bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La musique instrumentale d'Andreas Romberg (1767-1821)

Andreas Romberg

Ce violoniste et compositeur, qu’on se gardera de confondre avec son cousin (et violoncelliste) Bernhard Heinrich, avec lequel il fit de longues tournées à travers l’Europe, serait peut-être totalement oublié aujourd’hui s’il n’avait bénéficié de l’estime et de l’amitié de Haydn. On raconte en tout cas que dans les années 1790, à l’occasion d’une soirée musicale dans un grand salon viennois, Haydn fit jouer avec un beau succès un nouveau quatuor dont il s’arrangea pour ne révéler le nom de l’auteur, Romberg en l’espèce, qu’après avoir reçu une pluie d’hommages et de félicitations ! Il s’agissait sans doute d’un des quatuors à cordes opus 1 de son protégé, les premiers d’une longue série, et l’audition de ces quatuors montre qu’en effet la confusion était possible : la filiation spirituelle est évidente, la densité de l’écriture et la qualité du traitement thématique donnent le change, et de plus, mais là, justement, une certaine suspicion aurait pu se manifester, ces partitions comportent des passages qui prennent ouvertement leur source dans des œuvres du grand Haydn, voire de Mozart. Il reste qu’on a dans ces quatuors, et il semble que Romberg ait fait parfois beaucoup mieux par la suite, notamment dans son opus 16 no 2, non seulement un très agréable parfum « fin de siècle », mais aussi des accents et des traits de style qui dénotent tout de même une certaine personnalité. De plus, on trouvera chez lui d’autres œuvres dignes d’intérêt, à commencer par ses concertos pour violon.

Andreas Romberg, Quatuor à cordes, en sol mineur, opus 1 no 2, par le Leipziger Streichquartet.

 

Andreas Romberg, Concerto pour violon no 2, en mineur, opus 46, II. Andante cantabile, III. Rondo, allegretto, par Yury Revich et le Hofer Symphoniker, sous ladirection de Luca Bizzozero.

 

Andreas Romberg, Quintette pour flûte et cordes, en mi mineur, opus 41, no 1, III. Larghetto, IV. Finale, allegretto vivace, par Vladislav Brunner, Viktor Simcisko, Milan Telecky, Jan Cut et Juraj Alexander.

 

plumeMichel Rusquet
9 février 2020

© musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

bouquetin

Dimanche 9 Février, 2020 14:15