Jean Sébastien Bach : Une suite, deux concertos, et Stéphanie Marie Degand

 

 

Caen, le 15 février 2014, par Alain Lambert ——

Soirée musique de chambre pour l'Orchestre de Caen ce mardi, sous la direction de Thierry Maeder au clavecin, dans un grand auditorium bien rempli, avec quelques jeunes et très jeunes auditeurs aussi dans les premiers rangs.  Bach et la promesse de quelques tubes baroques et populaires.

Thierry Maeder Thierry Maeder.

Par exemple la Suite en si mineur avec son ouverture fuguée, son rondeau, son menuet, sa badinerie... et Nicolas Boulis à la flûte traversière en bois, parfois légèrement en retrait.

Toute l'élégance de Bach en sept courts mouvements. Du temps où seuls quelques privilégiés pouvaient l'écouter, les humbles avaient trop de travail en cuisine ou dans les champs alentours.

Pour le 4e Concerto brandebourgeois, deux flûtes à bec remplacent la traverso, Elsa Franck et Stéphane Tamby, toux deux enseignants au Conservatoire de Caen constituent ce  duo entraînant qui est la marque de ce magnifique concerto, avec le violon ondoyant.

Stéphanie-Marie Dugand, en queue de cheval, est originaire de Caen et a été élève du Conservatoire avant de devenir une soliste reconnue, très décontractée au milieu des musiciens « sérieux », sans  queue de pie pour autant, qui l'entourent. Elle sait mettre en avant  son instrument dans ses parties virtuoses et en retenir le son quand elle joue avec l'ensemble, y compris le superbe mouvement fugué final.

Stéphanie-Marie DugandStéphanie-Marie Dugand.

Après l'entracte, la traversière reprend sa place, laissant ses deux collègues reprendre leur souffle, ils l'ont bien mérité, pour  former avec la violoniste et le claveciniste, le trio concertant, et soliste dans le 2e mouvement, du 5e Concerto brandebourgeois. Le clavecin y a de plus une place prépondérante, surtout dans la cadence de la fin du premier mouvement, où la fuite du temps est saisie dans sa précipitation inexorable, avant le final, moins rapide, prélude à la méditation à trois du mouvement lent.

Nicolas BoubilsNicolas Boubils.

Un solo quasi jazzy en fait. La contrebasse de Fabrice Beguin donnait aussi de la profondeur et du swing à ce joli concert.

Retour de l'Orchestre de Caen au complet mardi 25 février avec au programme Dmitri Chostacovitch et Arvo Pärt.

A noter du 25 au 30 mars le festival « Aspect des musiques d'aujourd'hui ».

Avec en particulier Stéphanie-Marie Dugand dans le Concerto pour violon de Jean Louis Agobet en création mondiale le mardi 25 mars. Elle sera aussi présente en quintette le dimanche 30 mars pour des œuvres d'Escaïch, Amy et Dutilleux.

Plus d'infos sur le site de l'Orchestre de Caen.

 

plume Alain Lambert
13 février 2015

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Mercredi 19 Février, 2014 16:15

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert