Soirée jazz du grand Ouest avec Electric Vocuhila de Tours, Tante Yvonne de Caen et Blowing Thrill de Nantes

 

 

Hérouville-Saint-Clair, 10 avril 2014, par Alain Lambert ——

Durant cette Soirée Kollectif#1 se déroulant au Big Band Café dans le cadre de Focus Jazz, trois groupes nous ont donné à entendre un jazz très actuel et varié, révélateur de la scène actuelle.

Electro VocuhilaElectric Vocuhila. Photographie © Christian Mariette.

D'abord, de Tours, Electric Vocuhila (du Capsul Collectif), dont nous avons apprécié sur disque Petit Label le trio acoustique [voir notre chronique] : Maxime Bobo aux saxs alto et soprano (ou clavier Farsifa), François Rosenfeld à la basse (wah wah), Etienne Ziemniak à la batterie (de combat), et à la guitare Boris Rosenfeld. Une musique puissante, fondée sur une répétition énergique, une batterie en ébullition, des contre-chants simples entre les instruments. Avec au cours du set  un certain classicisme dansant qui s'installe.

ante Yvonne TentetTante Yvonne Tentet. Photographie © Christian Mariette.

De Caen ensuite (du Collectif Jazz de Basse-Normandie) le Tante Yvonne Tentet, dont Simon Deslandes, trompettiste, chef d'orchestre occasionnel et porte-voix, ne nous a pas dévoilé l'origine du nom. Ce sera pour une autre fois peut-être. Le principe, des morceaux longs, très écrits et élaborés, avec de nombreux jeux de timbres, mais aussi des improvisations libres, comme cet étonnant duo du premier morceau entre le piano électrique préparé de Manuel Picquery, et la trompette étouffée de Samuel Belhomme. Où les solos de JB Perez au soprano, de Nicolas Talbot  à la contrebasse, de Simon Deslandes à la trompette, de Théo His-Mahier à la batterie... et j'en oublie. Un bel équilibre donc entre tradition et modernité, écriture et improvisation pour ce petit grand orchestre passionnant des dix neveux bien turbulents.

Blowing Thrill. Photographie © Christian Mariette.

Enfin, une autre belle révélation avec Blowing Thrill, venu de Nantes (du Collectif 1name4acrew). Une formation un peu insolite : deux saxs alto (Ellie Dalibert et Gweltaz Hervé) une basse (Émeric Chevalier) et une batterie (Fabrice l'Houtellier). Dès les premières notes, un paysage sonore inédit et très surprenant, avec une très belle musicalité dans les échanges entre musiciens, les deux altos alternés, la basse très présente et la batterie chatoyante. Mais aussi dans les longues impros en trio, particulièrement celle d'Ellie Dallibert dès l'ouverture, comme s'il essayait de s'extraire de la gangue du temps. Et qu'il y réussissait.

Focus Jazz se termine ce samedi, après un beau mois plein d'émois, avec une nouvelle noire mise en musique par quatre saxs, à la médiathèque de la Folie à Caen,  le Daniel Zimmerman Quartet à l'EPSM de Caen, et un ciné-concert d'Ana Kap à Pont-l'Évêque dimanche.

Voir sur le site.

plume Alain Lambert
10 avril 2014

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Jeudi 17 Avril, 2014 23:21

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert