voulant pas ruiner ses chances d'une possible publication, il repousse l'édition de ses disques à L'Ouest. En 1968, il fait toutefois paraître Chausseestraße 131 (son adresse). Ce disque est enregistré artisanalement à son domicile. Il obtient le Prix Fontane (Berlin Ouest) en 1969.

En 1971, il reçoit le Prix Jacques-Offenbach. Ses disques sont récompensés du Prix du disque allemand (Allemagne Fédérale) en 1973, 1975 et 1977.

D'autres enregistrements suivent, et circulent sous le manteau à l'Est. En 1976, il peut de nouveau se produire à Prenzlau (un quartier de Berlin) dans une église.

La même année, il est invité par le syndicat d'Allemagne Fédérale IG Metall, pour un concert, donné le 13 novembre à Cologne. Ce concert est retransmis en direct par la troisième programme d'Allemagne de l'Ouest (WDR). Un grand nombre d'Allemands de l'Est entendent pour la première fois les chansons de Wolf Biermann.

Wolf Biermann, Warte nicht auf bessre Zeiten. Kölner Sporthalle 1976.

Au cours de ce séjour à l'étranger, le bureau politique du SED, lui retire sa nationalité, pour outrage grave à la République Démocratique Allemande. La décision est publiée le 16 novembre par l'organe de presse de l'État (ADN  : Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst).

Cette décision a soulevé un tollé international, y compris parmi les artistes et intellectuels de RDA (qui ne furent pas à l'abri de tracasseries), et dans les rangs du Parti communiste de RDA. Elle  a fortement contribué au discrédit du régime.

Wolf Biermann continue sa carrière à l'Ouest, sans pour autant devenir un chantre du système capitaliste. Il peut en 1982, faire un voyage à l'Est, auprès de Robert Havemann, qui est mourant.

En été 1989, il reçoit le Prix Friedrich-Hölderlin à Hambourg. La même année, il ne sera pas autorisé à venir à la grande manifestation du 4 novembre, à l'Alexanderplatz. Il donne un concert à Leipzig le 1er décembre, qui est largement retransmis en direct, y compris en RDA.

Wolf Biermann, concert du 31 décembre 1989 à Leipzig.

En 1991, il reçoit le Prix Mörike, et le Prix Georg-Büchner. En 1993, il est récompensé, à Düsseldorf par le Prix Heinrich-Heine. En 1998, il est gratifié du Prix de la Nation allemande (Deutschen Nationalpreis), décerné par la Fondation Allemande. En 2006 le Prix Joachim-Ringelnatz pour la poésie lui est remis. En 2007, à la demande des partis politiques de droite et des verts, il est élu citoyen d'honneur de Berlin.

Discographie

Écrits

 

Jean-Marc Warszawski
Révision 2 mai 2007

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Lundi 10 Septembre, 2018