musicologie

20 juin 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

Hector Berlioz  : « les enregistrements inoubliables » en 11 disques

Hector Berlioz, Enregistrements inoubliables, Beecham, Martinon, Monteux, Münch, Scherchen, coffret de 11 volumes, Cascavelle 2019 (VEL 1590)

En 2019, à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de la disparition d’Hector Berlioz, la maison d’édition Cascavelle a réuni et remastérisé les enregistrements les plus remarquables de ses œuvres, réalisés par diverses marques de disques, entre 1952 et 1962, en onze cédés et 10 heures de musique.

On pourrait presque adapter ici l’idée du professeur Didier Raoult, à savoir qu’il n’est peut-être pas toujours utile de courir après de nouvelles molécules, quand nous en avons déjà dans nos armoires qui font l’affaire. Certes, la nouvelle mastérisation n’a pas mis tous ces enregistrements au niveau de nos attentes sonores actuelles, du souffle ici, un son mat là, pas de stéréo, mais tout de même de magnifiques témoins musicaux qui retiennent l’oreille. Il y a aussi des enregistrements qui semblent être sortis des moules  récemment, comme un fabuleux Requiem enregistré en … 1958, par le chœur de la radio-télévision (la RTF) et l’Orchestre de l’Opéra de Paris sous la direction d’Hermann Scherchen.

La Symphonie fantastique, par l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam sous la direction de Pierre Monteux, 1962.

Le carnaval romain, par l’Orchestre de la société des concerts du Conservatoire, sous la direction de Jean Martinon, 1959.

L’orchestration de l’Invitation à la danse de Carl Maria von Weber par le (Philharmonia Orchestra, sous la direction d’Herbert von Karajan, 1959.

Une autre version de la Symphonie fantastique, par le Boston Symphony Orchestra, sous la direction de Charles Munch, 1960.

Le corsaire, par le Royal Philharmonic Orchestra, sous la direction de Thomas Beecham, 1961.

Benvenuto Cellini, et Béatrice et Bénédicte, par l’Orchestre du Théâtre National de l’Opéra de Paris, sous la direction d’André Cluytens, 1957.

Harold en Italie, par William Primose (alto), le Royal Philharmonic Orchestra, sous la direction de Thomas Beecham, 1951.

Des extraits des Troyens à Carthage par l’Ensemble vocal de Paris, l’Orchestre de la société des concerts du Conservatoire, sous la direction d’Hermann Scherchen, 1953, d’autres extraits par  Rita Gorr (mezzo-soprano),  le Philharmonia Orchestra, sous la direction de Lawrence Collingwood, 1961.

Roméo et Juliette, par  Irma Kolassi (mezzo-soprano), Joseph Peyron (ténor), Lucien Lovano (baryton), le chœur de la RTF, l’Orchestre national, sous la direction de Charles Munch, 1953.

Les Nuits d’été, par Suzanne Danco (soprano), le Cincinnati Symphony Orchestra, sous la direction de Thor Johnson, direction, 1952.

L’enfance du Christ, par Jean Giraudeau (ténor), Hélène Bouvier (mezzo-soprano), Louis Noguéra (baryton), Michel Roux (baryton), Henri Médus (basse), le chœur Raymond Saint-Paul, l’Orchestre de la société des concerts du Conservatoire, sous la direction d’André Cluytens, 1952.

Te Deum, par Alexander Young (ténor), Denis Vaughan (orgue), le Dulwich College Boys Choir, le London Philharmonic Choir, le Royal Philharmonic Orchestra, sous la direction de Thomas Beecham, 1955.
La Damnation de Faust, par Andre Tup (ténor), Michel Roux (baryton), Régine Crespin (soprano), le  London Symphony Orchestra and Chorus, sous la direction de Pierre Monteux, 1962.

Requiem, par Jean Giraudeau (ténor), le chœur de la RTF, l’Orchestre l’Opéra de Paris, sous la direction d’Hermann Scherchen, 1958.
Enfin, La Marseillaise, évidemment dans l’orchestration de Berlioz, par Claudine Carlson (soprano), Vincent Cole (ténor), le Denver Symphony Orchestra and Chorus, sous la direction de Philippe Entremont.

Un bel hommage et un magnifique document pour un compositeur inclassable, et dont la mère patrie s’y est prise à 150 ans pour en reconnaître les mérites, à la grande traîne du reste du monde.

Ouverture de Benvenuto Cellini (cédé 2, plage 7).

 

 Jean-Marc Warszawski
20 juin 2020
© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Les sortilèges franco-russes du pianiste Cyril Guillotin —— Les voix de l'Académie Orsay-Royaumont —— Raphaël Pidoux et l'Académie de l'Abbaye au Dames dans les concertos de Haydn —— Le duo Kakumoto-Houque : hommage en piano et violon au printemps et autres saisons —— Gautier Capuçon : générosité vorace ?

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Samedi 20 Juin, 2020 4:08