Tête à têtes : Wenta / Veni Vidi Canto, du « Blues de l'est » authentique et a capella

 

Festival off  10e Viva Voce, Caen, 2 juillet 2014, par Alain Lambert ——

 

WantaTête à têtes à Caen : Wenta/Veni Vidi Canto. Photographie @ FAR.

J'ai failli ne pas y passer, au off  de Viva Voce ! Et puis par hasard, hier, sous le soleil, après m'être farci le col de la venelle à vélo, deux minutes avant le concert, je me suis arrêté à l'ombre de l'église Saint-Nicolas où se tient le festival. Et j'ai bien fait. Un petit big band vocal et du blues rauque éraillé que je n'avais pu entendre à la fête de la musique (mais l'ami Louis m'a dit que le sound system en face d'eux leur avait gâché la voix).

Le FAR, Agence régionale musicale, est à l'origine du projet « Tête à têtes » depuis l'an passé : en proposant « chaque saison à un ensemble vocal une rencontre artistique surprenante, voir improbable (style musical et répertoire éloignés ou jamais abordés par le chœur), avec  un artiste ».

D'un côté (Dominique) Wenta, originaire de la région, avec une mère d'origine polonaise. Elle a interprété Sadia le travesti dans Starmania 88, et son dernier disque, Moi Drouznia, réinvente le blues de l'est : « Le blues et la musique de l'Est sont mes deux pôles. Deux musiques qui me transcendent. Des musiques des peuples, de la souffrance, de la plainte mais aussi parfois d'une joie excessive, d'une fête sans limite, qui me mènent avec le public dans une excitation, une transe, une joie de vivre incroyable. » (on peut l'écouter sur http://www.myspace.com/wentasgottheblues)

De l'autre l'ensemble Veni Vidi Canto composé d'une dizaine de chanteurs issus du Choeur Universitaire de Caen, ouvert à toutes les musiques et toutes les expériences vocales.

Tous ont donc repris son répertoire blues en le réorchestrant pour les voix, entre gospel et rythm'n'blues, entre beat box et groupe de blues, avec en ouverture  un hommage à la grande Bessie Smith (Nobody Knows You) et un peu plus loin un traditionnel des balkans Erdelezy, magnifiquement interprété.

Souffrance et plainte, sans doute, mais teintée de révolte (Et le pas des mendiants... [fera trembler la terre]), et d'ironie, BASM, sur les mines antipersonnelles en forme de jouets. La scénographie est simple et efficace.

Quant au plaisir de chanter (Varsovie, Wenta got the blues) et de faire chanter, Wenta est coach de chant aussi, et ça se sent. J'avais entendu Veni Vidi Canto il y a deux ans au même endroit dans des chansons pop, un joli répertoire qui manquait un peu de punch, mais là non.

L'énergie, la qualité, l'invention, le jeu des voix... un superbe concert, un peu court, qu'il serait bien de faire tourner.

 

 

plume Alain Lambert
2 juillet 2014

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Mardi 10 Octobre, 2017 4:42

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert