S'abonner au bulletin

 

 Menahem Pressler
et le Fine Arts Quartet à Dijon
(25 novembre 2011)

Par Eusébius

 

Il me faut l'avouer, j'attendais ce concert depuis des mois. Tout d'abord pour Menahem Pressler, que j'apprécie tant depuis plusieurs dizaines d'années, et dont la presse avait signalé, (et fustigé) plusieurs défections consécutives, après qu'il eut dissout le Beaux Arts Trio dont il était l'âme. En substance, nos « bons » critiques écrivaient : Est-il sain à un âge avancé — 88 ans dans quelques semaines — de vouloir « raccrocher » ? Avec pudeur (la santé fragile de Sara, son épouse) il avait tu la raison de ses défections. Aurions-nous encore le privilège de l'écouter ?

Le concert s'ouvrait sur le quatuor en sol majeur, le premier de l'opus 77, de Haydn. N'allait-on pas subir un quatuor de routine, propre à permettre aux instrumentistes de faire leurs vocalises ? Ce fut — au contraire — une grande et belle leçon. Une interprétation proprement inspirée : un premier mouvement enjoué à souhait, le deuxième empreint d'une élégante gravité, le menuet (presto) où Haydn, dans sa soixante-dixième année s'inscrit dans le courant le plus audacieux de son temps, et enfin un finale dansant jusqu'au paroxysme, dont l'écriture très savante paraît simple et naturelle. L'évidence lumineuse, une interprétation rayonnante.

Les qualités exceptionnelles du Fine Arts Quartet, modèle d'homogénéité, de plénitude, de distinction et d'engagement, allaient se confirmer dans le 3e quatuor de Bartók. Malgré mon goût pour le 4e, sommet de sa création, l'émerveillement à redécouvrir son prédécesseur fut total. Certes, c'est le plus audacieux des six, mais on oubliait la perfection formelle pour se baigner dans cet enchevêtrement de lignes, de courants, pour goûter à tous les climats, des plus froids aux torrides, des sereins aux tourmentés ou aux désespérés. Avec, en filigrane, l'annonce de Kurtag et de Ligeti, par la modernité de l'écriture. Robuste et aérien à la fois, le jeu des quartettistes était particulièrement convainquant. Une réalisation exemplaire.

Enfin, parut Menahem Pressler, toujours alerte, souriant, le regard pétillant, pour le second quintette de Dvorak. D'emblée, le miracle se confirme : son jeu n'a pas pris la moindre ride, le musicien est plus jeune que jamais. À la différence de nombre d'interprétations communes, le piano du meilleur chambriste se fond littéralement dans l'ensemble. Et la musique nous prend. Peu nous importe qu'elle soit de Schumann, de Brahms — dont la marque est parfois évidente — ou de Dvorak, c'est un régal. La connivence est absolue entre les partenaires. L'andante — la dumka — est admirable, avec son contraste nerveux et souple de l'incise vivace. Et les deux derniers mouvements, dont la marque slave est permanente, sont irrésistibles, particulièrement le finale dont la joie tourbillonnante aboutit à une apothéose.

Les ovations sont telles que, malgré la richesse du programme, les musiciens nous offrent un bis. Quel beau cadeau !

Un intense bonheur. Merci, Monsieur Pressler de nous donner encore et toujours le meilleur de vous-même, et merci au Fine Arts Quartet pour cette soirée inoubliable.

Eusebius
26 novembre 2011


Références / musicologie.org 2011

À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Coursd'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale