bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La sonate pour piano D 959 de Franz Schubert

L'œuvre instrumentale de Franz Schubert ; la musiqe de piano, les sonates ; D 157 ; D 279 ; D 459 ; D 164 ; D 537 ; D 557 ; D 566 ; D 567 ; D 568 ; D 571 ; D 575 ; D 613 ; D 625 ; D 664 ; D 784 ; D 840 ; D 845 ; D 850 ; D 894 ; D 958 ; D 959 ; D 960.

« Avec son mode majeur et ses trois dièses, la sonate en la majeur peut apparaître comme le double inversé, la sœur lumineuse, de la précédente, en ut mineur et à trois bémols. »33 Peut-être est-ce la plus belle de toutes, en partie par la perfection harmonieuse de ses proportions, et plus encore par sa noblesse d’expression, Schubert y donnant l’impression d’accéder « à cette sérénité seconde qui est également celle du Mozart de 1791, à cette zone de paix surhumaine que plus rien ne saurait ébranler désormais… »34

L’allegro initial associe magnifiquement puissance et lyrisme ; on y admire tout spécialement la transparence et la pureté de cristal du second thème qui va dominer le mouvement, comme l’étrange atmosphère de ballade fantastique du passage central qui fera office de développement, ou encore la magie des toutes dernières mesures où le vigoureux premier thème réapparaît pianissimo, chargé d’une émotion mystérieuse, comme une douce réminiscence de rêve. D’une concision remarquable, l’andantino (en fa dièse mineur), avec son lancinant balancement, pourrait, dans le langage de Brahms, passer pour une « berceuse de la douleur ». C’est en effet un sentiment de douloureuse lassitude, celui qui imprègne tant le Voyage d’hiver, qui s’exprime de façon poignante dans ce nouveau chant du voyage. « Un fantastique inquiétant, hoffmanesque, s’exprime dans l’épisode du milieu, d’une étonnante liberté en son agitation. Aussi, que de résignation dans la sérénité retrouvée de la fin, qui se fond en d’ultimes ténèbres. L’espace de quelques instants, ce morceau nous a révélé l’abîme sous-jacent qui sert d’assise à cette sonate joyeuse et printanière… »35

Avec son dessin capricieux et ses échos de valses, et malgré quelques menues zones d’ombre, le bref scherzo de caractère viennois nous fait retrouver la pleine lumière, ouvrant ainsi la voie à l’absolue merveille que constitue le grand allegretto final. Dans ce vaste mouvement d’une fluidité incomparable, l’effusion lyrique se donne libre cours, et « tout semble couler de source dans un extraordinaire climat de simplicité et d’authenticité. La pensée poétique qui anime ce rondo est si intérieure et naturelle à Schubert qu’elle semble rejoindre une des veines parmi les plus constantes de son inspiration… »36  À la suite d’Einstein, on a souvent rapproché le thème initial de cet allegretto du Lied « Im Frühling » de 1826, qui chante : « Je suis assis en paix au flanc de la colline ; le ciel est si limpide… ». On en rappelle tout aussi volontiers la parenté avec celui de l’allegretto de la sonate D 537 de mars 1817, mais que de chemin parcouru entre les deux œuvres ! On se laisse en effet envoûter par ces « divines longueurs » d’un Schubert variant à l’infini un chant pur comme ceux de l’enfance, jusqu’au coup de maître final où, bouclant la boucle, le musicien revient aux tout premiers accords de la sonate.

Franz Schubert, Sonate pour piano en la majeur, D 959, I. Allegro, II. Andantino, III. Scherzo, IV. Rondo, composée en septembre 1828, éditée à Vienne par Diabelli en 1839, par ou Radu Lupu.

 

Franz Schubert, Sonate pour piano en la majeur, D 959, I. Allegro, II. Andantino, III. Scherzo, IV. Rondo, composée en septembre 1828, éditée à Vienne par Diabelli en 1839, par Sergey Kuznetsov

.

plume Michel Rusquet
24 mars 2020

© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

33. Massin Brigitte, Franz Schubert, Fayard, Paris 1977, p. 1281.

34. Harry Halbreich, dans Tranchefort François-René (dir.), « Guide de la musique de piano et de clavecin », Fayard, Paris 1998, p. 675.

35. Ibid.

36. Massin Brigitte, op. cit., p. 1283.


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Dimanche 29 Mars, 2020 5:17