Œuvres de Gabriel Dupont par Marie-Catherine Girod et le Quatuor Pražák : Une superbe redécouverte !

 

Gabriel Dupont

Marie-Catherine Girod et le Quatuor Pražák, œuvres de Gabriel Dupont. Mirare 2014 (MIR 238).

Enregistré au Martinek Studio Prague en août 2013.

 

30 avril 21014, par Alain Lambert —

Comtemporain d'Erik Satie, d'André Caplet, de Maurice Ravel, de Claude Debussy ou  de Gabriel Fauré, Gabriel Dupont, né à Caen en 1878, fut un mélodiste des poètes, Verlaine, Klingsor, Rimbaud, Verhaeren, Richepin, Musset, Leconte de Lisle, Cécile Perin, et Emile Blémont dont il mit en musique Trois Chansons Normandes.

Malgré la tuberculose contractée en 190l, à l'armée, l'année du prix de Rome où il arriva second, derrière Caplet et devant Ravel, il les chanta presque tout l'été, sur son clavier, jusqu'au crépuscule du siècle, et mourut au Vésinet, le 1er août  1914, le premier jour de la der des ders.

Gabriel Dupont

Il négligea peu son piano, le temps de deux œuvres symphoniques et de trois opéras. Et toujours il y revenait, à son intimité douloureuse, mais jamais plaintive, pour une  Journée de printemps, duo avec violon de 1901, Les heures dolentes de 1903 à 1905, La maison dans les dunes de 1910, et enfin en 1911, Le poème pour piano et quatuor à cordes.

Ce sont toutes ces œuvres pour piano qui nous sont données à redécouvrir dans ce beau disque des Éditions Mirare, très bien enregistré par Marie-Catherine Girod, et les musiciens du Quatuor Pražák.

On y retrouve dans le quintette son écriture dynamique, complexe et mouvante, qui passe par l'ensemble du spectre des émotions, en dernier romantique qui ne retient de Wagner que la fierté et la volonté, en refusant toute sa lourdeur ou ses symboles mythologiques trop obscurs, comme le montre le texte de 1909 cité dans le livret.

Marie-Catherine Girod propose ensuite un choix  parmi les vingt deux pièces des deux cycles pour piano, sept parmi Les heures dolentes et deux parmi La maison dans les dunes, les plus apaisées sans doute, celles de la Mélancolie du bonheur, où l'on entend les volées de cloches d'un Après-midi de dimanche, et les comptines Des enfants jouent dans le jardin. Et Satie n'est jamais très loin, le voisin d'Honfleur.

Le disque nous offre enfin, remontant le temps à contre courant, le duo, sans doute inédit, pour violon et piano Journée de printemps, écrit l'année même où il contracta sa maladie.

Un superbe disque pour redécouvrir une œuvre  presque oubliée, un siècle après sa dernière note.

 

plume Alain Lambert
30 avril 2014

 

Marie-Catherine Girod (piano)
Pavel Hůla (violon)
Vlastimil Holek (violon)
Josef Klusoň (alto)
Michal Kaňka (violoncelle)

1-3. Poème, pour piano et quatuor à cordes : Sombre et douloureux, Clair et calme, Joyeux et ensoleillé.

4-12. Pièces pour piano solo : Les Heures dolentes, « Épigraphe » ; La Maison dans les dunes, « La maison du souvenir » ; Les Heures dolentes, « Du soleil au jardin » ; Les Heures dolentes, « Après-midi de dimanche » ; Les Heures dolentes, « Une amie est venue avec des fleurs » ; La Maison dans les dunes, « Mélancolie du bonheur » ; Les Heures dolentes, « Coquetteries » ; Les Heures dolentes, « Des enfants jouent dans le jardin » ; Les Heures dolentes, « Calme ».

13-14. Journée de printemps, pour violon et piano : Au matin, 14 - Au soir

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Vendredi 15 Mai, 2015 21:12

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert