À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 Cophignon Alain
Georges Enesco

 
COPHIGNON ALAIN, Georges Enesco.
Fayard, Paris 2006.

 La situation de Georges Enesco (1881-1955) lui confère une singulière universalité. A ses racines roumaines (musique folklorique et liturgique), s'ajoutent les études de l'enfant prodige à Vienne et Paris qui le placent au coeur de l'Europe musicale. La liste des personnalités qui ont traversé sa vie – jalonnée par ses concerts à Paris ou à Bucarest, ses master-classes et ses voyages à travers le monde – constitue une sorte de Bottin artistique. La prolixité de ses dons est surprenante. Violoniste, sa célébrité de virtuose l'amène à devenir le maître de Menuhin. Pianiste, Cortot jalouse sa technique de jeu et Lipatti le considère comme son père spirituel. Chef d'orchestre, il est l'un des successeurs possibles de Toscanini à New York... D'un puissant charisme et d'une stupéfiante mémoire, il incarne le musicien complet, « le plus étonnant génie musical depuis Mozart », comme l'a affirmé Pablo Casals.

Mais c'est avant tout à l'un des plus grands compositeurs du XXe siècle, encore à découvrir, que rend hommage cette première monographie consacrée à Georges Enesco en langue française, s'appuyant sur des inédits recueillis tant en France qu'en Roumanie. D'une activité créatrice étendue sur près de soixante-dix ans, on retient d'authentiques chefs-d'oeuvre pour piano et de musique de chambre, symphonique ou vocale qui témoignent d'un lyrisme ardent. Son opéra Œdipe délivre un message d'humanisme et de profonde spiritualité face au destin. Au delà d'un « romantisme national » de jeunesse, son langage musical de maturité, salué jusque par György Ligeti, est empreint d'une souveraine liberté et d'une modernité exigeante bien que discrète.

Après avoir vécu les deux guerres mondiales dans son pays (où il a beaucoup contribué à développer la vie musicale), affaibli par sa santé précaire et de sérieuses difficultés matérielles, il a néanmoins en 1946 « choisi » l'exil en France.

Formateur et consultant culturel, Alain Cophignon est l'auteur d'une thèse consacrée à L'oeuvre musicale de Georges Enesco et sa pensée du destin et membre fondateur de la Société musicale française Georges Enesco.

Ce livre au sujet rare ( « le Mozart  roumain »), est un livre essentiel. D'abord parce qu'il manquait un livre sur cet immense interprète qui a composé des œuvres maîtresses de toute beauté, ensuite parce qu'il est bien conduit et écrit.  Alain Cophignon a su éviter les pièges tendus par le périlleux exercice biographique, d'autant plus périlleux que la documentation, abondante et diverse entraîne parfois vers l'anecdotique de collectionneur, et à oblitérer le spécifique de l'histoire sociale collective et individuelle.

Il adopte la bonne formule de la succession année par année, pour plonger la vie — de roman, de George Enesco et l'analyse de ses œuvres dans le mouvement du monde. Ouvrage sérieux et de référence, appuyé sur des sources solides,  y compris pour soutenir les analyses des œuvres,  il est aussi un livre accessible à un public non spécialiste.

©Références / Musicologie.org 2006
site conçu et administré par
Jean-Marc Warszawski