S'abonner au bulletin

 

 

Superbes « Variations Goldberg » par le Trio — monégasque — à cordes Liza Kerob, Thierry Amadi et Cyrille Mercier

 

Johann Sebastian Bach, Variations Goldberg, transcrites pour trio à cordes par Dmitry Sitlovetsky. Trio Goldberg. OPMC Classics 2014 (OPMC 009).

7 décembre 2014, par Jean-Luc Vannier ——

Quelque part entre Jean-Sébastien Bach et Glenn Gould. Longue est la liste des transcripteurs de Bach et point n'est besoin de classer un auteur ou de définir une catégorie afin d'apprécier le magnifique travail réalisé par le maestro Dmitry Sitkovetsky pour le Trio à cordes « Goldberg » composé de la violoniste Liza Kerob, du violoncelliste Thierry Amadi et de l'altiste Cyrille Mercier. Si ce dernier a quitté en 2013 la phalange monégasque pour le London Philharmonic Orchestra en tant que alto-co-principal, nous rendons souvent compte dans Musicologie des magistrales exécutions de la supersoliste et du 1er violoncelle solo de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo. Soutenus par le mécénat bienveillant de Barbara L. Begelsbacher, d'Ellen Chiaves-Marchesi, de Marianne et Paul-Marie Jacques ainsi que celui d'Helge et Susanne Kuba, les trois instrumentistes ont enregistré à l'auditorium Rainier III de Monaco sous la direction artistique de Karel Valter, « leur » interprétation des Variations Goldberg, disque paru chez OPMC Classics.

Loin d'altérer les couleurs permises par le clavecin originel, de risquer une réduction des chevauchements contrapuntiques en privilégiant un seul des instruments étayé secondairement par les deux autres, de rompre aussi le subtil équilibre des timbres, Liza Kerob, Cyrille Mercier et Thierry Amadi parviennent à nous restituer l'extraordinaire richesse doublée de la méticuleuse virtuosité inhérente à cette œuvre : après l'aria quasi didactique dans un tempo détachant chacune des notes avec rigueur mais sans âpreté, ils déclinent cette « origine » dans la trentaine de Variato, qu'ils enrichissent d'un souffle interprétatif, d'une inspiration quasi libératrice, notamment en sollicitant de leurs cordes des tessitures plus amples, plus audacieuses voire plus ludiques, que leur registre habituel ou supposé. Et ce, tout en veillant scrupuleusement à conserver cette genèse d'authenticité où chaque « variation » nous entraîne, en rythme, en style ou en harmonie, dans une spirale collective sans cesse renouvelée. Et bouclée par un retour au commencement dans l'aria da capo e fine. Un peu comme l'écoute de cet enregistrement : au départ simple découverte mêlée de curiosité, la sublime beauté de ces « Variations » invite insidieusement à réembarquer sans délai pour une nouvelle audition.

Monaco, le 7 décembre 2014
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie.org 01/2014

Dimanche 7 Décembre, 2014 17:16

musicologie

rectangle

rectangle

rectangle