S'abonner au bulletin

 

Un magnifique « Il ritorno d'Ulisse in patria » de Monteverdi en fin de saison à l'Opéra de Nice

 

Par Jean-Luc Vannier

 

Jérôme Billy (Ulisse).Jérôme Billy (Ulisse).
Photographie © D. Jaussein.

Lorsque les humains apostrophent les Dieux de l'antiquité, ceux-ci leur répondent. À leur façon. Et les hommes de se plaindre d'être soumis aux « caprices du Temps, de la Fortune et de l'Amour » comme en témoigne le prologue de « Il ritorno d'Ulisse in patria », opéra de Claudio Monteverdi créé à Venise en février 1640. Et dont l'Opéra de Nice présentait, vendredi 31 mai, la première, issue d'une coproduction de l'Arcal, Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical, du TGP-CDN de Saint-Denis, de l'Opéra de Reims et de l'Orchestre baroque Les Paladins avec son directeur Jérôme Correas.

Dorothée Lorthiois(Minerva).Dorothée Lorthiois(Minerva).
Photographie © D. Jaussein.

Une œuvre de récitatifs très expressionnistes fondée sur la fin de l'Odyssée du poète Homère : soutenu par la déesse Minerve, le héros travesti en vieillard confondra, de retour à Ithaque, les sournois prétendants à sa fidèle Pénélope. Mais le librettiste de l'époque, Giacomo Badoaro, un libre penseur de l'aristocratie vénitienne, s'est plu à conjuguer dans son travail plusieurs dimensions : la tragédie antique avec l'intervention divine sur le destin des terriens, la fable populaire avec une cohorte de domestiques et de personnages du quotidien dont les désirs et les réflexions sont marqués au coin du bon sens, un récit amoureux accentuant, après la douleur de l'absence, l'érotisme des retrouvailles entre le vainqueur de Troie et son épouse et, in fine, une narration philosophique sur les méandres entre le doute et la vérité.

Dagmar Saskova (Melanto) et Blandine Folio Pérès (Penelope).Dagmar Saskova (Melanto) et Blandine Folio Pérès (Penelope).
Photographie © D. Jaussein.

Si cette production est — incontestablement — une belle réussite vocale et musicale, la mise en scène de Christophe Rauck, tantôt insignifiante, tantôt massive ne répond guère aux précautions évoquées par son responsable : « pour un metteur en scène », explique-t-il dans une note d'intention, « il s'agit de se mettre en retrait, de ne pas être bavard… le théâtre donne des outils pour faire comprendre au mieux les enjeux de l'intrigue et les relations entre les personnages ». À déplorer un manque d'équilibre dramaturgique entre les différents actes ponctué, ici, d'un rideau trop abaissé sur la scène, là, d'un puéril mouton à roulettes servant de monture à Minerve. Sans parler de l'énigmatique étincelle d'un projecteur dégringolant de la voûte et dont personne ne pouvait dire, à l'issue du spectacle, s'il pointait volontairement l'intervention de l'Olympe ou s'il était le fruit d'un court-circuit. Deus est regit qui omnia ? Des incongruités que n'aidait en rien l'incompréhensible sélection des costumes par Coralie Sanvoisin. L'Orchestre Les Paladins fait en revanche merveille même si la distance parfois prise lors de récitatifs avec les artistes par leur directeur Jérôme Correas, au clavecin avec Brice Sailly, laisse à penser que cette machine bien huilée se trouve à la fin d'une harassante tournée.

L'Olympe, Il ritorno d'Ulisse in patria.L'Olympe, Il ritorno d'Ulisse in patria.
Photographie © D. Jaussein.

Importante dans cette œuvre, la distribution vocale séduit par les capacités des chanteurs à harmoniser leur « parlé, chanté » et à brillamment nuancer leurs interprétations. Surtout que plusieurs d'entre eux campent différents personnages. Dans le rôle-titre d'Ulysse, le ténor Jérôme Billy ne manque pas de puissance ni de conviction pour exprimer son amertume à l'acte I ou son idylle retrouvée à la fin de l'acte III dans un duo émouvant avec Pénélope. Une compagne fidèle magnifiquement interprétée par Blandine Folio Pérès : diplômée du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, la mezzo-soprano impressionne vocalement et scéniquement, notamment dans sa longue scène de lamentation à l'acte I.

Carl Ghazarossian (Eurimaco) et Dagmar Saskova (Melanto).Carl Ghazarossian (Eurimaco) et Dagmar Saskova (Melanto).
Photographie © D. Jaussein.

D'inégale valeur pris séparément, le ténor haute-contre Jean-François Lombard (Pissandro, L'Humana Fragilità, Ericlea, un Feacio), le ténor Carl Ghazarossian (Eurimaco, Amfinomo, Giove) et la basse Virgile Ancely (Antinoo, Il Tempo, Nettuno, un Feacio) produisent ensemble un admirable trio « Aime donc, aime de nouveau », doublé d'un petit ballet bien rythmé. La soprano Dorothée Lorthiois (Minerva) frappe le public de ses vocalises aiguës lorsqu'elle se découvre à Ulysse à l'acte I tandis que sa collègue Anoushka Lara (Telemaco) émeut lorsqu'elle reconnaît son géniteur. Une mention spéciale pour l'imposante performance vocale de la soprano Françoise Masset dans le rôle du pâtre Eumete et pour celle, quasi gymnique, du ténor Matthieu Chapuis pour son exigeante composition du glouton Iro. Une fin de saison lyrique en attendant « Narcisse, Narcisse », un « hybrid pop opera », création de l'Opéra de Nice pour petit ensemble vocal et instrumental prévue le 9 juin prochain avec la Philharmonie niçoise.

Blandine Folio Pérès (Pénélope) et Jérôme Billy (Ulisse).
Photographie © D. Jaussein.

 

Nice, le 1er juin 2013
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org
1er juin 2013

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

« Kocktales » au Theater der UDK de Berlin : les jeunes artistes allemands et les fantômes du IIIe Reich.

« Masse » par le Staatsballet et le Technoclub Berghain : un « mariage pour tous » chorégraphique à la berlinoise.

Une « Agrippina » de Georg Friedrich Haendel vénéneuse à souhait au Staatsoper de Berlin

A quoi rêve la jeune fille Senta au Staatsoper de Berlin ? Au « Fliegende Holländer » !

Rainer Krenstetter magnifie le « Tschaikowsky » du chorégraphe Boris Eifman au Staatsoper de Berlin

« Messa da Requiem » de Verdi d'une sombre beauté au Deutsche Oper de Berlin

Le Deutsche Oper de Berlin ovationne la soprano Edita Gruberova dans « Lucrezia Borgia » de Donizetti

Mise en scène audacieuse pour un fascinant « Rigoletto » au Deutsche Oper de Berlin

« Choré » ou la mélancolie chorégraphique de Jean-Christophe Maillot aux Ballets de Monte-Carlo.

Une impressionnante saison lyrique 2013-2014 s'annonce à l'Opéra de Monte-Carlo (26 avril 2013)

Un érotisme sensuel pour « Adagietto » du chorégraphe Oscar Araiz aux Ballets Nice Méditerranée.

Une « Amica » de Pietro Mascagni à redécouvrir à l'Opéra de Monte-Carlo

« Madama Butterfly » gravement irradiée à l'Opéra de Nice

La soprano Annick Massis ovationnée dans « La Sonnambula » de Bellini à l'Opéra de Monte-Carlo

« La flûte enchantée » de Mozart à l'Opéra de Nice, ravissant conte maçonnique pour petits et grands.

Duos d'amour wagnériens sans passion à l'Opéra de Monte-Carlo.

La soprano Désirée Rancatore, émouvante et émue, dans une « Traviata » intimiste à l'Opéra de Monte-Carlo

La lancinante beauté mélancolique de « Pelléas et Mélisande » à l'Opéra de Nice

Sublime « Madame Butterfly » au Staatsoper im Schiller Theater de Berlin.

Une « Traviata » de l'entre-deux-guerres au Deutsche Oper de Berlin.

 

Tout

 

 

 

rectangle

rectangle_actu

rectangle