Philippe Gonin et l'ORBN « Floyd Chamber Concerto » le concert-concept !

 

 

Caen, 20 février 2014, par Alain Lambert ——

 

PHilippe Gonin et orgnPhotographie © Thierry Tourmel.

La fin des années soixante et le début des années soixante-dix avaient inventé le rock progressif et les concept-albums, ces 33t qui racontaient une seule histoire sur deux ou quatre faces vynil.

L'Orchestre Régional de Basse-Normandie proposait ce soir un concert-concept, « un parcours dans l'histoire du XXe siècle », à l'initiative de son directeur général, Guillaume Lamas.

Philippe Gonin, guitariste rock et musicologue a été invité à écrire un « concerto » pour orchestre de chambre et guitare électrique dans le style de Pink Floyd, sans reprendre leurs musiques. Ni leurs paroles simplement illustrées dans trois courtes vidéos intercalées aux quatre mouvements. Elles pourraient s'intituler « War, Wall, Wall Street », mais le musicien a préféré opposer les millions des joueurs de foot à la famine en Afrique plutôt que la folie financière des traders et autres actionnaires, pourtant déjà bien prédite dans le rythme frénétique de Money, où l'on entend la caisse enregistreuse s'affoler et les billets déchirés dans un gaspillage indécent.

La musique contemporaine a déjà utilisé la guitare électrique, en particulier Tristan Murail dont on a entendu l'oeuvre pour deux guitares saturées au festival Aspects il y a quelques années (sans me laisser un grand souvenir). Le rock progressif a cherché lui aussi la rencontre avec le classique, par exemple le Concerto pour orchestre et groupe de Deep Purple, auquel on peut préférer le moins connu Salisbury d'Uriah Heep, plus réussi. On peut citer aussi le Double Concerto du guitariste jazz-rock norvégien Terje Rypdal (chez ECM) qui n'est toujours pas venu dans le cadre des Boréales. Et bien sûr les cuivres et choeurs d'Atom Hearth Mother du Floyd, dont Philippe Gonin a réalisé le livret pédagogique pour le BAC musique, il y a trois ou quatre ans.

philippe goninPhotographie © Thierry Tourmel.

C'est donc une œuvre que le musicien connaît bien, avec un son de guitare très particulier aussi, mélodique, aux notes qui sonnent longtemps, aux solos remarquables de musicalité. David Gilmour compte autant, aussi pour le chant, que le premier guitariste et créateur du groupe Syd Barrett, qui en restera ensuite un membre fantôme, dont toutes les paroles de Roger Waters sur la folie témoignent.

Quatre mouvements donc, librement et joliment inspirés de thèmes, de motifs, de climats, puis orchestrés pour une quinzaine de musiciens, cordes, flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, avec juste les indications des accords pour la partie de guitare. Des vents qui sonnent un peu comme les cuivres « atomiques » déjà cités, des cordes très répétitives, entre les pastels de Ravel et les cellules rythmiques de Glass, convenant très bien à la guitare, par exemple celle slide, façon One Of These Days du second mouvement. Dans le troisième et quatrième mouvement, le hautbois d'abord, puis les autres vents et le violoncelle, se trouvent impliqués dans le processus d'improvisation, avec la guitare, très floydienne. Manque juste un cinquième mouvement, pour faire durer le plaisir.

Le privilège et l'avantage de l'ORBN, pour ce type de création, c'est qu'il est habitué à travailler dans des contextes plus ou moins classique (Juan José Mosalini, Didier Lookwood, Richard Galliano [voir notre chronique]...)  où les instrumentistes, en petit nombre, savent s'adapter aux partitions inhabituelles, comme l'explique ensuite une des violonistes au public, réceptif et réactif.

Philippe Gonin et l'orbnPhotographie © Thierry Tourmel.

Pour terminer sur cette expérience doublement intéressante, sur le plan esthétique, aussi musicologique, il faut signaler la volonté de la proposer gratuitement à des publics jeunes (trois lycées de la région et ce soir l'amphi Daure de l'Université de Caen). Le lycée Jules Verne de Mondeville a d'ailleurs réalisé pour cette mini tournée une sculpture « Flamand Rose à la Guitare ».

Les prochaines expériences de l'ORBN :

Marionnettes et musiques le 16 mars à l'Abbaye aux Dames.

Danse hip-hop et musique de chambre au Centre Chorégraphique de Caen les 20 et 21 mars, puis en région normande et parisienne aussi.

Toutes les infos sur  les dates et les lieux sur le site de l'Orchestre Régional. 

plume Alain Lambert
20 février 2014

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Samedi 22 Février, 2014 12:29

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert

Jean Sébastien Bach : Une suite, deux concertos, et Stéphanie Marie Degand (Caen, le 15 février 2014)

Youn Sun Nah Quartet « Momento Magico » (Caen, 15 février 2014)

Les Witch Doctors, du blues-rock à la bibli de la Maladrerie (Caen, 15 février 2014)

Gaël Horellou Quartet invite Abraham Burton, de New York (Caen, 13 février 2013)

François Chesnel / Thierry Lhiver Quintet « jazzer classique ! » (Conservatoire de Caen, 11 février 2014)

Anne Choquet(flûtes à bec), Foehn. Petit Label 2013 (PL Son 016)

François Chesnel « Kurt Weill Project » et Dan Tepfer : Weill et Bach « entre jazz et classique » aux Jazz Escales de Ouistreham (31 décembre 2014)

Trio flûte, clarinette et piano de l'Orchestre régional pour une musique de chambre moderne et variée à Caen (25 janvier 2014)

« Keda » un duo électro gomungo passionnant avec Mathias Delplanque et E'Joung Ju (Caen le 25 janvier 2014)

« Sacre #197 » Dominique Brun chorégraphe : l'alphabet du rituel (Caen, 16 janvier 2014)

Vivaldi au Paradis ! « Viva Vivaldi » les Musiciens du Paradis avec Damien Guillon (Caen, 7 janvier 2014)

Renza Bô « L'amicale des sphinx ». Antoine Simoni (contrebasse), François Chesnel (piano), Guillaume Dommartin (batterie), Pierre Millet (trompettes), Yann Letort (saxophone ténor). Petit Label 2013 PL kraft 039.

Venus et Adonis en DVD par le Théâtre de Caen : Une belle réussite (27 déc. 2013)

Compagnie Mawguerite « Lux Tenebræ » Centre Chorégraphique Caen (12 décembre 2013),

Marc Coppey et les Solistes de Zagreb « La nuit transfigurée » (Caen, 11 décembre 2013)

Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.