Le grand retour de l'Orchestre de Caen, et de son chef, Vahan Mardirossian, pour une nouvelle saison.  Avec Boris Andrianov au violoncelle

 

Caen, 7 octobre 2014, par Alain Lambert ——

Un programme varié, avec un poème symphonique contemporain pour débuter, du Finlandais Ville Matvejeff, Seaside Rendezvous, de 2006. L'orchestre éclate en vagues sonores se recouvrant les unes les autres, avec dans le lointain Malher, Gerswhin ou Gil Evans, le tout brassé dans l'écume de la musique. Une belle entrée en matière sonore, à un mois du festival des Boréales.

Orchestre de Caen,Vahan Mardirossian. Photographie © Franck Castel.

En deuxième partie, la symphonie no 8 de Beethoven dont la « légèreté » mélodique, sans mélancolie ni gravité sombre, ne masque pas la dimension très moderne de l'œuvre dans sa construction, son écho du tictac implacable du métronome inventé récemment, ses ruptures mélodiques et rythmiques, ses silences brusques, que l'orchestre met bien en valeur.  Le classicisme y est poussé très loin dans ses limites, bien au-delà du romantisme. Ce qui a pu  surprendre un certain nombre d'auditeurs.

Surtout après l'élégant concerto pour violoncelle en la mineur de Saint-Saëns en première partie, entre velours et virtuosité, que le soliste, Boris Andrianov, emmène d'une traite, sans coupure ni introduction, de thèmes en variations. Les mouvements rapides ne refusent pas la méditation, et le menuet central se construit aux quatre coins des instruments, comme un écrin voluptueux  pour le violoncelle somptueux.

Le public en redemande et c'est Saint Saëns encore, Le Cygne, en duo avec Vahan Mardirossian au piano arpégé.

Le second bis est une pièce superbe en solo, Lamentatio, de Giovanni Sollima (voir la vidéo ci-dessous) où l'instrument de Boris Andrianov chante et danse en même temps, devenant un orchestre de chambre à lui tout seul.

Une bien belle rentrée pour une saison très riche, qui se poursuit mardi prochain avec le trio du pianiste de jazz Craig Taborn, à ne pas manquer.

Et dans le cadre des mini-concerts, « Mingus en trio » à Bénouville ce dimanche à 17h.  Une dizaine de mini-concerts variés sont programmés sur l'agglomération cette année, à un tarif  et des horaires abordables pour toute la famille.

Pour vous renseigner sur cette nouvelle saison, et les mini-concerts, voir  le site  de l'Orchestre de Caen.

 

Boris Andrianov interprète Lamentatio de Giovanni Sollima au Classical Underground de Los Angeles le 3 février 2009.

 

 

plume Alain Lambert
7 octobre 2014

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Jeudi 9 Octobre, 2014 16:18

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert