S'abonner au bulletin

 

Représentation sacrée
ou sacrée représentation
La Petite Messe Solennelle
de Rossini mise en scène

Opéra Comique, 20 avril 2012

Par Frédéric Norac

Rissino, petite messe, opéra comique
Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini
© Opéra-Comique de Paris.

Il est de mode de mettre en scène des œuvres sacrées, un peu comme au théâtre on transposerait des textes purement littéraires. La metteuse en scène Nicola Hümpel a voulu voir dans  le testament musical de Rossini une sorte de débat entre des tendances contradictoires du compositeur vieillissant,  pris entre des résurgences de la foi catholique dans laquelle il avait été élevé, et un agnosticisme hérité de son expérience et de son tempérament désabusé, voire un rien cynique.

La Petite Messe Solennelle de Rossini
Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini
© Opéra-Comique de Paris.

L'œuvre elle-même, il est vrai, présente un bien étonnant mélange de réminiscences belcantistes, de style oratorien et d'humour qui amène à s'interroger comme le musicien sur la vraie nature de sa composition.  Rappelons-nous la question posée par Rossini  lui-même dans  la dédicace de sa Petite messe solennelle au « Bon Dieu » : « Est-ce bien de la musique sacrée que je viens de faire ou de la sacrée musique ? ».

Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini © Opéra-Comique de Paris
Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini
© Opéra-Comique de Paris.

La double interrogation sur la foi et sur la musique est donc représentée à travers un débat qui oppose à un personnage représentant sans doute l'Église elle-même et  un comédien — baptisé Benoît (sic !) —  défendant  le point de vue du  Doute.  C'est un peu bavard, parfois drôle, avec quelques trouvailles visuelles comme ce Resurrexit illustré par le passage d'un portique — façon aéroport — où systématiquement le sceptique est refusé ou encore cette scène de confessionnal  qui réunit nos deux allégories.  Quelques moments de réelle poésie émergent : le preludio religioso dansé en un pas de deux qui réunit la ballerine omniprésente (image de l'âme ?) et le sceptique enfin conquis au bonheur céleste.  Un numéro de haute virtuosité pour le comédien qui d'évidence n'est pas un danseur de formation. On aime beaucoup aussi  cette évocation du paradis pour l'Agnus Dei final dans ce décor a transformation soudain transformé en cité céleste. Mais la relecture ne respecte pas toujours le mouvement de la musique et il paraît bien regrettable de séparer la longue séquence du Crucifixus pleine de mélancolie de sa conclusion naturelle, l'éclatant Et resurrexit, surtout pour y introduire des propos fumeux.

Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini
Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini
© Opéra-Comique de Paris.

Au plan musical, l'ensemble « Nico and the Navigators » (originaire de Berlin comme son nom ne l'indique pas) s'est fait une spécialité de ce genre de programme entre concert et théâtre musical. Il se  révèle un excellente formation chorale, sous la direction compétente et parfois même  inspirée de Nicholas Jenkins. Assumant  l'effectif exact préconisé par Rossini, il se compose de douze voix, quatre par pupitres, dont les premiers assument aussi les parties solistes. Sortent particulièrement du lot la soprano Laura Mitchell et la jeune basse très prometteuse Nicolay Borchev. Deux excellents instrumentistes — David Zobel et Soo Jin Anjou — rendent toute sa dimension à l'invention pianistique du vieux Rossini. Si la relecture ne convainc pas toujours pleinement et a un peu tendance à verser dans l'anecdote, elle donne au moins l'occasion de méditer un moment sur le sens de cet étrange chant du cygne, baptisé par Rossini lui-même : « le dernier péché mortel de ma vieillesse ».


Nico and the Navigators, La Petite Messe Solennelle de Rossini
© Opéra-Comique de Paris.

Frédéric Norac


Références / musicologie.org 2012

À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Coursd'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale