bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

Ferdinand Ries (1784-1838)

Né à Bonn d’un père violoniste qui compta le jeune Beethoven parmi ses élèves, il fut à son tour l’élève de ce dernier, à Vienne, dans les années 1801-1804, avant d’entreprendre une carrière qui, entre tournées de pianiste et postes fixes de chef d’orchestre, allait notamment le conduire à Londres, à Francfort et à Aix-la-Chapelle.

Il est en fait plus connu par sa fidèle amitié à l’égard de Beethoven et par les notices biographiques qu’il lui consacra sur le tard que par ses propres œuvres. On sait que Beethoven n’appréciait que modérément l’admiration sans bornes que lui portait son élève et disciple proclamé, et il est patent que cette proximité avec « le grand sourd » a eu une influence déterminante sur les compositions de Ries.

Malheureusement, si celui-ci, avec un réel talent, a su coller au plus près au style de Beethoven, il n’est jamais vraiment parvenu à trouver un ton personnel, et l’écoute de ses œuvres dissipe rarement l’impression d’avoir affaire à un pâle épigone du Maître. Ses œuvres pour piano, hormis peut-être quelques concertos, semblent d’ailleurs avoir sombré corps et biens dans l’oubli ; ses huit symphonies, auxquelles ne manquent pourtant ni le métier, ni l’énergie, ni la verdeur orchestrale, suscitent d’autant plus de frustration qu’on les sent voulues sur le modèle vénéré ; finalement, c’est peut-être dans son copieux catalogue de musique de chambre qu’on trouvera des pages susceptibles de lui sauver la mise, par exemple le trio avec clarinette opus 28, la Sonate pour clarinette et piano opus 29, la Sonate pour cor et piano opus 34, les Sonates pour violoncelle et piano opus 21 et opus 125, le Quintette pour piano et cordes opus 74 (avec contrebasse), et (plus pour l’originalité des effets de timbre que pour une quelconque profondeur musicale) des œuvres comme le sextuor opus 142 (avec harpe et vents) ou l’octuor opus 128. Mais, même dans de telles œuvres, on n’attendra pas trop de Ries qu’il s’élève au-dessus du rang qui est le sien, celui d’un très bon artisan.

Ferdinand Ries, Grande sonate fantaisie, pour piano en fa dièse mineur, « L’infortune », opus 26, par Alexandra Oehler.

 

Ferdinand Ries, Concerto pour piano, en ut dièse mineur, opus 55, par Maria Littauer, le Symphoniker Hamburg, sous la direction d'Alois Springer.

 

Ferdinand Ries, Symphonie no 6, en majeur, opus 146, par le Zürcher Kammerorchester, sous la direction d'Howard Griffiths.

 

Ferdinand Ries, Trio pour clarinette, violoncelle et piano, en sol mineur, opus 28, I. Allegro, par Vlad Weverbergh (clarinette), Jadranka Gasparovic (violoncelle) et Vasily Ilisavsky (piano) .

 

Ferdinand Ries, Sonate pour cor et piano, en fa majeur, opus 34, I. Larghetto-Allegro molto, par Louis-Philippe Marsolais et David Jalbert.

 

Ferdinand Ries, Quintette pour piano et cordes, en si mineur, opus 74, I. Grave - Allegro con brio, par le Klavierquintett Wien.

 

plumeMichel Rusquet
4 février 2020

© musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

bouquetin

Lundi 3 Février, 2020 23:36