musicologie

21 mai 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

L'œuvre pour harpe de Sophia Corri par Kyunghee Kim-Sutre

Sophia Corri Dussek, Favourite Airs Arranged for the Harp, Jyunghee Kim-Sutre (harpe). Hortus 2019 (Hortus 178).

Kyunghee Kim-Sutre est née en Corée du Sud, à Séoul. Elle a commencé son apprentissage de la musique à l'âge de huit ans. Après ses années d'université à Séoul, elle a été admise Curtis Institute of Music de Philadelphie pour un cursus de quatre années couronné par un diplôme. Elle continue sa formation à la célèbre école de musique de Bloomington de l'Université d'Indiana, sous la direction de Susan Mcdonald. Enfin, sous la direction de Brigitte Sylvestre, elle obtient un premier Prix de harpe au Conservatoire national supérieur de Paris.  Depuis près de trente ans, elle joue en duo avec son époux, le violoniste Guillaume Sutre, fondateur du trio Wanderer et pendant de longues années premier violon du quatuor Ysaÿe. En 2019, elle a été nommée professeur au nouveau campus de la juilliard Scholl of Music de Tianjin, en Chine.

En plus de sa carrière internationale, elle a enregistré une dizaine cédés, pratiquement tous pour le (son) label Sonarti, où elle montre un intérêt pour des compositeurs et compositrices peu connus, comme c’est le cas pour l’Anglaise Sophia Corri, un temps épouse de Jan Ladislav Dussek, à laquelle la harpiste consacre un second disque, après avoir enregistré des sonates pour harpe de Jan Ladislav et Sophia (Corri) Dussek, en 2013.

Sophia Corri est née dans un milieu de musiciens italiens, installés en Écosse, puis à Londres. Elle joue du piano, elle compose, elle est surtout une cantatrice demandée, notamment aux célèbres Concerts Salomon à Londres. En 1792, elle épouse le compositeur et pianiste à succès Jan Ladislav Dussek, arrivé à Londres avec la noblesse fuyant la Révolution française. Ce dernier lui enseigne l’art de la harpe. Il s’associe également à la maison d’édition musicale de son beau-père, Domenico Corri.  Mais peu avant 1799 et la naissance de  leur fille Olivia, l’affaire familiale fait banqueroute, Domenico Corri est incarcéré à la prison pour dettes et Dussek prend la fuite. Il continuera sa carrière au service des princes, pour finir directeur de la musique de Talleyrand. Il meurt en 1912 sans avoir revu sa famille. Sophia Corri se remarie avec un collègue musicien.

Professionnelle, elle laisse un catalogue d’œuvres de salon, que l’on joue et qui se vendent, surtout pour la harpe, un peu pour le piano, avec parfois un accompagnement de violon ou de flûte. Des sonates, des arrangements, des airs favoris. Paradoxalement, la cantatrice acclamée n’a pas composé de mélodies.

Les œuvres de Sophia Corri sont aujourd’hui relativement bien connues du monde des harpistes, grâce en partie au travail de fouille dans les bibliothèques musicales de Kyunghee Kim-Sutre, qui nous propose trois livres d’airs favoris, et une dizaine de pièces séparées.

Il n’y a pas ici de virtuosité transcendante, de formes renversantes, d’exploration étonnante de l’instrument, mais de la délicatesse, de belles mélodies, de l’élégance, et des pièces que les amateurs londoniens prisaient.

Sophia Dussek, A Favorite French Air with Variations, plage 7 (extrait).

1. Introduction and March.

2. The New German Waltz.

3. Adeste Fideles with Variations.

4-6. Airs favoris, Book 1 I. Ar Hyd y Nos, II. II. Roslin Castle, III. Air Andantino Brilante.

7. A Favorite French Air with Variations.

8. C'est l'Amour (A Favorite French Air with Variations).

9-11. Airs favoris Book 2, I. Ye Banks & Braes, II. Ah Perdona, III. Welch Air, Megen a Gollodd Ei Gardas.

12. God Save the King (With Variations).

13. Jager Chorus.

14-16. Airs favoris Book 7, I. Drink to me Only with Thine Eyes, II. La Mia Crudel Tiranna, III. My Ain Kind Deary O.

17. The New Tyrolean Waltz.

18. Rondo en mi bémol majeur.

Enregitré initialement pour le label Sonarti, ce programme a été repris pas le label Hortus, comme précédemment La harpe consolatrice, pour le 31e album de sa vaste collection consacrée aux Musiciens pendant le Grande Guerre.

 

 Jean-Marc Warszawski
21 mai
2020

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le claveciniste Pierre Gallon en réunion chez Charles Fleury de Blancrocher —— Beethoven et après —— Stéphane Degout entre romance et Lied —— Alban Berg derrière ses œuvres : une enquête d'Élisabeth Brisson —— L'intégrale des œuvres pour flûte d'André Jolivet par Hélène Boulègue —— La pianiste Anna Kavalerova Varie bien qui aime bien —— L'ensemble Sallazo enregistre le chansonnier de Louvain —— Les quatuors à cordes de Swan Hennessy.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Jeudi 21 Mai, 2020 0:13