bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La musique instrumentale de Friedrich Kuhlau (1786-1832)

« Militaire, puis déserteur, expatrié au Danemark sous un faux nom, professeur de musique pour aristocrates, Kuhlau perdit tout dans l’incendie de sa maison et en mourut ; ajoutons qu’il était borgne depuis l’enfance, et qu’il lui fut donné de rencontrer Beethoven, ce qui donna au Viennois l’idée du canon Kühl, nicht lau (sic) : une vie de roman comme on les aime »1. Encore pourrait-on préciser que la rencontre qui donna lieu à ce canon d’une colossale finesse ( Kühl, nicht lau = frais, pas tiède ) avait, dit-on, été copieusement arrosée de part et d’autre, mais à quoi bon en rajouter sur le compte de cet Allemand qui se fit Danois après s’être enfui pour éviter la conscription dans les armées napoléoniennes…

Pianiste et flûtiste, il était avant tout musicien et, une fois établi à Copenhague où il fut engagé comme musicien de cour, il finit par s’imposer comme compositeur. Il le dut pour une bonne part à diverses œuvres écrites pour la scène, à un brillant concerto pour piano de 1810, ouvertement inspiré du premier de Beethoven mais assez remarquable, et à de nombreuses œuvres pour clavier (sonates, sonatines, variations…) qui, du moins dans certaines pages, ne sont pas loin de démentir la réputation de « petit maître » qui reste attachée à son nom. Mais s’il a survécu, c’est largement grâce à son vaste catalogue de musique de chambre. On y trouve un unique quatuor à cordes (opus 122), qui est une œuvre ambitieuse et estimable, dotée en tout cas d’un superbe adagio con espressione ; des sonates pour violon et piano et des quatuors pour piano et cordes, partitions dans lesquelles émergent essentiellement de beaux mouvements lents ; et surtout une quantité impressionnante d’œuvres pour ou avec flûte : trois quintettes pour flûte et cordes, qui dispensent une musique insouciante et souvent diserte dans laquelle la grâce aérienne de la flûte est contrebalancée par la présence dans le quatuor de deux altos aux parties étoffées ; un trio pour deux flûtes et piano assez réussi ; diverses sonates et autres duos brillants, pour flûte et piano, qui paient évidemment leur tribut à la musique de salon mais qui, comme souvent chez Kuhlau, se signalent par des mouvements lents d’une réelle poésie, et parfois, comme la Grande sonate concertante, opus 85, méritent qu’on s’y arrête un instant ; et toute une série de pièces (duos, trios,et même un quatuor)  dévolues aux seuls flûtistes, et de ce fait largement confinées à un public de spécialistes. Trop peut-être car, selon certains, c’est là que Kuhlau parvient le mieux à se défaire de son image de petit maître. Nous n’irons certes pas jusqu’à l’auréoler  du titre de « Beethoven de la flûte » qui lui a été parfois donné, mais il serait injuste de ne pas saluer l’apport qui a été le sien au répertoire de l’instrument.

Friedrich Kühlau, Concerto pour piano en ut majeur, opus 7, par Amelie Malling et l'Orchestre symphonique de la radio danoise, sous la direction de Michael Schönwandt.

 

Friedrich Kühlau, Sonate pour piano, en la majeur, opus 59, no 1, II. Rondo, allegro scherzando, par Jeno Jando

 

Friedrich Kühlau, Quatuor avec piano no 3, en sol mineur, opus 108, III. Adagio, par le Copenhagen Piano Quartet.

 

Friedrich Kühlau, Trio pour deux flûtes et piano, en sol majeur, opus 119, par Peter-Lukas Graf, Gaby Pas-Van Riet et Bruno Canino.

 

Friedrich Kühlau, Grande sonate concertante pour flûte et piano, en la mineur, opus 85, I. Allegro con passione, par Peter-Lukas Graf et Zsuzsanna Sirokay

 

Friedrich Kühlau,Trio pour 3 flûtes, en mi mineur, opus 86, no 1, par le Flute East Trio.

 

plumeMichel Rusquet
29 janvier 2020

© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

1. Fort Sylvain, dans « Diapason » (462), septembre 1999.


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mercredi 29 Janvier, 2020 4:16