À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 

GOURIOU HERVÉ
L'Art du campanaire en Occident :
Histoire, facture et esthétique des cloches de volée
.

 
 « Cerf Histoire »,
Édition du Cerf, Paris 2006 [329 p. — 34 €]

En musicologie, la mode semble être aux livres qui montrent beaucoup et qui n'expliquent pas grand-chose.  Maladie infantile de l'informatique ? Agonie de la musicologie qui n'aurait plus rien à dire ? Refus ou interdiction d'avancer des idées personnelles ? De s'engager ? C'est un vrai et urgent problème. Bref !

Hervé Gouriou quant à lui, de ce point de vue, rame à contre-courant. Il a bien entendu sous la main une importante documentation, il est aussi un homme de terrain, un homme de clocher, si je peux dire, mais il a pris le parti de rédiger. Il nous présente donc un livre qui explique beaucoup et montre très peu. Le monde des cloches a peu changé au cours des derniers siècles, dit-il. On voudra bien se reporter à l'Encyclopédie de Diderot et de d'Alembert pour voir les images. Et là c'est un peu dommage parce qu'on aimerait bien avoir un peu plus de dessins, de photos pour faciliter la compréhension d'un propos parfois technique, mais aussi parce qu'on nous révèle des choses que nous avons toujours eu sous les yeux et dans les oreilles, et que l'on connaît assez peu, et la curiosité pressée aimerait avoir en images ce que les mots disent.

Les cloches ont occupé une grande place dans l'organisation de la vie courante, militaire et cérémonielle. Elles ont marqué les temps religieux et civils, le temps psychologique et celui des flambeaux du ciel comme l'écrivait saint Augustin. Elles ont donné l'alerte, guidé les égarés, rythmé la journée de travail, la durée du sommeil, rassemblé.

Elles ont été des enjeux politiques dans les affrontements opposant les pouvoirs spirituels et temporels. Affrontements dans le partage du paysage sonore, mais aussi dans la maîtrise du temps, entre le clocher de l'église et le beffroi civil.

Elles ont été menacées et en partie détruites à la Révolution Française, et malheureusement, l'auteur nous sert à ce propos le discours type sur les destructions révolutionnaires, sans prévenir de ce qu'on appelle la violence des temps, celle de l'ancien régime, de l'engagement politique de l'église et de la haine suscitée. L'idée que les richesses extravagantes de l'Église puissent servir aux besoins de la nation n'est pas a priori ni condamnable ni ridicule. D'autant qu'il faut se garder des effets rétroactifs et ne pas affubler le XVIIIe siècle du véritable culte, peut-être inquiétant, que nous cultivons quant à la conservation du patrimoine muséographique.

Mais heureusement pour les cloches, en raison de leur composition métallique, le recyclage est apparu plus difficile que prévu, et qu'elles ont été aussi défendues et protégées par des actes de résistance.

Elles sont des objets identitaires dans les villages. Elles ont donné lieu à des imbroglios, quand elles devaient être sonnées selon les cas par l'église ou la mairie et qu'on devait se partager l'accès au clocher.

Ce livre nous informe sur la technique de fabrication, son histoire, sur les quelques familles de fondeurs encore en activité, parce qu'il s'agit de dynasties.

Il nous informe sur les manières de faire sonner les cloches, l'art de sonner des mélodies (avec les cloches de volée), sur la manière de les accorder, sur les problèmes de leur entretien.

Au bout du compte, la lecture de ce livre nous rend attentifs et curieux d'un monde encore sonore, mais dont la part devenue silencieuse nous entoure encore par de nombreux témoins et vestiges.

On écoute et on regarde les clochers, la façade et les toits des édifices publics — ou simplement anciens, d'une autre manière. C'est que nous y avons appris.

Jean-Marc Warszawski

Présentation de l'éditeur

 Lorsqu'on évoque l'art campanaire, on pense d'abord aux carillons à clavier de type flamand que l'on peut entendre dans de nombreuses villes de France et d'Europe, ou bien aux fonderies de cloches, que tout un chacun peut avoir eu l'occasion de visiter un jour. Or le domaine de la campanologie est beaucoup plus vaste. L'étude des cloches, instruments de musique au statut bien particulier, croise quantité de domaines de connaissance, aussi divers et variés que l'histoire, la musicologie, l'héraldique, l'acoustique, l'ingénierie des bâtiments, l'anthropologie, etc. En France, plus de 95 % des effectifs campanaires est constitué par les cloches dites « de volée », c'est-à-dire aptes à se balancer, qu'elles soient isolées, ou regroupées en ensembles plus ou moins importants appelés « sonneries ». C'est avant tout à ce très vaste domaine qu'est consacré le présent ouvrage. Articulé autour de plusieurs grands axes, tant techniques et historiques que sociologiques ou musicaux, ce travail présente des facettes parfois totalement méconnues de l'art campanaire. Passionné et arpentant les clochers depuis l'âge de 12 ans, l'auteur met ici à la disposition du lecteur vingt années d'expérience de terrain, doublées par de longues études universitaires essentiellement consacrées à la campanologie.

Hervé Gouriou est docteur en musicologie et expert en campanologie auprès du ministère de la Culture et de la Communication ; il enseigne à l'université Paris-VIII.

©Références / Musicologie.org 2006
site conçu et administré par
Jean-Marc Warszawski