musicologie

18 décembre 2019 —— Jean-Marc Warszawski.

Deux violoncelles pour une théière : PI-Chin Chien et Fabian Müller

Tea for Two Cellos, Pi-Chin Chien, Fabian Müller. Solo Musica 2019 (SM 327).

Enregistré en mars 2019.

Formé au violoncelle et à la composition en Suisse puis aux États-Unis, Fabian Müller a un catalogue considérable, en musique de chambre, symphonique, pour la scène ou le cinéma. Ses œuvres sont jouées par de nombreux orchestres dans le monde. Il s’est passionné pour les musiques populaires de son pays, a même dix années durant supervisé une édition monumentale d’œuvres collectées du xixe siècle. Une partie de ses compositions est gravée en une quinzaine de cédés. Le violoncelle, son instrument et celui de son épouse Pi-Chin Chien y est à l’honneur.

Cette suite Tea for Two Cellos est inspirée par Shui Tang, la maison de thé tenue par Meng-Lin Chou à Zürich, où l’on peut déguster des thés rares, provenant exclusivement d’arbres sauvages, certains atteignant l’âge vénérable de 800 ans, où y apprendre l’art de le préparer. Parmi la centaine de thés proposés, Fabian Müller en a choisi une dizaine dont il tente de mettre les arômes et la poésie en musique.
Cette suite s’inscrit aussi dans l’envie du violoncelle et de la musique asiatique, que le compositeur a déjà exploités dans Dialogues Cellestes, un concerto pour 2 violoncelles et orchestre (2009), créé en 2011 à Bangkok, enregistré par le Royal Philharmonic Orchestra London, Pi-Chin Chien (violoncelle), Antonio Meneses (violoncelle), sous la direction de Claude Villaret (Ars Produktion 2013),  Taiwan Rhapsody, pour violoncelle et orchestre, créée  en 2013 à Taiwan, enregistré de nouveau par le POL London et Pi-Chin Chien, sous la direction de Wen-Pin Chien (Sony Classical 2014), Six Taiwanese Songs, pour violoncelle et orchestre, créé à  Taiwan en 2015, enregistré par les mêmes (Sony Classical 2017).

Nous ne savons pas si les arômes des thés Oolong ou du Bai Mao Hou viendront aux papilles, mais il nous semble qu’on évoque au moins des paysages asiatiques, bien entendu avec théiers, visités par un compositeur post debussyste, intercalant épisodes guillerets et épisodes introspectifs : joie de la mise en bouche, puis délectation et délice, jouissance du coin de paradis acquis à petites gorgées. Découverte et contemplation. Évocateur comme une musique de film.

Pi-ChinChien, Fabian Müller, Teau for Two Cellos, 1 Rougui Hongcha (extrait).

 

1. Rougui Hongcha
2. Zheng Dongding Oolong
3. Lao Man E Gushu
4. Oriental Beauty
5. Bi Luo Chun
6. Buddhas Hand Alishan
7. Mao Er Duo Gushu Pu Er
8. Zhengcong Muzha Tie Guanyin
9. Mengku Yesheng Hong Cha
10. Bai Mao Hou

 Jean-Marc Warszawski
18 décembre 2019

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Philippe Entremont joue Beethoven —— Une poigné de sonates de Mozart de plus pour Jean Muller —— Les symphonies de Beethoven par le Wiener Symphoniker sous la direction de Philippe Jordan —— Sonates et partitas de Johann Sabastian Bach selon Solenne Païdassi —— Fanck, Fauré, Vierne : le crépuscule selon le duo Luperca.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Jeudi 19 Décembre, 2019 3:57