S'abonner au bulletin

 

« La Fanciulla del West »
de Puccini
au Grimaldi Forum de Monaco

Par Jean-Luc Vannier

La Fanciula del WestLa Fanciulla del West, acte I. Production de l'Opéra de Rome. © Théâtre de l'Opéra de Rome

Pureté des intentions, sacrifice individuel et rédemption biblique : comment un tel triptyque aurait-il pu déplaire aux Américains ? D'où l'énorme succès — cinquante-cinq rappels — de cette « Fille du Far-West » de Giacomo Puccini lors de sa création mondiale le 10 décembre 1910 au Metropolitan Opera de New-York. Donné jeudi 22 novembre au Grimaldi Forum dans le cadre de la fête nationale monégasque, cet opéra en trois actes, septième œuvre lyrique du compositeur italien en recherche à cette époque d'un souffle nouveau, prend pour cadre la Californie de la ruée vers l'or du milieu du xixe siècle et pour motif l'accomplissement d'un destin féminin au cœur d'un monde d'hommes « au passé inconnu, venus de tous horizons pour mener une vie primitive ».

Alberto Gazale, la Fanciulla del West, Monte carloLa Fanciulla del West, 2012. Le baryton Alberto Gazale (Jack Rance). © Opéra de Monte-Carlo.

Une œuvre passerelle, peut-être, entre les succès précédents — Manon Lescaut, La Bohème, Tosca, Madame Butterfly — et le Turandot à venir quatorze ans plus tard. Passerelle en raison du rôle proéminent de l'orchestre par rapport aux voix. Contrairement aux quatre pièces antérieures citées, la  Fanciulla del West  ne contient pas de grands airs mémorables. Elle ébauche, en revanche, une peinture symphonique très expressive des puissances telluriques, des ambiances collectives, des ponctuations du drame : en témoigne l'acuité instrumentale qui annonce l'arrivée de la poste à l'acte I, la tempête de neige à l'acte II, l'aube glaciale et la cavalcade à l'acte III. Œuvre de franchissement qui alterne de multiples réminiscences mélodiques — certains phrasés jaloux de Jack Rance font penser à ceux de Scarpia, certains emballements amoureux de Minnie à ceux de Manon — et des harmonies novatrices, voire dissonantes : à l'acte I, la déclaration solennelle de Minnie brandissant la Bible « il n'y a pas au monde de pécheur / pour lequel ne s'ouvre de voie de rédemption » s'accompagne de tonalités toutes en nuances dont Debussy se fera l'apôtre.

La fanciulla del westLa Fanciulla del West novembre 2012. La soprano Meagan Miller (Minnie) et le baryton Alberto Gazale (Jack Rance) © Opéra de Monte-Carlo

L'ascendant orchestral dans cette production du Théâtre de Rome semble avoir guidé Giancarlo del Monaco dans le choix d'une mise en scène, de décors et de costumes en complète conformité à ceux élaborés en 1905 par David Belasco, grande figure de Broadway et auteur de The Girl of the Golden West. Est-ce un effet collatéral désiré —  ou subi ? — de cette logique, toujours-est-il que la direction musicale de Pinchas Steinberg, irréprochable pour le rythme et la coordination de la philharmonie de l'Opéra de Monte-Carlo,  couvre souvent les voix pendant le premier acte. Lequel devient une longue scène d'exposition décrivant le brouhaha chahuteur d'une horde avinée.

La Fanciulla del WestLa Fanciulla del West, novembre 2012. Le ténor Zoran Todorovich (Dick Johnson) et la soprano Meagan Miller (Minnie). © Opéra de Monte-Carlo

Mus par l'intensification dramaturgique, les chanteurs reprennent brillamment le dessus aux actes II et III. Dans ce livret dominé par de mâles accents, la soprano américaine Meagan Miller s'impose à partir de l'acte II dans le rôle de Minnie : ses aigus clairs et stables, son souffle puissant la rendent très émouvante, notamment dans la scène finale « Anche tu lo vorrai Joe ». Dans la réplique du shérif Jack Rance, la voix d'Alberto Gazale semble au début incertaine dans les notes hautes et ce, malgré des intonations très chaleureuses lorsqu'elle implore l'amour de la belle. Plus à l'aise dans les deux derniers actes, le baryton excelle dans le registre de la jalousie si l'on veut bien se souvenir de son magnifique Giovani Lo Sciancato dans « Francesca Da Rimini » l'année passée à l'Opéra de Monte-Carlo.

La Fanciulla del West, monte carlo, Meagan Miller La Fanciulla dcel West, novembre 2012. Le baryton Alberto Gazale (Jack Rance) et la soprano Meagan Miller (Minnie) © Opéra de Monte-Carlo.

Dans son interprétation du bandit au grand cœur Dick Johnson lequel s'interdit —  déjà — des relations « inappropriate » avec la jeune vierge dans son cabanon de montagne, le ténor Zoran Todorovich convainc lui aussi vocalement. Parmi les nombreux seconds rôles, citons les belles prestations du baryton Gianfranco Montresor (Sonora), de la basse Paolo Battaglia (Ashby), du baryton Igor Gnidii (Sid), du ténor Manuel Pieratteli (Joe), des basses Grigori Soloviov (Jim Larkens) et In-Sung Sim (Billy Jackrabbit). Les chœurs de l'Opéra de Monte-Carlo auxquels se sont joints ceux de l'Opéra de Nice méritent aussi une mention.

La Fanciulla del West, scène finale La Fanciulla del West, novembre 2012s cène finale. © Opéra de Monte-Carlo.

Nice, le 23 novembre 2012
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

23 novembre 2012

Les articles
de Jean-Luc Vannier

« L'alliance des castrats » réussit au contre-ténor Matthieu Peyrègne

Un « Simon Boccanegra » puissant et équilibré ouvre la saison lyrique à l'Opéra de Nice

La Compagnie « Les 7doigts de la main » ovationnée au Monaco Dance Forum.

« Il Tigrane de Scarlatti » clôt en beauté la saison lyrique à l'Opéra de Nice.

Turandot mis en espace à l'Opéra de Bucarest

Grâce spirituelle et corps meurtris aux Ballets de Monte-Carlo.

Un Tristan und Isolde de qualité à l'Opéra de Nice

Francesca Da Rimini à l'Opéra de Monte-Carlo

Émouvante Bohème de Puccini à l'Opéra de Nice

Un Mazeppa saisissant de terreur et de beauté à l'Opéra de Monte-Carlo

Densité dramaturgique pour « Il Trovatore » à l'Opéra de Nice

Le hauboïste Marc Lachat et le chef Paul Goodwin jouent Mozart et Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

L'enfant et les sortilèges, fantasmatique — et superbe —  Ravel à l'Opéra de Monte-Carlo

Mozart victime d'un Enlèvement au sérail à l'Opéra de Nice.

La violoniste Arabella Steinbacher et le chef Dima Slobodeniouk magnifient Prokofiev et Tchaïkovski à Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo et ceux du Bolchoï rivalisent de fraternité autour du Lac des cygnes

3 O'Clock In The Afternoon d'Ina Christel Johannessen : l'esthétisme norvégien de la séparation à l'Opéra de Monte-Carlo.

Nathalie Stutzmann et son Ensemble Orfeo 55 envoûtent l'Opéra de Monte-Carlo

La Symphonie « Résurrection » de Gustav Mahler par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Erwin Schrott, diablement Mefistofele à l'Opéra de Monte-Carlo

Le maestro Ion Marin et l'Orchestre philharmonique de Nice jouent l'émotion avec Mendelssohn et Tchaïkovsky

Les Ballets de Monte Carlo et le Ballet Nice Méditerranée ouvrent brillamment leur saison chorégraphique

Poulenc et Bartók réunissent Eros et Thanatos à l'Opéra de Nice

Les concerts-conférences de Matthieu Peyrègne : faire découvrir et aimer le baroque à Nice

Magie wagnérienne à l'Opéra Nice Côte d'Azur

La damnation de Faust  ouvre la saison lyrique à l'Opéra Nice Côte d'Azur

Maillot, Inger, Greco / Scholten :  expériences conceptuelles  aux Ballets de Monte Carlo

Le contre-ténor Matthieu Peyrègne, la relève du Baroque à Nice

Le Ballet Nice Méditerranée danse américain à l'Opéra de Nice

Éblouissant Orlando furioso à l'Opéra de Nice

Un Elixir d'amour sans alcool à l'Opéra de Nice

Jean-Guihen Queyras et deux Concertos de Haydn envoûtent l'Opéra de Nice

Le Batsheva Ensemble d'Ohad Naharim électrifie le Monaco Danse Forum

Boris Godounov à l'Opéra de Nice

Un ballo in maschera à l'Opéra de Monte Carlo

Opéra de Nice : La Cenerentola, plus musicale que vocale

Concert de Noël  en la cathédrale de Strasbourg

L'âme russe d'Eugène Onéguine ouvre la saison à l'Opéra de Monte Carlo.

Opéra de Nice : Philippe Auguin et Christiane Libor ovationnés dans Fidelio.

Tout

 

 

 

rectangle

rectangle_actu

rectangle