bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

The Bad Plus et ses comptines pop au conservatoire de Caen

 

The Bad Plus. Photographie © Brucecmoore Photographic.

Caen, 10 novembre 2015, par Alain Lambert ——

Après le DeJohnette trio samedi, un autre trio américain d'envergure, le Bad+ trio était hier à Caen, au conservatoire cette fois, sur la scène toute bleutée. Eithan Iverson, piano, Reid Anderson, contrebasse et David King, batterie. Le power trio jazz type, inspiré de celui, rock, de Nirvana, avec une batterie compacte (deux fois plus petite que celle de samedi), souvent binaire et hyper présente.

Le premier morceau est une comptine pop écrite par le contrebassiste, quelques notes entre des pauses que la contrebasse, puis surtout  la batterie vont progressivement investir jusqu'au paroxysme, avant le retour à la ritournelle que le pianiste aura à peine transformée au cours de ce morceau.

En alternance avec ces mélodies simples, et pas forcément excédées, le trio se lance dans des thèmes ébouriffés où la mélodie se perd très vite dans des phrases frénétiques, pulsées par la basse charpentée et la batterie exacerbée, puis se transforme au gré des changements de rythme imprévisibles à l'avance pour l'auditeur. Avec parfois même un balai dans la main droite du batteur, autant pour le glissement swing que pour la percussion métallique, et toujours une baguette en bois en main gauche.

Des paysages sonores alternés et mouvants, des compositions souvent de Reid Anderson, mais aussi des deux autres, une grande complicité attentive dans les regards, car il faut être prêt pour les changements de cap, et des architectures complexes, au-delà de leur apparence brute.

Avant le final (Seven Minute Mind) et le rappel, le bassiste, qui se débrouille bien en français, nous chante une petite chanson façon Broadway (le batteur est cette fois aux balais) pour nous dire que Caen est la plus belle ville, et son public le meilleur du monde. Que « des disques sont à vendre, after the show ». On se demande à chaque fois par quel biais ils vont l'annoncer. Le pompon de l'originalité et de l'autodérision. Bien joué.

Et puis on repart pour deux tours, avec un piano qui expérimente la répétitivité en variations subtiles,  avant de terminer par quatre fois la même note qui finit par s'éteindre dans le silence.

Mardi prochain au conservatoire, un trio classique (Mozart, Bruch, Kurtag, Schumann). Pas de jazz avant 2016, avec un mini concert Mingus en janvier et avril, deux soirées Guillaume Orti en mars et le 5tet Canada Day en avril.

Toutes les infos sur le site de l'Orchestre de Caen.

 

 Alain Lambert
10 novembre 2015

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2015

musicologie

Jeudi 12 Novembre, 2015 3:00

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert
alain@musicologie.org