À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Iconographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


S'abonner au bulletin

Guillaume Kosmicki
Musiques électroniques :
Des avant-gardes aux dance floors
.

Kosmicki Guillaume, Musiques électroniques : Des avant-gardes aux dance floors.
« Formes », Le mot et le reste, Marseille 2009
[406 p. ; ISBN 978-2-915378-83-2 ; 23 €]

Ce livre est une de ces bonnes surprises, qui, de loin en loin, nous tombent dans les mains, pour y rester fermement amarrées au fil des pages.

Cette étude, à l'heure des petites spécialités positives étriquées, peut sembler être de la démesure, dans l'ambition d'un auteur solitaire, qui a pourtant atteint son but.

Le sujet est immense, puisque l'électronique c'est l'amplification, la duplication mécanique par l'enregistrement, le retraitement et la modification des sons, elle permet de créer des instruments réels et virtuels, aux timbres nouveaux, mais encore, les ordinateurs sont aussi des outils utiles à la pensée musicale, ce qu'on appelle la musique assistée par ordinateur. Les ordinateurs familiaux d'aujourd'hui peuvent être des studios de production sonore extrêmement complets et performants.

Les compositeurs des musiques dites savantes utilisent abondamment l'électronique, mais depuis longtemps déjà, ce sont les ingénieurs du son, qui, par le disque, donnent un « son » au répertoire plus ancien. On sait aussi comment Glenn Gould montait ses enregistrements à partir de nombreuses prises, parfois de quelques mesures. C'est aussi les Ondes Martenot, ou la thérémine (théréminovox ou « antenne chantante  », de Lev Thérémine)

L'électronique c'est le Rock, le son saturé, le larsen de Jimi Hendrix, le son du piano Rhodes Fender et de l'orgue Hammond, le mini Moog (ah ! Emerson Lake & Palmer !), le mélotron (un court temps chez Michel Polnareff), mais c'est aussi en plein, le disco, la techno, le rap, hip-hop, tout l'art des D'js, et une incroyable multitude des styles et variantes.

Guillaume Kosmicki fait preuve d'un bel esprit encyclopédique, qui n'a rien à voir avec le ramassage wikipédien. Tout le livre est traversé par l'engagement des idées personnelles, qui rendent ce livre attachant, même si nous ne partageons pas nombre d'entre elles. Il sait aller chercher les informations utiles à son projet, mais aussi les problématiques.

Ainsi, part-il de l'idée de la préoccupation des musiciens pour le son, le timbre, bien avant qu'ils aient pu penser à quelque chose comme les moyens de l'électronique. Il perçoit les premiers signes de cette préoccupation chez Beethoven, on peut le contester. Mais il est vrai que les choix instrumentaux de Beethoven sont singulièrement et difficilement interchangeables. Désintérêt ou condition d'emploi des compositeurs ?

Peut-être encore n'est-on pas ici au meilleur des sources pour ce qui concerne Joseph Sauveur (le premier acousticien moderne), ou encore dans la vision d'un XVIIIe siècle musical vissé comme un seul homme derrière les conceptions harmoniques de Jean-Philippe Rameau, où il faudrait faire une bonne part aux critiques et au bon sens de Jean-Jacques Rousseau.

Guillaume Kosmicki écrit bien, et réalise le tour de force de présenter clairement et très pédagogiquement cette jungle, en une succession judicieuse, de courts paraphes bien cernés.

 

Jean-Marc Warszawski
26 février 2010

Présentation de l'éditeur

L'histoire de la musique du XXe siècle est profondément marquée par l'apport de l'électronique.

Cette aventure, d'abord technologique, a commencé dès le début du siècle avec le développement de l'enregistrement et l'apparition des premiers instruments de synthèse sonore. Mais c'est dans les années cinquante qu'un élan impulsé par des musiciens savants consacre la naissance des premiers styles purement électroniques. De manière plus ou moins directe, ces avant-gardes ont influencé l'apparition de nombreux genres musicaux populaires comme le club, le hip-hop, l'electro, puis la house et la techno.

La technologie a servi de fil conducteur à toutes ces expériences, tout comme l'intérêt primordial pour le son. Depuis les premiers essais de John Cage avec des tourne-disques joués en direct en 1939, le phénomène du Disc Jockey a pris une ampleur considérable pour le consacrer comme véritable créateur depuis les sound-systems jamaïquains jusqu'au développement des night-clubs de New York, Chicago, Detroit puis d'Europe.

Le mouvement techno, au travers des raves et surtout des free parties, s'est révélé être une véritable contre-culture. Pour compléter cette approche historique, l'auteur propose une sélection anthologique de compact discs.

Né en 1974, Guillaume Kosmicki, musicologue, est enseignant- conférencier, spécialiste du phénomène techno à travers les raves et les free parties. Il est également musicien sous le nom de Tournesol et participe au collectif Oko System.


Références / musicologie.org 2009