bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Ensemble  De Caelis « Gemme » : œuvres de Hildegard Von Bingen et de Zad Moultaka

 

 

Gemme, Œuvres de Hildegard von Bingen et de Zad Moultaka. Ensemble vocal De Caelis (Laurence Brisset). L'Empreinte Digitale 2015 (ED13241).

26 mars 2015, par Alain Lambert ——

Ensemble de neuf chants a cappella de Hildegard Von Bingen, quatre coécrits et quatre écrits par Zad Moultaka.

O Gemme Splendide chante Hildegard Von Bingen vers le milieu du XIIe siècle, en pleine période romane et de croisades, dans son monastère rhénan. La gemme glorifiée, c'est Marie dont l'amour spirituel a donné naissance au fils de dieu, et en l'incarnant, nous a sauvé de la faute originelle. Ave Maria est un salut à Marie mais aussi par l'anagramme et palindrome ave/eva  la reconnaissance que Marie est l'exact renversement d'Eve, comme un retour sur le temps perdu, l'effacement de la faute, le retour à l'Éden...

Et si Dieu, dont le chant premier, la parole féconde a créé le monde et les hommes, et dont la naissance d'un fils les a rachetés, dans les deux premiers moments du disque, c'est bien grâce à Marie dont les sept  suivants chantent les louanges.

Mais avec la dixième antienne, tout bascule et revient à la première interrogation, Ubi Es/où es-tu, celle qu'a inscrite le compositeur contemporain libanais Zad Moultaka [voir notre chronique], dans sa double tradition musicale, arabe et occidentale. Face à la tyrannie qui règne sur le monde, qui fait couler le sang des innocents, seul l'ange déchu semble bien présent ici bas.

Le compositeur a donc écrit la première, les trois dernières et coécrit les trois avant-dernières pièces, tout en respectant complètement l'atmosphère originelle. Un peu plus de huit siècles auparavant, huit siècles durant lequel le silence éternel annoncé par Pascal s'est amplifié et étendu. Avec une bande son ténue, comme le son fantôme de l'apparition du monde. Et une ébauche de polyphonie réverbérée par les nuages au dixième chant. Qui devient gangue vocale aux suivants, le temps que les distances s'abolissent et que les voix des anges nous parviennent dans leurs invocations antiques.

Où es-tu, berger des âmes ? L'ensemble De Caelis, dirigé par Laurence Brisset, prête pleinement ses cinq voix de femmes, ensemble ou en solo, à cette monodie lancinante, lointaine ou proche, ancienne ou moderne, rassurée ou inquiétante.

Le cédé sort le 1er avril.

 

plume Alain Lambert
26 mars 2015

1. Ubi es introduction (O pastor) (Zad Moutalka)

2. O aeterne Deus (Hildegard von Bingen)

3. Quia ergo femina mortem instruxit (Hildegard von Bingen)

4. O tu illustrata (Hildegard von Bingen)

5. O splendidissima gemma (Hildegard von Bingen)

6. Ave Maria (Hildegard von Bingen)

7. Hodie aperuit nobis clausa porta (Hildegard von Bingen / Zad Moultaka)

8. Cum processit factura digiti dei porta (Hildegard von Bingen / Zad Moultaka)

9. O frondes virga (Hildegard von Bingen / Zad Moultaka)

10. O Cruor sanguinis (Hildegard von Bingen / Zad Moultaka)

11-13. Ubi es (Zad Moultaka)

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Vendredi 27 Mars, 2015 17:50

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert