S'abonner au bulletin

 

Jazz du monde :
le trio Few au Théâtre de Caen

12 janvier 2013

Par Alain Lambert

Le trio FEW, ce sont Renaud Garcia Fons à la contrebasse, Prabhu Edouard aux tablas et Louis Winsberg à la guitare, c'est à dire l'Espagne, l'Inde et le bassin méditerranéen en un seul trio, mais aussi tous les blues de la terre, comme le confirme le rappel dédié à Miles Davis avec la magnifique reprise d'All Blues.

Renaud Garcia FonsRenaud Garcia Fons

On avait déjà entendu ici même le guitariste avec son trio Douce France, un peu austère, et le contrebassiste en compagnie de l'Ensemble, l'orchestre régional, dans une formule un peu trop arrangée.

Mais leur réunion dans ce trio presque minimaliste est un grand moment de musique, de beaucoup de musiques (few est un euphémisme), avec leurs seuls instruments et leur complicité amusée devant l'omniprésence du public à tous les étages dans les Foyers du Théâtre de Caen.

Louis Winsberg, loin des sons électriques de Sixun, évolue avec musicalité, virtuosité et doigté entre jazz et flamenco. Il transforme avec un bout de papier sa guitare « préparée » en sitar. Ou avec un cédé glissé entre les cordes, il en fait une espèce de charleston pour un long trio percussif endiablé, mené par leur complice indien.

Louis WinsbergLouis Winsberg

Si la contrebasse devient elle aussi pour quelques minutes une simple grosse caisse, Renaud Garcia-Fons confirme le reste du concert ses qualités de mélodiste et d'improvisateur, particulièrement à l'archet, dont il est l'un des rares maîtres. Son instrument à cinq cordes peut alors se faire violon, et sonner presque à l'indienne, avec des échos de vina.

Impérial sur son estrade, frappant, effleurant ou caressant ses tablas, Prabhu Edouard en démultiplie les effets et renforce la cohérence du trio dont l'ensemble des thèmes et variations ne se réduit pas à une succession de soli simplement spectaculaires.

Chacun des trois instrumentistes propose ses propres morceaux (La silhouette, Sultana, La course du vent... dans l'ordre des initiales de FEW) réarrangés pour le trio, mais aussi des improvisations collectives, comme cette Solea dont le riff très jazzy relance chaque soliste dans la danse. Un « sketch of Spain » qui sans être de Miles lui même, confirme avec les reprises de Nardis et de All Blues, au milieu et à la fin du concert, la grande influence du trompettiste et compositeur, toujours aussi présente, et parfaitement intégrée à l'univers sonore du trio.

Prabhu EdouardPrabhu Edouard. Photographie © Sarah Maitrol.

Des foyers du Théâtre tellement bondés ce samedi, et surchauffés, au double sens du terme, que les trois musiciens ont dû réaccorder leurs instruments à la fin du premier morceau. Cela en valait la peine.

Il n'existe pas de disque pour le moment, mais vu l'accueil, et la très belle qualité musicale du trio, ça ne saurait tarder.

Voir le site de FEW et le calendrier des trois musiciens.

 

Alain Lambert
14 janvier 2013

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

Les articles
d'Alain Lambert

 

 

 

rectangle

 

rectangle