bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La sonate pour piano D 566 de Franz Schubert

L'œuvre instrumentale de Franz Schubert ; la musique de piano, les sonates ; D 157 ; D 279 ; D 459 ; D 537 ; D 557 ; D 566 ; D 567 ; D 568 ; D 571 ; D 575 ; D 613 ; D 625 ; D 664 ; D 784 ; D 840 ; D 845 ; D 850 ; D 894 ; D 958 ; D 959 ; D 960.

Passons sur l’histoire, particulièrement compliquée sous l’angle musicologique, de cette autre sonate de 1817 pour nous rallier à la version en quatre mouvements généralement acceptée désormais, dans laquelle on lui rajoute comme final l’allegretto moto D 506. Voilà une œuvre inégale, certes, mais très attachante, et riche de singulières beautés. Mention toute spéciale pour le moderato initial : « Brièveté, concentration, unité, telles sont les vertus de ce morceau merveilleusement poétique, d’un sentiment doucement voilé, à mi-chemin entre le bonheur et le désespoir (jamais très éloignés l’un de l’autre chez Schubert !), et dont l’écriture témoigne aussi d’un grand progrès dans la conduite des voix chantantes intermédiaires. »10 Les deux mouvements centraux (allegretto et scherzo), qui sont tantôt proposés dans cet ordre, tantôt dans l’ordre inverse, retiennent aussi l’attention, l’un pour son essence très mélodique et le caractère idyllique de son premier thème, l’autre pour sa vigueur parfois abrupte et l’ampleur inhabituelle de son développement. Le final (D 506) est un rondo aimablement souriant auquel on ne demandera pas plus que le charme simple qu’il entend délivrer.

Franz Schubert, Sonate pour piano, en mi mineur, D. 566, I. Moderato, II. Allegretto, III. Scherzo, allegro vivace, trio, composée en 1817, éditée par mouvement, I. 1888 (Breitkopf und Härtel), II. 1907 (Breitkopf und Härtel), III. 1928. Paraissant inachevée, manquant d'un final, on lui ajoute, comme dans cet enregistrement, en 4e mouvement, le rondo en mi majeur D. 506, par Sviatoslav Richter, enregistré en concert à Moscou, en 1978.

 

Franz Schubert, Sonate pour piano, en mi mineur, D. 566, I. Moderato, II. Allegretto, par Wilhelm Kempff.

 

plumeMichel Rusquet
23 février 2020

© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

Harry Halbreich, dans Tranchefort François-René (dir.), « Guide de la musique de piano et de clavecin », Fayard, Paris 1998, p. 662.


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Dimanche 23 Février, 2020 3:15