À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 GÉRARD STRELETSKI (dir.)
Le Quintette de cuivres
aspects historiques et actualités
Concours de  musique de chambre de Lyon 2005

 
 STRELETSKI GÉRARD, Le Quintette de cuivres :
aspects historiques et actualités
(Concours de  musique de chambre de Lyon 2005 )
Éditions Symétrie,Lyon 2006 [146 p. ; ISBN 2-914373-10-4 ; 30 €]

La seconde édition du Concours international de musique de chambre de Lyon a été, après le trio avec piano  en 2004, consacré au quintette de cuivres.

Les organisateurs, comme pour la première édition, ont eu l'heureuse idée de convoquer la réflexion musicologique pour nourrir le contenu d'un livre. La coordination a été confiée à Gérard Streletski, chef d'orchestre et Directeur du département de musicologie de l'Université Lumière de Lyon.

Par le sous-titre « aspects historiques et actualités », il faut entendre « problématiques ».

En effet  les auteurs n'ont pas cherché à collectionner des faits et des dates relatifs au sujet pour en faire cette espèce de muséographie chronologique qu'on baptise histoire de la musique. Ils ont posé et croisé des problèmes, et au bout de leur peine produit un livre heureux, intéressant, demandant une certaine attention à la lecture, mais qui est tout à fait abordable par un large public relativement motivé.

Un ensemble de cinq instrumentistes, en la circonstance, deux trompettes, un cor, un trombone et un tuba, est assez anecdotique. Pourtant, loin d'être évidente, il y a dans la possibilité d'une telle réunion, beaucoup de volontés et dimagination humaines tissées dans divers mouvements de société.

On nous rappelle comment les premiers livres notés de musique instrumentale au XVIe siècle témoignent de l'émancipation par rapport à la musique chantée ; du fait que les personnes de qualité exemplarisent leur distinction par la pratique d'un instrument ;  de comment la tradition orale des joueurs d'instruments à vent, les « hauts ménestrels » a rencontré la culture savante des lecteurs de musique. Mais encore, comment la musique de chambre a été identitaire pour l'aristocratie en réaction, après la Révolution Française.

Il y a la question essentielle de la lutherie. Pour des raisons mécaniques, mais peut-être aussi idéologiques, celle-ci a été en retard sur les exigences du développement musical.

Ces exigences sont pour un instrument, d'être d'une part parfaitement chromatique, juste dans toutes ses notes, avec un timbre stable et cohérent sur une étendue correcte. D'autre part de pouvoir être apparié dans une famille homogène de timbres pour jouer toutes les notes l'étendue musicale, comme les cordes.

Mais un violon c'est quatre instruments en un (quatre cordes accordées dans des tons différents). Un instrument de cuivre c'est un seul tuyau. Longtemps, les joueurs de cuivres on dû posséder plusieurs instruments dans plusieurs tonalités et, avec des emboîtement de tubes, il ont eu la possibilité de raccourcir ou de rallonger la colonne d'air de leur instrument, selon les besoins.

On comprend comment, dans la première moitié du XIXe siècle, un corniste virtuose comme Pierre-Joseph Meifred, protégé par le duc de La Rochefoucault, s'attache à améliorer la facture de son instrument à partir du système des pistons inventés par Stölzel.

Alors que les cuivres sont encore des instruments instables, Jean Bellon, violoniste de son état, inventeur d'une sourdine pour le violon et le violoncelle en 1832, compose 12 quintettes pour instruments de cuivres, qui ont un certain succès. Il est difficile de cerner les motivations de Jean Bellon, dont les propos, au sujet des instruments en cuivre se croisent avec ceux de Berlioz.

Berlioz, tenait Jean Bellon pour le spécialiste de l'instrumentation des cuivres. Ce qui n'est pas rien de la part du maître de l'orchestration, dont les chapitre sur les cuivres dans « Le Grand traité d'instrumentation » sont d'un grand intérêt dans la mesure où sont évoqués conjointement les problèmes techniques et esthétiques.

La notice sur le quintette de cuivres « Odyssée » qui fête cette année vingt ans d'existence, est d'une certaine manière le témoignage d'un aboutissement, puisque toute les questions essentielles du XIXe siècle semblent avoir disparu des préoccupations de l'ensemble. Par contre, il est clair que les ensembles de cuivres n'ont pas acquit l'engouement (les fantasmes aussi) dévolu aux ensembles de cordes. Ce sujet qui court en filigrane tout au long du livre, est à lui seul une grande question, qui relève peut-être plus des représentations symboliques que strictement de la musique.

Goethe relate comment après avoir été séduit par Maria Szymanowska et sa musique de piano, il a pris goût à aller écouter la musique militaire de la garnison...

 

La présentation de l'éditeur

Le deuxième Concours international de musique de chambre de Lyon, consacré en avril 2005 au quintette de cuivres, a récompensé trois formations parmi les six retenues. On trouvera au sein de cet ouvrage une notice pour chacune d'elles, de même qu'une biographie des membres du jury international appelé à les départager.

Parallèlement aux épreuves du concours, une réflexion musicologique menée par des chercheurs retrace l'apparition du répertoire instrumental pour cuivres à la Renaissance, s'arrête sur le premier des douze quintettes de Jean Bellon (composé en 1848), détaille l'évolution organologique du cor avec l'apport des pistons par Joseph Meifred au début du XIXe siècle et apporte un commentaire sur le Traité d'instrumentation de Berlioz. Deux membres du quintette l'Odyssée ensemble & cie témoignent de leur pratique et montrent comment de larges horizons artistiques peuvent s'ouvrir pour l'évolution d'un ensemble classique.

Les textes publiés constituent les actes du colloque « Le Quintette de cuivres » qui s'est déroulé le 23 avril 2005 à la salle Proton de la Chapelle de l'Auditorium de Lyon lors de la Journée cuivrée, dans le cadre d'une coopération du Concours international de musique de chambre de Lyon et du département de musicologie de l'université Lumière-Lyon II.

Avant-propos de David Pastor

Parler des cuivres pose d'emblée la question du répertoire. Musique romantique ou baroque, jazz, musique de film ou de rue, les cuivres jouent de – et sur – tous les registres. Une extraordinaire flexibilité qui permet à ces instruments d'être présents dans tous les styles de la création musicale.

Le colloque musicologique publié à présent, placé dans le cadre du deuxième concours international de musique de chambre de Lyon « Quintette de cuivres », contribue pleinement à l'intégration de ces instruments dans l'univers de la musique de chambre tant par la qualité et l'originalité des recherches qui sont ici présentées que par les différents parcours artistiques dont il s'est fait l'écho.

Confié pour la seconde année à la coordination de Gérard Streletski, directeur du département de musique et de musicologie de l'université Lumière-Lyon II, le colloque a pris place dans une « Journée cuivrée », point d'orgue au concours et conçue comme un hommage aux lauréats. Le public a pu découvrir tout à la fois l'extraordinaire variété des pratiques cuivrées mais aussi se retourner sur l'histoire de ces instruments. Une histoire marquée par les grands compositeurs qui, sans rien nier des fonctions de circonstance des cuivres (sonneries, appels, fanfares), ont su exploiter l'étonnante virtuosité et la formidable puissance de ces instruments.

Le nombre important des oeuvres contemporaines jouées pendant les épreuves du concours témoigne de la vitalité de leurs pratiques. Le colloque comme le concours contribuent à faire connaître le niveau d'excellence qui est celui des cuivres aujourd'hui et leur apport à l'écriture de l'histoire de la musique.

Table des matières

Avant-propos, David Pastor

Le concours 2005 pour quintette de cuivres

Introduction,  Serge Dorny

Notes sur le répertoire imprimé pour ensembles instrumentaux dans la première moitié du XVIe siècle, Jean Duchamp

Pierre-Joseph Meifred (1791-1867) précurseur du cor chromatique en France, Nicolas Gouilloux

La trajectoire d'Odyssée ensemble & cie de 1986 à 2005 : la construction d'une identité, Philippe Genet & Catherine Bosc

Le Quintette pour instruments de cuivre n° 1 en mi b majeur de Jean Bellon, Isabelle Bretaudeau

Les Cuivres dans le Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes de Berlioz : l'exemple du cor, Gérard Streletski

Biographies des auteurs ; Bibliographie

©Références / Musicologie.org 2006
site conçu et administré par
Jean-Marc Warszawski