bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

Les six Moments musicaux D 780 de Franz Schubert

L'œuvre instrumentale de Franz Schubert ; la musiqe de piano : les sonates —— les pièces lyriques : Six Moments musicaux, D 780, opus 94, Allegretto en ut mineur, D 915, Quatre Impromptus, D 899, opus 90, Quatre Impromptus, D 935, opus 142, Trois Klavierstücke, D 946.

Probablement écrits dans les années 1822-1825, les six Moments musicals, pour reprendre le titre sous lequel ils furent publiés en 1828, justifient bien leur appellation par leur concision, tout spécialement les troisième et cinquième qui ne font que passer, mais ils se distinguent avant tout par la qualité et la variété de leur inspiration. D’une délicieuse fraîcheur et d’une ingénuité confondante, le premier (moderato en ut majeur), dans lequel on croit percevoir une lointaine fanfare de cors, voire un écho du ioulement d’un berger tyrolien, fait des merveilles à partir du matériau mélodique le plus simple. Plus étendu, plus lyrique aussi, avec ses épisodes alternant deux thèmes différents, le deuxième (andantino en la bémol majeur) balance entre un climat de douce rêverie, évoquant peut-être la quiétude d’une nuit d’été, et des humeurs plus sombres, teintées d’un douloureux chagrin, qui voilent d’une ombre mystérieuse ce morceau intensément poétique. Petit chef-d’œuvre de légèreté et d’élégance, le troisième (allegro moderato en fa mineur) n’a guère, quant à lui, besoin d’être présenté tant il s’est fait une immense notoriété sous le nom d’emprunt d’Impromptu hongrois.

« Bach revu par un romantique : le quatrième Moment (moderato en  ut dièse mineur) regarde avec reconnaissance en direction du Clavier bien tempéré ; ces doubles croches chantantes, qui festonnent, bien liées, au-dessus d’une basse de croches staccato, pourraient presque y figurer, n’étaient quelques épices harmoniques d’importation plus récente. »40 Tout aussi remarquable est l’épisode central, avec son rythme syncopé évoquant une danse populaire, et son parcours bémolisé qui lui confère une profondeur inattendue. Le bref scherzo qu’est le cinquième (allegro vivace en fa mineur) de ces Moments musicaux est, lui, animé d’une furia rythmique et dynamique qu’on ne retrouve dans aucun autre, et passe comme un éclair de violence inquiète avant le sublime épilogue que constitue le sixième (allegretto en la bémol majeur). Dans celui-ci, c’est le Schubert le plus secret qui s’exprime, avec toute sa tendresse, et avec tout le raffinement harmonique dont il est capable. Entre sourire et larmes, « nous sommes ici au tréfonds du mystère schubertien, et cette musique du cœur nous parle avec une spontanéité et une délicatesse incomparables. »41

Franz Schubert, six Moments musicaux D 780, opus 94, par Alfred Brendel.

Composés de 1823 à 1828

I. Moderato, do majeur.

 

II. Andantino, la ♭majeur.

 

III. Allegro moderato, fa mineur.

 

IV. Moderato, do ♯ mineur.

 

V. Allegro vivace, fa majeur.

 

VI. Allegretto, A♭majeur.

 

plumeMichel Rusquet
26 mars 2020

© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

40. Sacre Guy, La Musique de piano, Robert Laffont, Paris 1998, p. 2501.

41. Harry Halbreich, dans Tranchefort François-René (dir.), « Guide de la musique de piano et de clavecin », Fayard, Paris 1998, p. 681.


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Jeudi 26 Mars, 2020 3:02