S'abonner au bulletin

 

L'enfant et les sortilèges,
fantasmatique — et superbe — Ravel
à l'Opéra de Monte-Carlo

par Jean-Luc Vannier

La mère, l'amour, la guerre et la mort. Faut-il voir dans ce quadriptyque, le fil rouge de cette matinée à l'Opéra de Monte-Carlo qui présentait, dimanche 22 janvier, « L'enfant et les sortilèges » de Maurice Ravel suivi de « La Navarraise » de Jules Massenet ? Créée sur le Rocher le 21 mars 1925, la première, une « fantaisie lyrique en deux parties », fut le fruit d'une longue et probablement douloureuse gestation après une rencontre avec la romancière Colette en 1916. Une année noire pour le compositeur : les terribles méfaits de la guerre où il parvient non sans mal à se faire engager comme conducteur de camion près de Verdun avant d'être rapatrié du front pour une grave dysenterie et la disparition de sa mère au tout début du mois de janvier 1917 provoquent son effondrement dont on retrouve certains accents délirants dans « L'enfant et les sortilèges ». L'ultime parole de ce dernier ne signerait-elle pas l'appel désespéré des soldats agonisants au moment de mourir tout comme celui du gamin tourmenté par ses cauchemars nocturnes : « maman ! » ?

l'enfant et les sortilègesLa mezzo-soprano Carine Séchaye (L'Enfant).
Photographie © Opéra de Monte-Carlo 2012.

L'opéra de Monte-Carlo relève brillamment ce défi d'une œuvre toujours complexe à réaliser : un authentique spectacle vivant où toutes les compétences d'une équipe artistique sont mises à contribution afin de traduire sur scène le passage du réel à l'imaginaire fantasmagorique de l'enfant ainsi que l'animation anthropomorphique des objets de sa chambre tout en suggérant la trame d'une lente mais inexorable métamorphose initiatique chez le jeune héros, illustrée par le très symbolique air « Il a pansé sa plaie ».

L'enfant et les sortilèges La soprano Annick Massis (La Princesse)
Photographie © Opéra de Monte-Carlo 2012.

Le directeur de l'établissement monégasque Jean-Louis Grinda a donc réglé lui-même une mise en scène époustouflante de réalisme et d'intensité scéniques. Celle-ci profite des magnifiques décors et costumes de Rudy Sabounghi, des jeux de lumière de Laurent Castaingt et de la superbe chorégraphie d'Eugénie Andrin. Sous la baguette du chef Patrick Davin, l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo tend parfois à couvrir les voix mais triomphe des difficultés techniques de la partition : fox-trot de la Théière, mélodies pentatoniques de la Tasse chinoise, valse lascive de la Libellule, tornade saccadée de l'Arithmétique, glissandos inquiétants de l'Arbre, menuet dysharmonique du Fauteuil et de la Bergère, sonorités mystérieuses du luthéal ou celles d'insolites percussions.

l'enfant et les sortilègesLa mezzo-soprano Patricia Fernandez (l'Ecureuil),
la mezzo-soprano Carine Séchaye (l'Enfant),
la soprano Annick Massis (le Rossignol),
la mezzo-soprano Aude Extrémo (la Libellule)
et la soprano Valérie Condoluci (la Chauve-souris).
Photographie © Opéra de Monte-Carlo 2012.

Outre une remarquable prestation, sous la direction de Stefano Visconti, des chœurs de l'opéra de Monte-Carlo et de la chorale de l'Académie de musique Fondation Rainier III, des voix solistes aussi belles qu'adaptées aux personnages consacrent cette performance lyrique. La mezzo-soprano suisse Carine Séchaye excelle scéniquement et vocalement dans le rôle de l'Enfant méchant, pris d'un coupable remord après avoir « déchiré le livre », connu la « peur » et failli perdre « l'amour » de sa princesse. La soprano Annick Massis reçoit quant à elle une ovation méritée pour son interprétation exigeante des vocalises du Feu, de la Princesse et du Rossignol. La Mère (la mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon), la Bergère et la Chouette (la soprano Delphine Gillot), la Tasse chinoise, la Libellule et un Pâtre (la mezzo-soprano Aude Extrémo), l'Horloge comtoise et le Chat (le baryton Jean-François Lapointe), la Chauve-souris et une Pastourelle (la soprano Valérie Condoluci), la Chatte et l'Écureuil (la mezzo-soprano Patricia Fernandez), le Fauteuil et l'Arbre (le baryton basse Marcel Vanaud) et la Théière, le Petit Vieillard et la Rainette (le ténor Mathias Vidal) emportent toutes et tous la conviction d'un public enthousiaste.

l'enfant et les sorstilègesLa mezzo-soprano Carine Séchaye (l'Enfant),
la soprano Annick Massis (le Rossignol),
le ténor Mathias Vidal (la Rainette)
et le baryton Jean-François Lapointe.
Photographie © Opéra de Monte-Carlo 2012.

En deuxième partie, « La Navarraise », « épisode lyrique en deux actes » joué pour la première fois à l'Opéra royal de Covent Garden le 20 juin 1884, tient une place à part dans l'œuvre de Jules Massenet. On y retrouve certes l'ardente passion amoureuse, marque d'un compositeur connu pour son goût prononcé de l'érotisme sensuel. Mais cette dimension s'efface dans cette partition toute de sang et de fureur. La raison en revient aussi à la durée modeste de l'ouvrage — une petite heure — qui ne laisse pas le temps nécessaire à l'émotion pour se déployer dans son intégralité. Et donne un peu le sentiment — on pardonnera cette métaphore — d'un « fast-food lyrique » : une partition en accéléré où l'amplitude orchestrale enchaînant les fortissimo (Patrick Davin et l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo) et l'exaltation vocale compulsive forceraient l'affect de l'auditeur sans le convaincre vraiment.

la navaraise à monte-carloLa mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon (Anita)
et le baryton Jean-François Lapointe (Garrido)
Photographie © Opéra de Monte-Carlo 2012.

Reconnaissons toutefois à cette « Navarraise » coproduite avec l'Opéra Théâtre de Saint-Étienne, le mérite d'une qualité dramaturgique auquel s'ajoute celui de l'impressionnante performance de la mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon : dans ce monde masculin de féroces guerriers, elle incarne une remarquable Anita, rendue encore plus intrépide et exaltée par la puissance abyssale de son timbre. Elle écrase un peu son partenaire Araquil, caractère pourtant chanté avec une chaleureuse harmonie par le ténor espagnol Enrique Ferrer. Remigio (le baryton basse Marcel Vanaud), Ramon (le ténor Guy Gabelle) et Bustamante (le baryton Philippe Ermelier) complètent toutefois un dispositif vocal d'excellent niveau.

la navaraiseLe ténor Enrique Ferrer (Araquil),
le baryton basse Marcel Vanaud (Remigio)
et la mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon (Anita)
Photographie © Opéra de Monte-Carlo 2012.

Pas moins de treize artistes lyriques se sont ainsi succédé — sans accroc notable — en moins de trois heures de spectacle. Une prouesse artistique qui force l'admiration.

 

Nice, le 23 janvier 2012
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

23 janvier 2012

Les articles
de Jean-Luc Vannier

« La flûte enchantée » de Mozart à l'Opéra de Nice, ravissant conte maçonnique pour petits et grands.

Duos d'amour wagnériens sans passion à l'Opéra de Monte-Carlo.

La soprano Désirée Rancatore, émouvante et émue, dans une « Traviata » intimiste à l'Opéra de Monte-Carlo

La lancinante beauté mélancolique de « Pelléas et Mélisande » à l'Opéra de Nice

Sublime « Madame Butterfly » au Staatsoper im Schiller Theater de Berlin.

Une « Traviata » de l'entre-deux-guerres au Deutsche Oper de Berlin.

La magie Barenboim envoûte le Staatsoper de Berlin pour la ixe Symphonie de Beethoven en concert du nouvel An.

La soprano Elena Mosuc nous entraîne dans la folie de « Lucia di Lammermoor » au Deutsche Oper de Berlin

Questions de temps aux Ballets de Monte-Carlo

« L'homme de la Mancha » vainc la fin du monde à l'Opéra de Monte-Carlo.

Récital « Jules Massenet et les autres… » à l'Opéra de Monte-Carlo.

Le « Laveur de vitres » du Tanztheater Wuppertal illumine Monaco de la vision du monde par Pina Bausch

L'Ensemble Quilisma interprète un « Messie » intimiste de Haendel à l'Église du Vœu de Nice.

« La Fanciulla del West » de Puccini au Grimaldi Forum de Monaco.

« L'alliance des castrats » réussit au contre-ténor Matthieu Peyrègne

Un « Simon Boccanegra » puissant et équilibré ouvre la saison lyrique à l'Opéra de Nice

La Compagnie « Les 7doigts de la main » ovationnée au Monaco Dance Forum.

« Il Tigrane de Scarlatti » clôt en beauté la saison lyrique à l'Opéra de Nice.

Turandot mis en espace à l'Opéra de Bucarest

Grâce spirituelle et corps meurtris aux Ballets de Monte-Carlo.

Un Tristan und Isolde de qualité à l'Opéra de Nice

Francesca Da Rimini à l'Opéra de Monte-Carlo

Émouvante Bohème de Puccini à l'Opéra de Nice

Un Mazeppa saisissant de terreur et de beauté à l'Opéra de Monte-Carlo

Densité dramaturgique pour « Il Trovatore » à l'Opéra de Nice

Le hauboïste Marc Lachat et le chef Paul Goodwin jouent Mozart et Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

L'enfant et les sortilèges, fantasmatique — et superbe —  Ravel à l'Opéra de Monte-Carlo

Mozart victime d'un Enlèvement au sérail à l'Opéra de Nice.

La violoniste Arabella Steinbacher et le chef Dima Slobodeniouk magnifient Prokofiev et Tchaïkovski à Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo et ceux du Bolchoï rivalisent de fraternité autour du Lac des cygnes

3 O'Clock In The Afternoon d'Ina Christel Johannessen : l'esthétisme norvégien de la séparation à l'Opéra de Monte-Carlo.

Nathalie Stutzmann et son Ensemble Orfeo 55 envoûtent l'Opéra de Monte-Carlo

La Symphonie « Résurrection »de Gustav Mahler par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Erwin Schrott, diablement Mefistofele à l'Opéra de Monte-Carlo

Le maestro Ion Marin et l'Orchestre philharmonique de Nice jouent l'émotion avec Mendelssohn et Tchaïkovsky

Les Ballets de Monte Carlo et le Ballet Nice Méditerranée ouvrent brillamment leur saison chorégraphique

Poulenc et Bartók réunissent Eros et Thanatos à l'Opéra de Nice

Les concerts-conférences de Matthieu Peyrègne : faire découvrir et aimer le baroque à Nice

Magie wagnérienne à l'Opéra Nice Côte d'Azur

La damnation de Faust  ouvre la saison lyrique à l'Opéra Nice Côte d'Azur

Maillot, Inger, Greco / Scholten :  expériences conceptuelles  aux Ballets de Monte Carlo

Le contre-ténor Matthieu Peyrègne, la relève du Baroque à Nice

Le Ballet Nice Méditerranée danse américain à l'Opéra de Nice

Éblouissant Orlando furioso à l'Opéra de Nice

Un Elixir d'amour sans alcool à l'Opéra de Nice

Tout

 

 

 

rectangle

rectangle_actu

rectangle